En vadrouille

Avant je ne sortais pas. Ou peu. J’allais juste chez mes parents et je répondais aux invitations des amis ou de la famille. Quand il fallait que je fasse quelque chose qui sortait un peu de l’ordinaire et bousculait mon quotidien je stressais énormément. Alors souvent j’inventais tout un tas d’excuses bidons pour échapper à la sortie et rester tranquille chez moi. Mais bien des fois j’ai dû plier et quitter mon antre pour affronter l’extérieur.
Je n’aimais pas sortir d’abord parce qu’il fallait préparer tout un tas de trucs : médicaments, sondage, vêtements chauds si il faisait froid et vice versa. Ensuite c’était la valse des transferts du fauteuil à la voiture et de la voiture au fauteuil autant de fois que j’avais d’endroits à visiter.
Ensuite j’avais toujours l’impression de déranger. Je me disais que ma présence pouvait gêner les gens qui n’avaient pas choisi de passer leur soirée avec l’handicapée de service. Avec le recul je trouve que c’est un peu prétentieux comme sentiment mais c’était plus fort que moi je ne me sentais pas à ma place. Le pire était si il y avait beaucoup de personnes inconnues. Je faisais alors tout pour passer inaperçue ce qui n’est pas très facile vous en conviendrez.
Par exemple l’an passé je suis allée à la fête de l’école de Vie N°1. Et bien je n’ai rien vu du spectacle car pour ne pas faire lever toute l’assemblée déjà installée j’ai préféré rester au fond. Sans estrade je n’ai pu qu’entrevoir le haut du crâne de ma puce. Et la pauvre dame qui voulait m’aider n’a pas eu raison de mes craintes et a abdiqué au bout de trois :

– Mais si on va les faire bouger vous pourrez avancer …

– Non !

– Mais vous n’allez rien voir …

– Tant pis !
Pourtant depuis le début de cette année, vers février environ, j’ai décidé de ne plus avoir peur. Je vous l’ai dit je décide beaucoup en ce moment. Du coup au spectacle de l’école de cette année j’ai dégagé tout le monde et me suis installée au premier rang. Et même que j’ai demandé à toooouuuuute la ligne de chaises à ma droite de se décaler pour que Chéri Coco puisse s’assoir à côté de moi. J’étais vachement fière pour le coup.
Dans le même registre j’arrive maintenant à dire aux personnes qui sont devant moi à la caisse réservée du supermarché que je vais les griller. Avant je faisais la queue derrière eux en disant :
– Allez y j’ai le temps !
Petit à petit j’arrive à être à l’aise partout. Je ne stresse (presque) plus et les sorties ne sont plus une épreuve. Je prends même du plaisir à rencontrer de nouvelles personnes c’est dire si les choses changent !!! En attendant de devenir une vraie jetsetteuse …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :