Quand l’ANPE vivait encore

Un jour j’ai voulu travailler. J’avais royalement foiré mes études universitaires en histoire de l’art parce que pour ne pas faire comme tous mes petits collègues handicapés que je détestais profondément, j’avais préféré m’installer à une heure de bus de la faculté. Tout était bon pour ne pas m’y rendre : le froid, le chaud, le monde, … Et pour m’encourager dans ma fuite on m’avait offert un précieux sésame : une dispense d’assiduité. Evidemment cette dispense voulait dire qu’en cas de soucis REEL je pouvais manquer 1 ou 2 cours. J’ai entendu pour ma part : RESTE CHEZ TOI SALE FAINEANTE ! Ce que j’ai fait sans scrupules !

Mais là n’est pas le propos.

Je vous disais donc qu’un jour j’ai voulu travailler. Je commençais à bidouiller mon ordinateur, à aimer y créer des trucs et des bidules. Donc, pas bête la guêpe, j’ai opté pour une formation en infographie. Je passe des tests, que je réussi avec brio (je vous ai dit, pas bête la guêpe) et je vais avec mon petit papier  qui dit OK ON VOUS PREND MEME SI VOUS ETES UN PEU FAINEANTE voir la Madame de feu l’ANPE.

Déjà à l’accueil je sens un malaise. Je veux prendre un ticket, être un numéro et attendre mon tour comme les autres mais le gros monsieur derrière la vitre bondit tel un félin (bon plutôt comme un lion qui viendrait de s’envoyer trois gazelles) et se plante devant moi. Un peu effrayée je commence à vouloir lui expliquer le pourquoi du comment de ma venue mais il me coupe la parole et gueule en direction du fond du couloir :

« Mireille, t’as une PMR ! »

Qu’est ce qu’il dit le gros lion ventripotent ?

C’est quoi ça PMR ? Une Petite Merdeuse à Roulettes ?

Là Mireille arrive et je comprends que ça ne va pas être simple. Comment dire … Elle m’a tout l’air d’être une vraie connasse chieuse emmerdeuse … bref ça va pas être simple.

Après m’avoir indiqué le chemin jusqu’à son petit bureau de connasse, Mireille me demande d’un air enjôleur ce qu’elle peut faire pour moi. Je lui explique mon projet et lui demande gentiment de me filer 25 000 francs (oui on est en 1998) pour financer la moitié de ma formation et que je suis venue sur les conseils de la Madame de l’AGEFIPH et que il paraît que ça se fait de donner des sous pour ça. Et là, cette connasse de Mireille me dit :

« Ah mais vous savez le multimédia, l’infographie, tout ça, c’est saturé, y’a pas d’avenir là dedans ! »

Merde je regarde le calendrier et je constate qu’on est toujours en 1998. Alors je dis :

« Arrggghhhhh »

Et elle dit :

« Et puis avec ce que l’état vous donne, vous feriez mieux de rester chez vous, parce que là, les transports, tout ça, ça va être compliqué pour vous ! »

Alors je dis :

« Re arrrggghhhhh »

Et je pars. Je pars en pleurant. Avec des arrrrggggghhhhhh plein la gorge et un sursaut de lucidité : PMR ! Ca veut dire Personne à Mobilité Réduite.

Merde !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :