Félix

J’ai découvert Félix Radu dans la vidéo qui suit. Il y déclame un des plus beau texte sur l’amour que j’ai jamais entendu ou lu. Ce p’tit mec débarque un matin sur une radio belge et te balance sa prose ni vu ni connu. Je m’étais fait cueillir comme une jonquille au printemps encore engourdie par la neige, sans que je ne sois vraiment prête. J’avais été émue aux larmes et j’ai les yeux qui se mouillent à chaque fois que je l’écoute. Au delà du texte, ce qui me touche vraiment, c’est lui. Il est ému par son propre écrit. Il a la voix qui chevrote, le ton qui zigzague. Il est bouleversant.

Depuis notre rencontre youtubienne je le suis sur les réseaux. Il fait son petit bonhomme de chemin et j’espère qu’il pourra un jour toucher un grand nombre de personnes. Parce que le monde manque cruellement de tendresse et de sensibilité.

Si je vous parle de lui c’est que ce matin je suis tombée sur cette citation. Je voulais m’en inspirer pour écrire un billet à propos de mes enfants mais rien n’a pu sortir. Sûrement que ce n’est pas le bon moment ou que j’allais dire des conneries. Ce sera pour plus tard …

Je vais donc vous laisser avec ce magnifique texte que j’ai retranscris, en espérant ne pas avoir fait d’erreur.

Et s’aimer. 

Ne plus être seul. 

Ou alors à deux. 

Lutter contre l’univers tout entier, contre ses silences et ses séparations. 

Le tromper parfois. Souvent. 

Se séparer mais pour de faux. 

Lâcher les mains. 

Ne pas se quitter des yeux. 

Tendre les regards. 

Ou les regards tendres. 

Ou les deux. 

Et brûler ce qu’il reste de courage. 

Détester les aurevoirs, adorer les retrouvailles. 

Voler trop de baisers comme pour les garder, comme si c’était possible. 

Et vouloir les emporter avec soi. 

Échouer toujours évidemment mais recommencer encore. 

Désirer en silence. 

Rester muet. 

Savoir se taire pour dire. 

Laisser parler les âmes et les yeux, en être le témoin naïf. 

Ne pas savoir comment. 

Faire ! 

Être maladroit mais l’oublier. 

Arrêter le temps. 

Ne pas vérifier. 

En être persuadé. 

Être insolent. 

Prétendre à l’infini, à être entendu, à être compris. 

Décider d’abandonner le monde et s’abandonner soi. 

Se protéger des armures, se laisser mordre. 

Même aimer rendre les coups. 

Avoir peur. 

Se laisser avoir peur. 

Et trembler. Pour une mèche de cheveux. Et en connaître l’odeur. 

Et la chercher partout. Et la trouver partout. 

Dans les fleurs, dans le vent, dans le ciel, dans les draps. 

Et se perdre en chemin. 

Ne plus connaître la route, ne pas désirer savoir. 

Se manquer. 

Jouer le jeu de l’amour, laisser gagner l’autre. 

Être tous les deux perdants. 

Triompher alors. Triompher.

C’est ça. Et c’est bien !  

2 réflexions sur « Félix »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :