Les merveilles de l’ordinaire

Depuis toute petite je suis en quête. Je ressens profondément le besoin de donner un sens à ce que je vis. Je ne sais pas me contenter d’une image, d’un son, d’un fait. Je veux comprendre, je veux savoir. Ce qui me passionne ce n’est pas tant le fonctionnement mais surtout l’intention, la motivation, la passion qui se cachent derrière les apparences. Lorsque je rencontre une personne et qu’elle me parle de son métier, ma première question est de savoir si elle aime vendre des voitures ou s’occuper de personnes âgées. Je me fiche de savoir combien elle gagne. J’aime voir les yeux briller. J’aime écouter les parcours. Je suis capable de me passionner une soirée entière pour les histoires d’un électricien ou les anecdotes d’une institutrice. Le merveilleux se cache dans l’ordinaire et je crois que ma capacité à le dénicher partout où on ne l’attend pas me permet de ne jamais m’ennuyer et d’être si positive. La vie est une merveille, être en vie est merveilleux, même dans les pires conditions. Si j’osais je dirais même que le merveilleux surgit surtout dans les pires moments.

Citation de Agostino Degas : Il y a trois mots simples qui, à eux seuls, peuvent résumer le sens de la vie : être, aimer et s’émerveiller !

Je m’émerveille à l’instant devant le soleil qui se couche. Sa lumière danse sur ma main, dessine un spectacle d’ombres sur le mur blanc, mon corps en négatif sur fond d’or et la sensation d’une douce chaleur. Par ma fenêtre, la cathédrale de Strasbourg flamboie chaque soir différemment. Je ne m’en lasse pas. J’aimerais partager cet émoi quotidien mais je fatigue les autres.

« C’est bon on l’a vue ton soleil, tu nous en parles tous les soirs …« 

Comment peut-on être blasé face à un tel miracle ? Comment ne pas s’émerveiller devant ce jour qui meurt et renaît chaque lendemain ?

Couché de soleil orangé sur la Cathédrale de Strasbourg

Alors qu’il lui reste 6 mois à vivre, Christiane Singer rédige un journal, « Derniers fragments d’un long voyage ». Ce livre est une ode à la vie, à l’amour et à l’émerveillement.

Il est vrai que j’ai reçu un sacré don avec la naissance : celui de tout magnifier. Il ne m’a jamais tout à fait quittée et je le retrouve dans cette allégresse profonde, qui malgré tout m’habite.

Christiane Singer

Je crois en effet que le pouvoir de s’émerveiller est un don, une capacité innée que nous oublions en grandissant. Il n’y a qu’à observer un enfant tomber en extase devant une feuille d’arbre qui flotte dans une flaque d’eau. Ou comme cette petite fille devant la beauté éphémère de la vie :

Tout ce dont je vis aujourd’hui, j’en ai eu l’intuition enfant : le fait de savoir que chacune de nos existences est un rendez-vous ; qu’on peut le rater ou le célébrer. J’avais cette sensation que le monde m’était confié, et ce n’était pas de la mégalomanie, mais, bien au contraire, de l’humilité. Je pressentais que chacun d’entre nous a, à son échelle, la charge du monde. Par mon désordre, j’entraîne le désordre autour de moi. Si, au contraire, j’entre dans l’ordonnance intérieure de l’amour, je rayonne. Et d’un seul être peut partir un tel rayonnement, qu’il répare une famille, un village, une entreprise… Des expériences comme ça, j’en vois tous les jours. Je n’invente rien.

Christiane Singer

J’ai la conviction intime que cette vie de dépendance est d’une certaine manière un don du ciel. J’ai ce sentiment depuis l’instant où j’ai compris ce qui m’arrivait. Jamais je n’ai prié dans l’espoir de retrouver mes facultés physiques. J’ai seulement demandé à ne pas rester seule sur ce chemin qui m’attendait et je suis reconnaissante d’avoir été entendue.

Beaucoup m’oppose que c’est une façon d’accepter, que donner du sens à cette tragédie me permet d’avancer. Sans aucun doute. Et ces mêmes refusent de m’entendre lorsque j’ose affirmer que je suis heureuse. Je vis chaque jour la douleur du handicap, je ne peux pas le nier. Mais j’expérimente aussi chaque jour la merveille du handicap. Cette situation de dépendance est d’une cruauté sans nom dans ce qu’elle m’enlève, ce dont elle me prive. Et pourtant elle est d’une beauté sans égale. Elle révèle en moi et en ceux qui m’entourent des sentiments, des relations intenses et profonds, qui n’existeraient pas sans le rapport particulier que la dépendance exige.

Notre devoir le plus impérieux est peut-être de ne jamais lâcher le fil de la Merveille. Grâce à lui, je sortirai vivante du plus sombre des labyrinthes.

Christiane Singer

Je tiens fermement le fil de la Merveille. Pour moi elle se situe dans les liens que j’entretiens aux autres mais également à la nature et à l’invisible. On peut penser que je suis perchée ou mystique, j’assume complètement. J’ai choisi il y a longtemps, bien avant ce drame de la route, bien avant l’âge de raison, sans doute avant ma naissance, d’être émerveillée chaque jour sans exception et je m’y attèle sans relâche. Aujourd’hui plus que jamais je vous souhaite une merveilleuse journée !

Photo en noire et blanc d’une petite fille cachée derrière un arbre et qui sourit. Citation de Chesterton : Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement.

4 réflexions sur « Les merveilles de l’ordinaire »

  1. Comme toi je radote sur les couchers de soleil et la lumière le matin quand le ciel est blanc. Je souris en regardant les pigeons se faire la cour sur le toit en face, je les trouve beaux avec leurs plumes violettes à l’arrière. Je ne compte pas arrêter, s’émerveiller comme un enfant c’est une grande qualité, celle qui permet de toujours voir le bon côté même du pire événement. J’ai de la peine pour celles et ceux qui sont incapables de s’émerveiller ! Prions pour eux !

    Aimé par 1 personne

    1. Les pigeons 😊
      J’ai beaucoup de chance car Vie N*1 prends le même chemin que moi … et on parle souvent de Benjamin, le pigeon amputé de quelques « orteils » qui squatte en bas de notre immeuble.

      Aimé par 1 personne

    1. J’ai eu peur à certains moments que la Merveille m’ait quittée. Mais toujours elle revient. Ouf !
      Merci pour ton message, je me sens moins seule ;)

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s