Coming out !

J’ai été une bonne élève. Une très bonne élève même. Ca n’a pas duré. À mon arrivée au collège je n’ai plus jamais eu envie de travailler à l’école. Je trouvais le temps long, je m’ennuyais. Les cours n’avaient pas de sens pour moi, on me demandait d’ingurgiter tout un tas de connaissances, puis de les régurgiter à un moment précis sans jamais m’expliquer pourquoi. De tête de classe au premier trimestre de 6ème j’ai terminé laborieusement ma 3ème juste au-dessus de la moyenne.

Sur mes bulletins toujours la même rengaine : « Quel dommage tu as tant de possibilités » – « Amélie n’exploite pas son potentiel » – « Travaille seulement quand ça l’intéresse » – « Eleve pertinente à l’oral mais aucun travail à l’écrit ». Moi je trouvais ça pas mal comme appréciations, j’étais potentiellement une bonne élève. Fainéante, pas impliquée, procrastinatrice, mais presque bonne élève. Bizarrement mon avis ne faisait pas l’unanimité et personne ne semblait satisfait de mes résultats. 

Au grand désespoir de mes parents et de mes professeurs, j’ai demandé à être orientée en filière professionnelle au lycée. J’en avais assez de la théorie, je voulais du concret. Mais ce fameux potentiel que je n’exploitais pas, et que je ne comptais absolument pas exploité, m’a valu une inscription malgré moi en seconde générale, parce que sinon vous comprenez ça aurait été du gâchis. Je ne sais pas quel espoir ils avaient tous fondé sur moi mais cette année de lycée fut une catastrophe. Entre les résultats médiocres et les absences répétées, j’ai été invitée à remettre le couvert pour une seconde seconde. Dans un film, c’est à ce moment là que j’aurais dû avoir un déclic, reprendre mes études en main et devenir une élève brillante, le tout à coup de sueur et de larmes, au rythme d’une musique inspirante. Mais on n’est pas au cinéma, ou alors c’est un drame psychologique, et bien évidemment j’ai complètement foiré cette deuxième année, que je n’ai d’ailleurs pas terminée pour cause d’accident de la route, ce qui a au moins eu le mérite de couper court pour quelques temps à mon problème d’orientation scolaire. 

Néanmoins le sujet est rapidement revenu sur le tapis après que j’ai vaillamment repris quelques forces. Il a d’abord été question de cours par correspondance, puis de retourner au lycée (en étant transportée en ambulance, c’était hors de question, j’avais une réputation de bad girl à entretenir et m’imaginer arriver allongée sur un brancard était juste impossible). Finalement j’ai opté pour un centre de rééducation fonctionnelle qui proposait de reprendre ses études au sein même de l’établissement. C’était un mini-lycée où se côtoyaient les patients et quelques jeunes des villages voisins. J’ai donc repris les cours, là encore sans faire d’étincelles, réussissant par je ne sais quel miracle à obtenir mon bac avec mention. Un véritable hold-up ou un énorme coup de chance vu mon investissement plus que nul dans les cours et les révisions. La suite se passe de commentaires, deux années de fac d’histoire de l’art en mode fantôme et une tentative de formation multimédia avortée (à lire ici pour les plus curieux-ses). 

Bilan : j’ai raté mes études. 

En septembre 2020 Vie N*1 a commencé sa dernière année de collège. Son parcours ressemble au mien. Encore cette histoire de potentiel inexploité. J’en suis arrivée à la conclusion que les chiens ne font pas des chats et que comme sa maman, il s’agissait de fainéantise, d’un manque d’implication et d’une fâcheuse tendance à la procrastination. Et puis d’autres facteurs sont à prendre en compte dont je parlerai peut-être bientôt avec son accord. En toute discrétion ma première Vie rentrera au lycée en septembre.

Vie N*2 quant à elle est entrée en 6ème de manière beaucoup moins discrète à la rentrée 2020. Son primaire s’était plutôt bien passé, elle a quelques facilités même si elle est plutôt vive (pour ne pas dire agitée) et je ne me faisais pas vraiment de souci pour le collège. J’aurais peut-être dû. Je pense avoir eu dans son carnet une cinquantaine de mots, dont 30 de son professeur de maths. Mon petit chaton un tantinet caractériel s’est transformé en tigresse incontrôlable, indisciplinée et insolente. Même à la maison elle était toutes griffes dehors à bousiller les meubles et grimper au rideau. Chucky sort de ce corps ! Que s’était-il passé entre août et septembre ? Je n’y comprenais rien. Et n’y rien comprendre n’était pas une option pour moi. 

Je vous passe les détails de mes recherches et investigations, des bilans psy, des discussions interminables, des nuits blanches, des cris, des pleurs, des tentatives de punitions par la douceur et par la force. Rien n’y a fait. Jusqu’au dernier jour de cette longue et pénible année scolaire, j’ai eu des mots et des appels du collège. Vie N*2 devait se contrôler, elle devait rester assise, elle devait être attentive, elle devait être silencieuse, elle devait ingurgiter et régurgiter ce qu’on lui donnait à apprendre sans ciller. À aucun moment on ne m’a demandé ce qu’on pouvait faire pour elle. Elle devait plier, s’adapter, se conformer. Elle était mal élevée et manquait d’un cadre. C’était comme ça et pas autrement. Sauf que faire autrement, tester d’autres options c’est mon passe-temps favoris. Vie N*2 entrera en 5ème dans un collège alternatif dont je vous parlerai sans aucun doute, où les méthodes s’adaptent aux élèves et où personne ne doit plier et rester assis sans bouger pendant 7 heures.

Vous allez me dire que mon histoire est bien sympa mais dans mon dernier billet je vous avais promis du lourd, quel rapport avec le titre Coming Out ? J’y viens … 

Je crois fermement que chaque épreuve traversée nous est nécessaire. Ces expériences inconfortables nous permettent d’avancer sur notre chemin de vie, d’en tirer des leçons, de ne pas répéter les mêmes erreurs encore et encore. Et nos enfants sont nos meilleurs enseignants. Nous avons tant à apprendre d’eux si nous acceptons de jouer le jeu et de faire preuve d’un peu d’humilité.

Vie N*2 a réveillé chez moi des sentiments pas très sympas à vivre comme la colère, la frustration et l’impuissance. Elle m’a mise devant mes contradictions éducatives, face à mon inconstance et à mon manque d’autorité. Elle m’a poussée à (re)prendre ma place, place que je n’ai pas encore vraiment trouvée mais je sens que je n’en suis plus très loin. Elle m’a obligée à me faire confiance, à croire en mes idées et mon intuition. Et sans le vouloir elle m’a aidé aussi à découvrir une partie de moi-même dont j’ignorais tout. 

Lorsque j’ai cherché sur internet « Les Gremlins sont-ils inspirés par de réels pré-ados ? » ou « Existe-t-il un sort vaudou pour faire tenir un enfant assis sur une chaise plus de cinq minutes ? », je suis tombée presque systématiquement sur des sites qui traitaient des troubles de l’attention (TDA – TDAH) et/ou du haut-potentiel intellectuel (HPI). J’en avais vaguement entendu parler et j’ai commencé à m’y intéresser. C’est là que les pièces du puzzle se sont mises en place. Je ne donnerai pas de détails ici à propos de mes enfants car ils n’aimeraient pas que j’en parle.

En réalité ce coming-out est le mien. C’est un coming-out particulier. Plus je lisais d’études, de témoignages, plus je regardais de vidéo, plus j’avançais et plus j’avais l’impression de me reconnaitre (ça fait beaucoup de plus en une seule phrase non ?). La description de ces personnes au fonctionnement cérébral particulier me correspondait à 95%. Et les tests sont venus le confirmer. Point de TDA avec ou sans H mais un HPI bien réel. Je suis un zèbre, une adulte surdouée qui a été une enfant précoce. J’en ai chialé. Puis j’ai été dans le déni. Puis j’ai chialé. Puis j’ai pensé que c’était une erreur et j’ai demandé à la psy de vérifier. Puis j’ai chialé; oui j’ai beaucoup chialé. J’ai ensuite ressenti un immense soulagement, tout comme Rubis, Edith, Solange et Plume, les 4 voix qui squattent ma tête et qui dans un long soupir m’ont lancé en choeur : « Bordel tu n’es finalement pas cinglée ! ». Et puis j’ai été en colère. Quel gâchis !

Apprendre à 42 ans qu’on n’est pas fainéante, idiote ou inadaptée est une sacrée secousse – « Madame vous avez une voiture de course dans le garage et vous vous en servez comme d’une voiture sans permis! »(d’ailleurs on en parle ou pas de ces conducteurs sans permis ? Ah c’est pas le moment ? Non parce que c’est un fléau quand même … Oui bon ok je me tais mais j’y reviendrai !).

Et maintenant ? Qu’est ce que j’allais faire de cette information ? D’abord apprendre, ensuite comprendre. J’ai appris qu’il y a un facteur héréditaire et j’ai ainsi repéré au moins 3 zèbres chez mes ascendants directs. J’ai appris que contrairement aux idées reçues on n’est pas forcément le premier de cordée, qu’on peut être totalement hors des clous, qu’il peut être difficile de nouer des liens et qu’on peut se sentir idiot, pas à sa place (encore) et jamais suffisant. Une des caractéristiques du HPI est son insatiable curiosité et un cerveau qui ne s’arrête jamais. Je sais combien je peux souler à toujours aller vérifier une définition, une date, un événement sur mon smartphone. Combien de fois on m’a dit d’arrêter de jouer à la maitresse d’école en voulant corriger les fautes, d’être une Madame « Je sais tout » alors que moi je désespère d’en savoir tellement peu, d’être incomprise lorsque j’explique que j’aimerais mettre mes pensées sur off, ne plus cogiter à 3 heures du matin et pouvoir regarder un film sans que cela ne me donnes 50 idées différentes, de la décoration de mon salon à reprendre des études de droit. Je ne vais pas vous faire la liste de particularités du haut potentiel, ce n’est pas le sujet, mais vous avez compris l’idée.

Une fois la stupeur et la sidération passées, une fois qu’on a lu, écouté et regardé à peu près tout ce qui se fait sur le sujet, il faut bien avancer. C’est quand même pas un handicap ce truc, je suis déjà servie de ce côté là, merci mais non merci j’ai pris ma part. J’ai eu besoin de me confier mais en parler autour de moi s’est avéré souvent un échec cuisant : « oui ok c’est bien joli mais ça n’excuse pas tout »« t’es certaine de ton truc ? tu sais les psys pour te faire revenir en consultations ils en rajoutent » – « c’est une mode ce truc, une excuse pour rien branler » – « ah mais moi aussi je crois que je suis comme ça, j’ai fais un test sur internet je suis presque comme Einstein » – « oui bah ça n’empêche pas que des fois t’es un peu conne ». Je me sentais déjà à coté de la plaque avant, c’était finalement pire de savoir et de le dire. J’ai arrêté d’en parlé et j’ai agis.

En mars dernier j’ai lu sur un groupe Facebook le commentaire d’une nana qui proposait un accompagnement spécifique. Son message : je vais vous aider à vous aimer et à rayonner. Bingo ! Je suis partie 3 mois en voyage avec Virginie Dexet et tout ce que je peux vous dire c’est que je n’ai pas regretté une seconde d’avoir embarquée à ses côtés. Ça a secoué, ça a parfois carrément tangué mais bordel ça m’a fait prendre conscience de tellement choses ! Je pensais être nulle, faible, même carrément cinglée à toujours ressasser les mêmes rengaines sans réussir à m’en dépêtrer. Je ne m’accordais que peu de valeur comparée à celle dont je créditais les autres. Je vivais à ce moment là en esclave du jugement d’autrui et enlisée dans un système limitant dont j’avais conscience mais dont je ne savais pas comment me sortir.

Apprendre ma « zébritude » et surtout l’apprivoiser me donne aujourd’hui le courage d’en parler. Il ne s’agit pas de me mettre une nouvelle étiquette sur le front ou d’exposer une quelconque supériorité intellectuelle. Ce n’est tellement pas ça dont il est question. Il s’agit en réalité de continuer mon chemin d’authenticité et de liberté. Je suis plus que jamais persuadée que la parole authentique libère. Elle libère tout autant celui qui la livre que celui qui la reçoit. L’expérience de l’un facilite celle de l’autre lorsqu’elle partagée en toute honnêteté, sans peur de se mettre à nu, d’être vulnérable.

Par ce billet j’ouvre une nouvelle voie pour ce blog, une nouvelle piste à explorer, d’autres personnes à toucher et à rencontrer. J’en profite pour remercier Virginie de son accompagnement et de l’amitié sincère qui se noue entre elle et moi. Et pour vous qui attendiez un coming-out plus croustillant, je vous invite à écouter ce podcast qui explique exactement pourquoi celui là je ne le ferai jamais ;)

Mon Journal de Gratitude #16 : Celle qui faisait une réunion de chantier !

Nous sommes le 16 août et je rédige mon seizième Journal de Gratitude. Coïncidence ? Je ne crois pas … Enfin si un peu, j’étais partie pour rédiger un bilan de l’année écoulée et justement, la coïncidence était tentante. Je serai donc obligée de terminer ce billet positivement et emplie de gratitude (comme si ce n’était pas toujours le cas).

Aujourd’hui c’est mon anniversaire (non ce n’est pas pour qu’on me le souhaite mais bon si vous y tenez … :)) et comme je l’ai dit dans mon dernier billet, c’est le moment pour moi de faire le point sur l’avancée des travaux de ma vie. Parce que oui je prends la vie comme un chantier qu’il faut tenter de mener à bien ! J’essaye de m’outiller le mieux possible, d’apprendre les bonnes techniques et de bien consolider l’édifice. Mon souci : les fondations étaient déjà terminées quand je suis arrivée et je pense que les mecs n’étaient pas du métier. Ou alors ils avaient bu. Où ils ont fait exprès pour me lancer un défi. En tous cas c’était un beau bordel et il a fallu bosser dur pour réparer les dégâts. Malgré quelques malfaçons persistantes que j’ai finalement acceptées, je crois que j’y suis arrivée.

Et puis je me suis rendu compte que l’électricité n’était pas aux normes. Partout des câbles mais aucune prise. Comment allais-je pouvoir mettre à (re)charger mon téléphone mais aussi mes peurs, mes croyances et mes pensées limitantes auxquelles je tenais tant ? En panique, j’ai cherché un mode d’emploi, un plan, des directives. Je ne suis pas électricienne moi, je n’avais aucune idée de comment ça fonctionne. Et c’est au fond d’un tiroir que je suis tombé sur la solution :

C’est quoi cette connerie ? On n’allait pas encore me conseiller de lâcher prise ! Punaise je l’ai déjà tellement cherchée cette prise que j’avais fini par laisser tomber. Tu déprimes ? Lâche prise ! T’es nostalgique ? Lâche prise ! T’es angoissée ? Lâche prise ! Oui bon moi je veux bien mais purée-de-pomme-de terre elle est où cette prise ? J’en avais tellement marre de cette chasse à la prise, le St Graal du développement personnel, que j’avais décidé d’arrêter. Stop. Basta. Laissez moi tranquille avec votre histoire de prise, je préfère continuer à vivre mes moments difficiles tant bien que mal et on se revoit à la prochaine éclaircie.

Mais voilà les « choses » sont quand même bien ficelées et c’est au moment où tu lâches l’affaire que tout s’aligne. C’est un peu comme quand t’es célibataire et que tu désespères de rencontrer quelqu’un-e et que justement le jour où ce quelqu’un-e débarque dans ta vie tu deviens irrésistible . C’est normal oui je sais, tu rayonnes d’amour donc forcément tu attires les autres. Et bien avec cette fameuse prise c’est pareil, t’as plus l’air d’être au bord du suicide donc tu deviens un aimant à good vibes. C’est pas nouveau, ça s’appelle la loi de l’attraction, tu récoltes ce que tu sèmes et qu’on le veuille ou non, qu’on y croit ou non, ça fonctionne.

L’an dernier à cette époque et jusqu’à la période des fêtes, j’étais dans une phase vraiment compliquée. Je me sentais enlisée, empêtrée dans un bourbier dont je n’arrivais pas à sortir. Les Vies avaient des difficultés à l’école. L’ambiance à la maison était explosive. Je devais rendre un écrit pour valider mon DU (oui j’ai passé un diplôme universitaire l’an passé, comme quoi tout arrive !) mais rien ne sortait et pour preuve je n’ai posté aucun billet ici entre aout et fin décembre 2020, ni rien noté dans mes nombreux blocs notes et autres journaux intimes. J’avais l’impression d’avoir épuisé toutes mes cartouches et je désespérais. Je me suis alors mise en mode « Autruche » (à ce propos je suis allée vérifier cette histoire de tête dans le sable et j’ai découvert que les autruches n’adoptent pas ce comportement par peur mais pour surveiller leurs nids ou se protéger de la poussière. Si elles sont effrayées, elles courent et s’il le faut elles peuvent dégommer une lionne avec leurs grosses griffes. Du coup je les trouve hyper badass les autruches et comme quoi on vit avec des idées complètement fausses c’est dingue).

De temps en temps je sortais mon bec du sable et pour m’aider à y voir plus clair, je tirais régulièrement mes petites cartes oracles et de tarot. J’ai une âme de cartomancienne, je dirais même de sorcière, et c’est un art qui me parle tout particulièrement. Mais n’est pas Madame Irma qui veut et je trouve difficile de rester objective lorsqu’il s’agit de soi-même . J’ai donc fait appel à Jill, tarologue de talent dont je suis le travail depuis un moment, pour m’accompagner lors de cette mauvaise passe. Et tu parles qu’elle était mauvaise la passe ! Dans mon tirage presque toutes les cartes étaient à l’envers. C’était moche à tel point que Jill, perplexe et presque aussi dépitée que moi, a proposé de m’offrir un second tirage dit « de coaching » pour m’aider à renverser la tendance.

Je pense que si elle m’avait suggéré un rituel satanique ou un sacrifice vaudou j’aurais accepté sans ciller. Heureusement pour moi, elle est également nonne bouddhiste et sa bienveillance m’a beaucoup touchée. Nous avons donc effectué ce second tirage et je suis repartie avec ma petite liste de conseils sous le bras, bien décidée à les mettre en pratique. Résultat ? Et bien encore une fois qu’on le veuille ou non, qu’on y croit ou non, ça a fonctionné. Je me suis mise le coup de booste nécessaire et je suis fière de vous dire qu’aujourd’hui ça va beaucoup mieux. Jill a partagé ce chouette travail sur sa chaîne YouTube parce que je visiblement je suis un cas désespéré d’école et que ça peut être inspirant pour celles et ceux qui cherchent des réponses (et par la même occasion vous pourrez y trouver les liens pour la suivre, n’hésitez pas elle est géniale !).

Vous dire que tout est résolu et que les travaux sont terminés serait un mensonge. Si on vous promet de résoudre vos problèmes et de vous rendre heureux pour toujours en deux tirages de cartes, fuyez ! Non tout n’est pas parfait. Mais c’est OK. Oui je ne gère pas toujours très bien. Mais c’est OK aussi. Et cette prise alors ? J’ai jeté le petit mot trouvé au fond du tiroir, j’ai bricolé l’électricité avec du scotch et de la ficelle et pour l’instant la lumière fonctionne et illumine ma vie. Si d’aventure une ampoule devait claquer j’irai chercher ma boite à outils et Mac Gyver et on bidouillera un truc ensemble (et je réaliserai un fantasme de jeunesse par la même occasion).

J’ai encore tellement à dire sur cette 43ème année. J’ai été accompagnée par une coach formidable pour un bilan de compétences, j’ai un projet professionnel génial, Vie N°1 sort de sa chrysalide et laisse percevoir les ailes du plus beau des papillons et Vie N°2 m’apprend plus que jamais à devenir une maman qui déchire. Promis je vous raconterai tout et pour vous tenir en haleine je peux déjà vous dire que mon prochain billet parlera d’un coming-out, du pouvoir de la pensée et d’une corrézienne qui envoie du lourd . Pas mal hein comme teaser !

Aller pour terminer par les traditionnels remerciements ça va être très simple : MERCI LA VIE ! Y a rien d’autre à dire quand tu te retournes et que tu fais le bilan. Merci à cette putain de vie de m’envoyer de la merde et de m’apprendre à la transformer en or. Voilà c’est aussi simple que ça :

Indomptée !

Mon anniversaire est dans quelques jours. Ce moment est pour moi celui du bilan de l’année écoulée et des grandes décisions à prendre pour celle à venir. C’est également le moment où je me sens le plus vivante, où je ressens les énergies du lion et de son maître le soleil. Les idées se bousculent, les envies s’accumulent, mon esprit est en joyeux bordel et je me laisse porter par cet élan créatif et mon imagination. Je rêve d’une retraite silencieuse, d’une journée à la mer, de roulades dans l’herbe et des branches d’un saule qui se balanceraient lentement en laissant passer quelques rayons chauds et dorés. 

J’aurai 43 ans. Je plaisante souvent sur le fait qu’il est dur de vieillir mais en réalité j’aime la quarantaine. J’aime la liberté qu’elle m’autorise, le détachement qu’elle m’offre et que j’essaye d’apprivoiser. Encore trop souvent je me censure et dans ma tête Edith la poissonnière-esthéticienne me rappelle que telle chose ne se fait pas ou que telle autre ne se dit pas. 

Les conventions, la bienséance, la pression familiale, que sais-je encore, veulent qu’on obéisse et qu’on se taise. Il est préférable de garder pour soi ce qui dérange. Tout n’est pas bon à dire paraît-il. Expliquez-moi alors comment faire lorsque tout hurle. 

Mon intuition me souffle : raconte ! Se taire c’est accepter. Se taire c’est consentir. Il y a trop de situations où rien ne peut sortir. Trop de moments de torpeur, de sidération, qui musellent. J’ai le sentiment que trop peu osent s’exprimer, de peur de déranger, d’être rejeter, de ne pas convenir à ce qui est autorisé ou non. Mais qui autorise ? Qui décide de ce qui est prononçable et de ce qui ne l’est pas ? Si les mots veulent sortir et que les retenir tue, qui peut empêcher de les dire, de les chanter ou de les écrire ? 

Tout n’est pas bon à dire. Cette phrase m’obsède depuis qu’elle m’a été opposée. Qu’ai-je dit de trop ? Et que pourrais-je bien dire qui ne soit pas bon ? Un secret ? Une vérité ? Je m’en fiche. Ma simple existence dérange. Mon histoire est une succession d’exceptions à la règle. Je ne suis plus à une bousculade près. Je n’ai pas de secrets. Je ne détiens pas de vérités. Je ne sais que partager mes émotions et ce qu’elles m’inspirent. Parce qu’elles débordent et que je ne sais pas les dire en sons, alors je les écris en mots. Je les couche sur mon clavier et elles s’incarnent comme par magie sur l’écran de mon ordinateur. Je les dépose là comme pour me délester d’un poids. Parfois il ne s’agit que d’un sanglot passager ou une joie éphémère. Parfois c’est un torrent de larmes ou un bonheur sans nom. Parfois c’est lourd et dégueulasse. Parfois c’est léger et magnifique. Il ne s’agit pas de régler des comptes ou de payer une dette. Il s’agit simplement de dire. Dire, au risque de ne pas convenir, de ne pas être quelqu’un de bien, de ne pas être aimée. 

Dans son livre « Indomptée »(1), Glennon Doyle raconte comment jusqu’à ses 40 ans elle a tout mis en œuvre pour être quelqu’un de bien. Elle a su sortir de l’alcoolisme, de la boulimie, de l’addiction médicamenteuse. Elle s’est mariée, a eu 3 beaux enfants, a monté une association qui lève aujourd’hui des millions de dollars pour les personnes dans le besoin. Elle est allée à l’église et a suivi des préceptes érigés par d’autres. Elle a soigneusement épilé, botoxé, habillé et fardé son corps pour qu’il ressemble à celui exposé partout où notre regard se pose. Finalement son mari a été infidèle, ses enfants ne sont pas parfaits et la misère fait toujours partie de ce monde. Être quelqu’un de bien au prix de beaucoup d’efforts n’a pas eu le résultat promis. Alors Glennon a pris une décision. Et si au lieu d’être quelqu’un de bien elle devenait quelqu’un de vrai ? Et si c’était la clé de la liberté ? 

Comme Glennon j’ai essayé de tout garder pour moi, de paraitre quelqu’un de bien, mais je n’ai pas réussi. Ma vie est un bazar, comme celui qui jouxtait le magasin de vêtements de ma grand-mère lorsque j’étais petite. Je me souviens du vieux parquet grinçant à chacun de mes pas et de l’odeur qui y régnait et que je n’ai jamais plus senti ailleurs. On y trouvait presque tout et particulièrement rien. Des bocaux de perles, de boutons et de rubans. Des jeux pour les enfants. Et d’autres pour les grands. C’était un endroit magique pour la fillette que j’étais et je m’y aventurais comme une exploratrice en pleine forêt amazonienne. Déjà j’aimais les choses qui foisonnent, celles qui donnaient du grain à moudre à mon imagination fertile. Longtemps j’ai cherché à ranger chaque chose à sa place, à maitriser mes lubies, à ressembler aux autres. J’ai culpabilisé d’être monté dans cette voiture, de n’avoir pas fait d’études, de n’avoir pas sauvé mon mariage, d’avoir aimé la mauvaise personne, de ne pas répondre au téléphone, de préférer la douceur de ma solitude au chahut de ce monde, d’être instable et inconstante. Je n’ai pas été vraie. Je n’ai pas été libre. Je ne le suis d’ailleurs toujours pas mais je travaille dur pour y parvenir. 

Ma décision principale pour cette nouvelle année ? Suivre le conseil de Whitman, rejeter ce qui insulte mon âme et n’écouter désormais que ma musique intérieure.

(1) Glennon Doyle – Indomptée – Éditions LEDUC

Brèves de vie : Le parc

Je suis au parc. Je regarde les gens courir. Ils sont beaux. Surtout les femmes. Elles ont des tenues parfaitement assorties, depuis leurs chaussures jusqu’à leur bandeau dans les cheveux. Même les chaussettes. Et sûrement les sous-vêtements aussi. Certaines portent des leggings avec des empiècements en tissu transparent, comme des collants fins. Sexy jusque dans l’effort. Je jette un œil méprisant à mes chaussons en laine. S’ils n’avaient pas été tricotés par ma mère je les détesterais. Je me dis que ces femmes ont trouver le moyen de faire taire Karl Lagerfeld – (même si on ne l’entend plus beaucoup vu que bon, il est mort) – puisqu’aujourd’hui ces bas destinés au sport sont portés dans la vie quotidienne.

Je suis toujours au parc. Je regarde les canards. Ils sont beaux. Surtout les mâles. Je n’arrive pas à être blasée devant leurs couleurs chatoyantes. Il y a des poules d’eau aussi, qui n’ont rien de très joli. Elles sont noires. Seul leur bec rouge donne un petit truc funky. Mais contrairement aux canards qui sont plutôt râleurs, les poules d’eau sont drôles. Elles sont toutes ensemble sur la berge à papoter et j’aimerais beaucoup comprendre ce qu’elles se racontent. Je ne peux m’empêcher de leur donner des prénoms. Georgette, Lucette, Ginette. Il doit bien y avoir un Robert ou un Gérard dans le tas mais je ne le vois pas. Je préfère les imaginer entre gonzesses.

Un couple de vieilles personnes passe devant moi. Ils sont encore plus beaux que les joggers et les canards réunis. Ils ont tous les deux les cheveux blancs. Ils sont petits. La dame a des yeux bleus. J’aurais aimé les prendre en photo furtivement mais je n’ai pas réussi à attraper mon téléphone à temps. J’ai failli le faire tomber. Encore. Je suis plus lente et maladroite qu’un couple d’octogénaires en promenade un dimanche matin au parc. Bref. Ils se tiennent la main. Ils jouent avec leurs doigts, les entremêlent comme feraient de jeunes amoureux. Ils se racontent des choses. J’aimerais savoir ce qu’ils se disent. Mais je n’ose pas tendre l’oreille de peur d’entendre un secret. Ou une anecdote coquine. Ils s’interrompent pour me saluer. Je leurs souris. 

Un même coureur passe pour la troisième fois. Il a un sac à dos d’où s’échappe de la musique. Elle est très forte. Il a calé le rythme de sa course et de son souffle sur les lourdes basses. Il est beau lui aussi. Luisant. Haletant. Un peu moins quand même que les petits vieux et les canards mais bien plus que les joggeuses saucissonnées dans leurs collants et leurs t-shirts fluorescents. Lui n’a pas de tenue stylée et il s’en fiche. Il est à fond dans ce qu’il fait. Il court. Rien d’autre. 

Je fais le tour du parc. Un groupe d’enfants exécutent les enchaînements qu’une jeune femme très enthousiaste leur montre. Ils miment la chanson des crocodiles. Ils sont beaux eux aussi. Leurs sourires avalent la moitié de leurs visages. Leurs yeux rieurs bouffent le reste. Je me souviens de mes Vies au même âge. Je me dis que ce genre d’activité leur aurait beaucoup plu. 

Je descends vers le cours d’eau. Sur une petite place je vois quelques personnes handicapées accompagnées de leurs chiens d’assistance. Elles portent les gilets de l’association qui élève et propose ensuite ces derniers à l’adoption. Il y a d’autres personnes avec ces mêmes gilets, valides, qui ont elles aussi des chiens qu’elles semblent entraîner. Je me dis que c’est une drôle de coïncidence, je regardais il y deux jours le site de cette même association. Prendre un chien comme ceux-là me trotte dans la tête. Je devrais aller leur parler, me renseigner. Mais je n’ose pas. Je regarde les chiens. Ils sont beaux. J’avance. Je cherche un regard qui me confirmerait que je peux m’incruster dans leurs activités. Je ne le trouve pas. Ou peut-être que je ne le vois pas. J’hésite encore un instant puis je poursuis ma route. Peut-être que je repasserai tout à l’heure. 

À l’entrée du parc il y a des agrès pour les sportifs. Je remarque un mec en tenue camouflée, comme les militaires. Je le regarde du coin de l’œil. Il est beau. Plus beau que le coureur au sac à dos. Il discute avec un autre gars. Ils se mettent eux aussi à courir. Je ne me souviens pas qu’on courait autant il y a 20 ou 30 ans. 

Je décide de me poser encore un moment au soleil. Je ne sais pas pourquoi, je cherche un banc. Je suis seule. Je suis assise dans mon fauteuil. Pourquoi vouloir m’arrêter près d’un banc alors que je pourrais le faire n’importe où ? Un réflexe archaïque sûrement. J’ai trouvé. Je m’installe face au soleil. Je pense à ma mère qui me vante inlassablement les bienfaits de la vitamine D. Je lui souris par la pensée. Je me dis que j’occupe un banc pour rien, que personne n’osera s’assoir tout en me maudissant de voler un emplacement. Je me décale juste assez pour laisser supposer que je ne veux pas le banc mais que je le veux un peu quand même. Je me fatigue de moi-même.

Le militaire passe devant moi avec son pote. Ils courent toujours. Je commence à écrire ce billet pour ne pas oublier ce qui me passe par la tête. Je ne vois plus ce qui se passe autour de moi. Quelques minutes s’écoulent. Je balaye les alentours du regard et à nouveau le militaire passe. Il me sourit. Ça fait du bien de voir des visages sans masque. J’ai enlevé le mien depuis mon arrivée au parc. L’extérieur et la distance le permettent. Je lui rends son sourire, un peu gênée. Je note encore quelques trucs. Je profite du soleil. Il fait chaud et je bataille pour enlever mon écharpe. Coincée dans mon dos, elle est maintenant positionnée comme celle de Miss France. Je me sens ridicule. Le militaire repasse. Je prends un air le plus d’étendu possible car je sais à son regard qu’il va me parler. Il arrive à ma hauteur et me lance un bonjour enjoué. Je balbutie un truc incompréhensible alors qu’il s’éloigne en trottinant avec son acolyte. Je crois qu’au prochain tour il va s’arrêter. Il va me demander si je vais bien ou une banalité du genre. Ou peut-être qu’il va me demander si j’occupe le banc. Il va en tous cas vouloir entrer en relation avec moi. Vite je dois fuir. Je coince mon téléphone entre mes jambes pour ne pas le perdre encore une fois. Je tente en vain de réajuster mon écharpe qui cette fois pends sur le côté au risque de traîner par terre et de se prendre dans mes roues. Je sors du parc et rentre chez moi. Je fais attention à mon téléphone, à l’écharpe, aux crottes de chiens, aux trous du trottoir et aux cyclistes impatients. Bientôt je serai à l’abri. Mince j’ai oublié de prendre des photos. Et de repasser près des chiens.

Je suis dans mon salon, le regard perdu à l’horizon. J’imagine la conversation avec l’instructeur de chiens d’assistances, ma main caressant la tête du magnifique labrador noir qu’il tient en laisse. S’il me le confiait je n’aurais plus jamais peur de faire tomber mon téléphone.

Je suis dans mon salon, l’esprit divaguant entre des SI et des MAIS. J’imagine l’échange avec ce beau militaire à propos du temps qu’il fait et de ce satané virus. Je le vois noté mon numéro dans son téléphone. Je me vois lire son premier message : « J’ai été ravi de faire ta connaissance, j’espère te voir au même endroit le week-end prochain. Moi je serai là … » 

Je suis dans mon salon. Mon téléphone est par terre. Je n’ai pas de rendez-vous le week-end prochain. Je retournerai au parc. Peut-être que j’y retrouverai le militaire. Sûrement les joggeuses. Et j’essaierai de ne pas fuir.

Vivre !

Il y a un moment de ça j’avais pris comme engagement de publier ici un billet chaque dimanche, intitulé Mon journal de gratitudes. J’y racontais mes ressentis de la semaine écoulée et j’y exprimais avec plaisir ma gratitude pour les petits et les grands bonheurs vécus durant les 7 derniers jours. C’est un rendez-vous que j’aimais beaucoup et que j’ai tenu environ 3 mois. Puis j’ai abandonné. Et alors que je termine d’écrire cette phrase, une voix de poissonnière s’élève dans ma tête et me balance : « Comme d’habitude ma cocotte, est-ce que tu as déjà tenu un projet sur la longueur ? »

La première réponse qui me vient est NON. Un gros NON caverneux.

Et cette voix de vieille rombière m’en rappelle d’autres, bien réelles, qui viennent confirmer ses dires : « Encore une de tes lubies , t’en as pas marre de tout commencer et rien terminer , oh mais quelle girouette , t’as de ces idées toi …. » 

C’est à ce moment là que je commence à faire intérieurement la liste de tous mes échecs. Cette formation que je n’ai jamais validée, cette association que j’ai quittée, cette exposition que je n’ai pas valorisée. Et je sors de mes pensées 20 minutes plus tard, déprimée, avec une piètre opinion de moi-même, à culpabiliser d’être si idiote, si nulle, si instable. 

Je voulais juste écrire un petit billet sympa pour dire que j’ai l’intention de reprendre mon journal dominical et je me retrouve à chialer sur ma misérable existence. Comment est-ce possible ? 

En y réfléchissant cette voix s’exprime souvent. Bien trop souvent à mon avis. Si souvent que je l’ai personnifiée. Elle s’appelle Edith, car elle me fait penser à l’esthéticienne des chroniques de Guillaume Meurice, et elle ressemble vaguement à la Nounou d’enfer. Oui Edith est casse-bonbons mais Edith est sexy. Quitte à cohabiter avec des gens dans ma tête autant qu’ils soient plaisants. 

Et voilà que mon Edith à moi a un truc à ajouter : « Mais heureusement que je suis là, sinon tu ferais un paquet de conneries et t’aurais bien l’air con ma cocotte !« . Effectivement oser se lancer dans un nouveau projet m’expose au regard des autres. Et avoir l’air con, infamie suprême des adolescents des années 90, serait vraiment difficile à vivre. Mieux vaut l’écouter Edith, elle a sûrement raison. 

N’empêche que moi des idées j’en ai plein. Évidemment il doit y en avoir des très nulles. Mais je sais au fond de moi qu’il y en a aussi quelques unes de très bonnes. Si j’osais je vous dirais qu’il y en a même une ou deux qui sont carrément géniales. Mais Edith n’est pas de cet avis et me rappelle qu’un peu d’humilité ne me ferait pas de mal : « Non mais pour qui tu te prends ma cocotte ?!« 

À ce moment de mon billet je ne sais plus où je voulais en venir. Cette chieuse de poissonnière me braille dans les oreilles (et depuis l’intérieur c’est juste insupportable) qu’il ne faut absolument pas que je publie ce torchon, que les gens vont me prendre pour une folle et que (décidément Edith est So 90’s) je vais passer pour une nazebroke. Et voilà, je flippe ! 

Mais de quoi ai-je peur ? De m’engager virtuellement à un rendez-vous hebdomadaire et de ne pas m’y tenir ? Qui va m’en blâmer sinon moi-même ? 

Et cette peur de ne pas honorer la promesse que je me suis faite ne cache-t-elle pas plutôt un profond désir ? Celui de pouvoir me faire confiance, d’être fiable envers moi-même, de pouvoir compter sur mes propres ressources ? Car sinon pourquoi toujours me lancer ce même défi de la régularité ? Et si au final j’y arrivais ? Si je faisais fermer son clapet à Edith ? Bordel comme ce serait jouissif ! 

Je me rends compte que cette peur qui me taraude, et beaucoup d’autres, peuvent être de formidables sources d’inspiration si on sait voir le désir qui se cache derrière. 

Si j’écris à ce sujet aujourd’hui c’est que j’ai travaillé dernièrement sur l’auto-sabotage. Edith est mon monstre saboteur, cette voix qui nous empêche d’être nous-mêmes et qui personnellement me pourrie la vie. La nommer, lui donner corps, la moquer et la dénigrer en public lui enlève de son pouvoir. Je ne veux plus être guider par mes peurs. Si je prends un engagement aujourd’hui, ce n’est pas de tenir un journal à heure fixe mais de rester focus, constante, dans mon désir à déconstruire ce qui m’empêche d’être authentique et honnête envers moi-même et par ricochet envers les autres.

J’ai également appris que ces peurs naissent dans notre enfance, qu’elles sont la face immergées de blessures dont nous n’avons plus ou peu conscience et qui nous poursuivent toute notre vie. Elles nous ont été infligées par nos proches, par des circonstances difficiles ou des événements douloureux. Elles sont inévitables si on n’y prête pas garde. Ça pourrait être triste, ça pourrait nous rendre aigris si nous n’avions pas de moyens d’y remédier. Mais réjouissez vous il est possible de guérir, de s’affranchir de ses peurs. C’est un chemin qui vaut la peine d’être emprunté et qui, s’il bénéficie à celui qui s’y aventure, rayonne également sur tout son entourage. 

Et ces idées géniales ? Je vous assure que je travaille fort, avec mon coeur, pour leurs donner vie. En l’écrivant ici je m’engage un petit peu plus vers leur réalisation. Ça me fait toujours un peu peur je dois avouer, mais tellement moins maintenant qu’Edith a été démasquée :)

Les merveilles de l’ordinaire

Depuis toute petite je suis en quête. Je ressens profondément le besoin de donner un sens à ce que je vis. Je ne sais pas me contenter d’une image, d’un son, d’un fait. Je veux comprendre, je veux savoir. Ce qui me passionne ce n’est pas tant le fonctionnement mais surtout l’intention, la motivation, la passion qui se cachent derrière les apparences. Lorsque je rencontre une personne et qu’elle me parle de son métier, ma première question est de savoir si elle aime vendre des voitures ou s’occuper de personnes âgées. Je me fiche de savoir combien elle gagne. J’aime voir les yeux briller. J’aime écouter les parcours. Je suis capable de me passionner une soirée entière pour les histoires d’un électricien ou les anecdotes d’une institutrice. Le merveilleux se cache dans l’ordinaire et je crois que ma capacité à le dénicher partout où on ne l’attend pas me permet de ne jamais m’ennuyer et d’être si positive. La vie est une merveille, être en vie est merveilleux, même dans les pires conditions. Si j’osais je dirais même que le merveilleux surgit surtout dans les pires moments.

Citation de Agostino Degas : Il y a trois mots simples qui, à eux seuls, peuvent résumer le sens de la vie : être, aimer et s’émerveiller !

Je m’émerveille à l’instant devant le soleil qui se couche. Sa lumière danse sur ma main, dessine un spectacle d’ombres sur le mur blanc, mon corps en négatif sur fond d’or et la sensation d’une douce chaleur. Par ma fenêtre, la cathédrale de Strasbourg flamboie chaque soir différemment. Je ne m’en lasse pas. J’aimerais partager cet émoi quotidien mais je fatigue les autres.

« C’est bon on l’a vue ton soleil, tu nous en parles tous les soirs …« 

Comment peut-on être blasé face à un tel miracle ? Comment ne pas s’émerveiller devant ce jour qui meurt et renaît chaque lendemain ?

Couché de soleil orangé sur la Cathédrale de Strasbourg

Alors qu’il lui reste 6 mois à vivre, Christiane Singer rédige un journal, « Derniers fragments d’un long voyage ». Ce livre est une ode à la vie, à l’amour et à l’émerveillement.

Il est vrai que j’ai reçu un sacré don avec la naissance : celui de tout magnifier. Il ne m’a jamais tout à fait quittée et je le retrouve dans cette allégresse profonde, qui malgré tout m’habite.

Christiane Singer

Je crois en effet que le pouvoir de s’émerveiller est un don, une capacité innée que nous oublions en grandissant. Il n’y a qu’à observer un enfant tomber en extase devant une feuille d’arbre qui flotte dans une flaque d’eau. Ou comme cette petite fille devant la beauté éphémère de la vie :

Tout ce dont je vis aujourd’hui, j’en ai eu l’intuition enfant : le fait de savoir que chacune de nos existences est un rendez-vous ; qu’on peut le rater ou le célébrer. J’avais cette sensation que le monde m’était confié, et ce n’était pas de la mégalomanie, mais, bien au contraire, de l’humilité. Je pressentais que chacun d’entre nous a, à son échelle, la charge du monde. Par mon désordre, j’entraîne le désordre autour de moi. Si, au contraire, j’entre dans l’ordonnance intérieure de l’amour, je rayonne. Et d’un seul être peut partir un tel rayonnement, qu’il répare une famille, un village, une entreprise… Des expériences comme ça, j’en vois tous les jours. Je n’invente rien.

Christiane Singer

J’ai la conviction intime que cette vie de dépendance est d’une certaine manière un don du ciel. J’ai ce sentiment depuis l’instant où j’ai compris ce qui m’arrivait. Jamais je n’ai prié dans l’espoir de retrouver mes facultés physiques. J’ai seulement demandé à ne pas rester seule sur ce chemin qui m’attendait et je suis reconnaissante d’avoir été entendue.

Beaucoup m’oppose que c’est une façon d’accepter, que donner du sens à cette tragédie me permet d’avancer. Sans aucun doute. Et ces mêmes refusent de m’entendre lorsque j’ose affirmer que je suis heureuse. Je vis chaque jour la douleur du handicap, je ne peux pas le nier. Mais j’expérimente aussi chaque jour la merveille du handicap. Cette situation de dépendance est d’une cruauté sans nom dans ce qu’elle m’enlève, ce dont elle me prive. Et pourtant elle est d’une beauté sans égale. Elle révèle en moi et en ceux qui m’entourent des sentiments, des relations intenses et profonds, qui n’existeraient pas sans le rapport particulier que la dépendance exige.

Notre devoir le plus impérieux est peut-être de ne jamais lâcher le fil de la Merveille. Grâce à lui, je sortirai vivante du plus sombre des labyrinthes.

Christiane Singer

Je tiens fermement le fil de la Merveille. Pour moi elle se situe dans les liens que j’entretiens aux autres mais également à la nature et à l’invisible. On peut penser que je suis perchée ou mystique, j’assume complètement. J’ai choisi il y a longtemps, bien avant ce drame de la route, bien avant l’âge de raison, sans doute avant ma naissance, d’être émerveillée chaque jour sans exception et je m’y attèle sans relâche. Aujourd’hui plus que jamais je vous souhaite une merveilleuse journée !

Photo en noire et blanc d’une petite fille cachée derrière un arbre et qui sourit. Citation de Chesterton : Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles mais uniquement par manque d’émerveillement.

Happy Birth-COVID-Day !

Si vous suivez mon blog depuis un moment ou si vous me connaissez personnellement, vous savez que j’ai un rituel un peu particulier : je fête chaque année l’anniversaire du jour où j’ai été victime d’un accident de la route. Jusqu’à l’an passé je disais  » Je fête mon accident ! » mais cet accident n’est pas le mien. C’est un terrible événement qui m’a rendu tétraplégique. C’est un terrible événement qui a bouleversé ma vie et celle de mes proches. Mais il ne m’appartient pas, j’en suis la victime et cette année je me libère de cette responsabilité, de cette culpabilité aussi. 

L’idée de fêter cet anniversaire est arrivée rapidement. J’ai vite ressenti le besoin de marquer le coup chaque année. Mais devant la mine horrifiée de mon entourage lorsque j’évoquais cette envie, je me suis bien gardée d’en parler trop. Pourtant il ne s’agit pas de souffler des bougies ou de chanter en cœur. C’est simplement me souvenir, me recueillir, me féliciter aussi d’avoir su transformer ce drame en force de vie et d’avoir garder espoir. 

Mais cette capacité à sublimer le malheur ne peut pas effacer les moments difficiles. Et la période que nous traversons réveille des angoisses ancrées en moi depuis mes passages en services de réanimation et de pneumologie. Frôler la mort par manque d’oxygène laisse des séquelles physiques mais aussi psychologiques, à moi bien sûr mais également aux proches qui m’ont accompagné lors de ces moments. 

Continuer à lire … « Happy Birth-COVID-Day ! »

Le mois parfait !

Il est 23:14, lendemain de pleine lune en vierge et insomnie en vue. Je le sais parce que j’écoute ma playlist « 80 » en dodelinant de la tête sur When the rain begins to fall, ce qui n’augure rien de bon pour les prochaines heures …

Ce soir c’est la fin d’un mois parfait. Février a commencé un lundi et se termine un dimanche, de pleine lune qui plus est (au cas où vous n’auriez pas bien lu la première fois). Quatre semaines exactement. Le prochain sera en 2027, puis 2038 et 2049. C’est chouette hein. Mais février a t’il vraiment été parfait ? Je pourrais presque dire que oui si nous n’étions pas dans un tel contexte. Et c’est tellement rare qu’un mois d’hiver soit si agréable que je me devais de le noter !

Et pourquoi qu’il a été agréable ce dernier mois ? Et bien déjà parce que je me suis offert un aspirateur qui travaille tout seul. Comme chaque objet qui entre dans notre maison nous l’avons baptisé. Après Lucette l’enceinte Bluetooth et Raoul le violoncelle c’est donc Daniel le robot-aspirateur qui a rejoint la famille et qui s’occupe désormais de mes sols avec la lourde tâche d’aspirer les milliers de poils de Gigi. Je suis aux anges de pouvoir le démarrer toute seule et d’avoir ainsi l’impression de passer moi-même l’aspirateur. Purée il en faut quand même peu pour que je sois heureuse !

Février a également été parfait parce que j’ai commencé un bilan de compétences. Ce n’était pas du tout prévu mais l’occasion s’est présentée et je l’ai saisie avec grand plaisir. Il faut dire aussi que j’ai noté « J’ai de belles opportunités » sur mon dernier tableau de visualisation alors j’allais pas dire non à la réponse de l’Univers ! Et ma foi c’est un travail particulièrement intéressant quand comme moi on aime comprendre nos fonctionnements et décortiquer nos comportements et nos aptitudes.

Et puis février a été parfait parce qu’il y a eu des décisions, des améliorations, des rencontres, des énergies qui convergent et qui font du bien. Je ne peux pas tout écrire. Et je ne veux pas d’ailleurs.

Il est maintenant 00:38 et j’ai adouci la musique à mes oreilles. J’espère que mars, même s’il n’est pas parfait, sera à la hauteur de ces derniers jours. Mais je n’en doute pas, j’ai noté « Je kiffe ma life » sur mon tableau ❤️

Mes Hom(me)ards

J’ai commencé cet article cent fois. Et cent fois je l’ai jeté à la poubelle ou l’ai abandonné dans un coin de ma tête. Je manque de courage pour aborder un sujet aussi délicat. Pourtant toujours j’y reviens. Et toujours j’y renonce. Mais cette fois je crois que la puissance des mots aura raison de mes craintes et la Saint Valentin est sans aucun doute le moment idéal. Je ne peux plus lutter, inutile de résister davantage, je dois vous parler de la vie amoureuse et sexuelle du homard !

Ah ah je vois votre air circonspect. Vous vous attendiez à quoi ?


Pour être précise il s’agit en réalité d’une légende. Celle-ci raconte que les homards ont un-e seul-e partenaire pour toute la vie et qu’ils se retrouvent à chaque période des amours malgré l’immensité des océans et les difficultés de l’existence. Bien entendu c’est faux, Léon le homard n’en a rien à faire de celle avec qui il copule. Au moment des amours notre ami Léon, dont la carapace est dure, dépose sa semence sur l’abdomen de Simone, dont la carapace est molle suite à la mue, et s’en balance de savoir s’il l’a déjà rencontrée par le passé. Idem pour notre copine Simone qui se souvient à peine de Robert et Michel dont elle a eu une tripoté de mioches. Ce sera pareil pour Léon, elle l’oubliera sans vergogne. Mais comme je suis une indécrottable romantique je ne peux m’empêcher d’adorer ce genre d’histoire à l’eau de rose et de vouloir y croire. Et puis c’est Phoebe qui la raconte et j’adhère totalement à sa douce folie.


En tant que grande fan de la série Friends, j’ai souvent appelé ex chéri-coco « mon homard ». Je lui expliquais très sérieusement que nous ne pourrions jamais nous quitter parce qu’il était mon Léon, que j’étais sa Simone et que quoi qu’il arrive nous nous retrouverions toujours dans un coin de l’immense océan de nos vies. Lui ça le faisait marrer mes conneries de crustacés et finalement la vie nous a démontrée que cette histoire est bien une légende, les homards se séparent et se perdent, pas d’amour éternel sous la surface.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais ça aurait été trop facile. Durant plusieurs années les marées m’ont régulièrement ramenées vers lui. Elles m’en ont aussi très souvent séparé. Et si pour lui tout semblait être simple, c’était malheureusement bien plus compliqué pour moi qui ai besoin de décortiquer, analyser, pour enfin digérer les aléas de l’existence. Je n’ai jamais pu me contenter d’un « c’est comme ça » ou « c’est la vie « . Devant tous ces couples qui se déchiraient et se détestaient suite à une séparation, je voulais comprendre pourquoi ce n’était pas la même chose pour moi.

Après des mois, des années à retourner cette question dans tout les sens, j’ai réalisé que je n’avais pas le bon angle d’analyse. Au lieu de tenter de trouver une réponse à :

« Pourquoi ce n’est pas la même chose pour moi ? »

j’ai choisi de modifier la problématique en :

« Pourquoi ce devrait être la même chose pour moi ? »

À trop vouloir me conformer à ce que devait être un couple divorcé « normal », à trop écouter les bien-pensants, les bien-avisés, celleux qui ont toujours à la bouche une remarque, un conseil, j’ai perdu mon temps à m’expliquer cette relation, à y chercher une raison. Nous n’avions pas été un couple ordinaire, déjà nous suscitions des commentaires, plus ou moins intelligents d’ailleurs, comment aurions-nous pu être autrement une fois séparés ? Moi qui exergue la notion de normalité, je voulais à tout prix montrer de nous une relation comme les autres. Je perdais une énergie folle à justifier ma façon d’être et de faire.

Et j’ai réitéré les mêmes prises de têtes avec mes relations suivantes, incapable d’assumer mes choix de vie, comme celui d’être seule aujourd’hui et de ne plus vouloir partager mon quotidien avec quelqu’un d’autre. À chaque fois que j’explique aimer mon célibat on me regarde avec des yeux de chat potté genre :

– la pauvre elle ne trouve personne alors elle se persuade qu’elle est heureuse comme ça …

Une femme lové dans un gros nuage rose et jaune symbolisant la solitude et qui lui murmure  :  tu es tellement confortable !

Mais oui je confirme je suis heureuse ! Enfin non pas heureuse, ça voudrait dire que tout est parfait. Je suis joyeuse ! Voilà c’est pas toujours facile mais là, en moi, il y a de la joie. Je dirais même que je vis ma meilleure vie et que le plus beau est à venir. Je le sais parce que j’ai enfin réussi à trancher. Je me suis choisie, MOI ! Plus de ruminations. Plus de questionnements. Plus de retour en arrière.

Me voilà donc comme la copine Simone, la carapace toute molle, prête à me frotter à tous les Léon plus ou moins durs que je rencontrerai. Oui je me rends compte du double sens de ce dernier paragraphe. Et même que je vais en remettre une couche en vous confiant que j’adore la bisque de homard !

Alors à tous les homards du monde, les jeunes mous et les vieux durs ou inversement, je vous souhaite une magnifique Saint Valentin. Soyez en amour avec vous-même et avec qui vous voulez ! Soyez joyeux(ses) !

Brèves de vie

J’avais oublié que je m’étais abonnée à la liste de diffusion du blog de Pauline Harmange. Ce matin en découvrant son nom dans mes mails je me suis demandée ce qu’elle me voulait, limite un peu vénère. Et puis je me suis souvenue que j’avais découvert son blog via Twitter et que j’avais bien aimé ses billets, son ton et son humour. Beaucoup plus que son bouquin « Moi les hommes je les déteste » qui personnellement ne m’a pas emballé et surtout ne m’a rien appris de nouveau. Oui les hommes sont détestables parfois.

Ce matin donc, je lis le dernier billet de Pauline (à retrouver Ici) et je perçois comme un écho à ce que j’ai noté il y a un petit moment déjà chez moi. Pour la première fois depuis le début de cette histoire de virus je ressens une certaine lassitude. Peut-être même une pointe de tristesse.

Jusqu’à récemment les confinements, les couvre-feux, rien n’avait été vraiment difficile. Ma vie s’apparente de toute façon à un confinement permanent depuis que je vis en Alsace. Je sors peu. Un tantinet plus en été. Presque jamais en hiver. Sporadiquement au printemps et à l’automne. Seules les séances de cinéma et les visites culturelles me manquent. J’ai peu d’ami-e-s réguliers, je veux dire, que je vois souvent. Et ce sont elles-eux qui viennent chez moi. Tout se passe chez moi par manque d’accessibilité. Mes très cher-e-s sont loin. Je suis une solitaire sociable. Et ça me va bien.

Mais malgré que je sois aguerrie à cette vie au ralenti, le besoin d’écrire se fait pressant. Comme à mon habitude je dois laisser sortir des « choses » en urgence sous peine de plonger dans la mélancolie. Ce temps maussade n’arrange rien. Je trouve qu’il est plus facile de déprimer au soleil. Il y a d’ailleurs moins de suicides dans le sud de la France c’est bien que ça doit jouer un peu.

Il s’agit donc ces jours-ci de ne pas tomber en dépression. Honnêtement je m’en voudrais de sombrer maintenant alors que j’ai tenu 42 ans et des brouettes sans m’effondrer. J’ai vacillé quelques fois mais j’ai toujours réussi à m’accrocher aux branches et ne pas couler. Ce n’est pas spécialement une fierté, je sais combien la dépression est une tempête qui emporte tout avec elle. J’ai tenu bon sûrement parce que je suis outillée pour et que jusqu’à maintenant j’ai eu les ressources nécessaires pour lutter. Mais j’ai conscience qu’un rien pourrait faire lâcher les digues et j’ai l’impression que pour beaucoup d’entre nous ce rien a le visage du coronavirus et de ses conséquences.

Les sorties que je ne fais jamais me manquent. Les ami-e-s que je vois rarement me manquent. Mes amants imaginaires me manquent. Ma famille me manque. Même les gens qui m’exaspèrent me manquent.

Heureusement j’ai des enfants que je peux câliner à l’encontre de toutes les règles de distanciation sociale. J’ai régulièrement des frayeurs, une montée de fièvre par ici, une quinte de toux par là. Vie N*2 en est à son quatrième test et le dernier pour Vie N*1 date d’hier. Moi je veux bien faire attention et respecter les gestes barrières mais ne plus approcher mes petits est un peu trop demandé. Alors j’attends, fébrile, les résultats. Et je me promets qu’à partir d’aujourd’hui je vais faire encore plus d’efforts pour me protéger. Mais ce sera au détriment de ma santé mentale et je ne sais pas ce qui est le plus risqué finalement.

Alors que j’écris ces dernières lignes j’écoute Edgar Morin s’exprimer sur France Culture. Je ne sais pas si vous croyez aux synchronicités mais alors que je me laisse aller à une forme de noirceur son discours vient illuminer mes pensées. À presque 100 ans et après avoir vécu la moitié de l’histoire du 20eme siècle, il nous enjoint à ne pas laisser le vide s’installer, à rester lié aux autres, à prendre notre place dans ce monde. Il nous encourage, et particulièrement la jeunesse à laquelle il est très attaché, à saisir cette opportunité de créer un monde meilleur malgré le péril que représente cette pandémie. Et surtout il nous rappelle que si nous avons toutes et tous une patrie, c’est en tant qu’enfant de la Terre que nous devons réfléchir et garder espoir. Merci Edgar. Voilà le coup de fouet qu’il me fallait pour sortir de ce moment de torpeur. Un big up à Guillaume Erner qui n’a pas interrompu son invité, c’est assez rare pour être souligné. Et vous avez raison Edgar, laissons nous inspirer par les héros du quotidien. Aujourd’hui vous êtes pour moi bien plus fort que Superman !

Interview à écouter ICI

Pieces of a Woman

J’ai eu de la chance dans mon parcours de femme. J’ai vécu des grossesses heureuses, j’ai mis au monde deux merveilleux bébés sans encombre majeure. Je n’ai jamais fait de fausse-couche, je n’ai pas eu de mal à tomber enceinte, je n’ai jamais eu à faire le choix de garder ou non un enfant et je suis réglée comme un coucou suisse. J’ai conscience que mon histoire est idyllique et à 42 ans, alors que je me sens à l’apogée de ma vie de femme, j’en suis très reconnaissante et j’attends la suite avec sérénité.

Cela dit, je suis toujours extrêmement touchée par ce que vivent les autres femmes et je ressens au fond de mes tripes l’effleurement de ces douleurs. Un souffle juste assez fort pour me laisser supposer l’horreur.

Pourquoi je raconte ça aujourd’hui ? C’est que j’ai regardé – Pieces of a woman – du réalisateur hongrois Kornél Mundruczó et qu’on ne peut pas sortir indemne d’un tel film. Je ne pouvais pas juste éteindre ma TV et passer à autre chose. Ça m’a rappelé les histoires entendues et vécues de plus ou moins près. Ça m’a foutu un coup quoi …

Ce film est inspiré du vécu du réalisateur. Sa femme et lui ont perdu un bébé pendant la grossesse et ils n’en ont jamais vraiment parlé. Un jour il tombe sur un carnet de notes qu’elle a intitulé – Pieces of a woman – (ce qui veut dire morceaux d’une femme) dans lequel elle écrit à propos de la perte d’un enfant. Il a un véritable choc à la lecture de ces mots, prenant conscience du silence installé entre eux et propose à sa femme de travailler sur un projet à ce sujet. Ils montent alors une pièce de théâtre en Pologne et devant les nombreux retours positifs, continue avec ce film qui a raflé et raflera surement encore quelques récompenses.

Ce billet n’est pas une critique cinéma même si je tiens à saluer la performance des acteurs et en particulier du couple qui fonctionne à merveille.

Je ne connaissais pas Vanessa Kirby et je dois dire qu’elle est époustouflante. Quant à Shia LaBeouf, je l’avais découvert comme tout le monde dans la trilogie Transformers (bon ok c’était dans la série pour gamins – La guerre des Stevens – mais faites comme si vous ne le saviez pas) et je n’avais pas entraperçu alors son potentiel dramatique. C’est dans le clip – Elastic heart – de Sia qu’il m’a totalement bouleversée et conquise.

Je ne sais pas vraiment où je veux en venir avec ce billet. J’avais seulement besoin de partager cette émotion. Et ce qui est étonnant, ce qui me touche le plus là maintenant et qui n’est pas le sujet du film, ce sont ces couples qui doivent faire le deuil d’un enfant qui n’est pas né. Renoncer à devenir parents quand on le souhaite de toutes ses forces, c’est faire un deuil étrange, non palpable, non visible, non reconnu. Et moi je pense qu’il y a des mots qui doivent être écrits, prononcés et entendus pour que la tristesse n’abime pas trop les coeurs. Voilà ma petite contribution !

Et que meurent les roses !

J’ai eu quelques amours.

Des réelles, des rêvées, des avortées, des interdites, des passionnées.

Il y a le tout premier, dont j’ai oublié le prénom, qui me filait ses bons points contre des bécots que nous faisions claquer pour faire « comme les grands ».

Il y a celui qu’il aurait fallut et celui qu’il ne fallait pas.
Il y a celui qui guérit et celui qui part.
Il y a celle qui rend folle et celui qui réveille.
Il y a celui qu’on croit impossible et celui qu’on sait mieux sans soi.

S’il fallait aujourd’hui que je tombe amoureuse, ce serait d’être bouleversée. Je n’aimerais pas les mêmes mots cents fois prononcés, dégoulinants de miel. C’est pour les amateurs le miel, pour ceux qui n’ont rien compris aux gonzesses déglinguées.

Moi je voudrais que tu disent des mots d’une saveur particulière. Je les voudrais à la confiture de pétales de roses. Je voudrais que tu dépiautes consciencieusement chaque fleur du bouquet que tu pensais m’offrir. Que tu haches minutieusement chaque pétale et que tu les ébouillantes avec entrain. Je voudrais que tu les noies ensuite dans le sucre avant de les mettre dans leur jolie tombe en verre.

Je voudrais des mots sortis d’un pot de confiotte de roses assassinées. Et je la mangerais en y trempant les doigts, même si les miens sont biscornus et que j’en foutrais partout. Ça me ferait tout drôle dans la bouche et dans le ventre et je saurais alors que t’es quelqu’un de bouleversant. Je le saurais au goût de tes mots à la confiture de pétales de roses crevées posés sur mes doigts tordus .

Et je t’offrirais alors toute ma prose, parfois quelques rimes, et des alexandrins pour la frime. Tu pourrais goûter mes mots, un peu rances de t’avoir attendu. Tu pourrais peut-être même les aimer. Et ce serait beau.

Chiale, tu pisseras moins !

Il m’a dit : « J’ai oublié, t’es pas fleur bleue… ». 

Non, je ne suis pas fleur bleue, je ne suis pas sensible non plus, je manque d’empathie aussi, parfois. J’aime à me répéter ces inepties depuis tellement longtemps que je m’en suis persuadée. Je suis froide et distante. Je suis morte à l’intérieur. Je n’invente rien, on me l’a déjà dit. En plaisantant bien sûr. Mais quand même. Je crois que ce qui est dit sous couvert d’humour est toujours un peu vrai. Et comme je suis aussi presque morte à l’extérieur, j’ai des fois l’impression d’être la pâle copie d’un être-vivant, une imposture.

Alors j’essaie de me souvenir de moments où j’aurais été sensible, où j’aurais ressenti autre chose que rien. 

Je suis en CP avec Sonia et ses longues nattes blondes et ses grands yeux bleus qui la faisaient ressembler à une suédoise ou à la fille de la pub « Belle des champs ».

Je la revois m’annoncer en crânant que désormais Alexandre ne sera plus mon amoureux mais le sien. Il lui a choisi la tapisserie de sa pochette à dessin. Notre maitresse avait de grands catalogues d’échantillons de papiers-peints avec lesquels on fabriquait des pochettes pour y ranger nos dessins. Je rêvais tellement d’en avoir un de ces catalogues et de découper tous ces jolis motifs.
Je me souviens de l’odeur du papier, de la texture des fleurs ou des rayures et du bruit des longues pages que j’admirais sans pouvoir me décider à choisir. C’était magique.

Continuer à lire … « Chiale, tu pisseras moins ! »

Oser la vie !

Avant de prendre de belles résolutions.

Avant d’espérer du meilleur.

Avant de souhaiter du bon et du bien à nos autres.

Avant tout ça il y a aujourd’hui.

Le dernier jour. Mais pas vraiment.

Le moment de prendre un moment.

De respirer.

De réfléchir à ce qui a résisté à la tempête.

À l’abri de mes pairs il y a eu les cours, les rencontres, les doutes, la peur, les échanges, l’écriture, les questions, le courage et la réussite.

À l’abri des miens il y a eu l’isolement, la maladie, l’hôpital, la peur, le virus, l’angoisse, le soutien, la présence, les vacances, les chants, les rires, Noël et la famille toujours.

À l’abri de mon cœur de mère il y a eu les cris, les pleurs, la peur, les terreurs, les confidences, les révélations, la compréhension, la bienveillance, la complicité, le ronronnement des lionnes et l’amour inconditionnel.

À l’abri de mon cœur de femme il y a eu la solitude, la nostalgie, les rancœurs, la peur, les souvenirs, les papillons, la déception, les décisions, le choix et l’espoir encore.

À l’abri de mon âme il y a eu le chemin, les ornières, la peur, la pluie, le soleil, les guides, les saules, la lune, la musique du ciel, le chant de la terre et l’apaisement enfin.

Réussite, famille, amour, espoir et apaisement. Un bilan qui me remplit de joie.

Et pourtant à chaque paragraphe se glisse la peur. La peur de ne pas être à la hauteur, la peur de souffrir, la peur de mal faire, la peur de ne plus aimer ni être aimée, la peur de se perdre en chemin.

La peur est le sentiment opposé à l’amour. La peur enlise. La peur empêche. La peur s’immisce et stagne dans les moindres recoins. Et s’il suffisait de ne plus lui laisser de place ?

Et si finalement il suffisait d’oser. Oser tomber. Oser souffrir. Oser mal faire. Oser aimer et être aimée. Oser se perdre. Oser la vie en somme.

« Aimer, c’est risquer le rejet. Vivre, c’est risquer de mourir. Espérer, c’est risquer le désespoir. Essayer, c’est risquer l’échec. Risquer est une nécessité. Seul celui qui ose risquer est vraiment libre » Paulo Coelho

S’aimer mieux !

Me voilà de retour en ce 1er août après un long silence, histoire de partager avec vous mon enthousiasme. Enfin commence le mois de l’année que je préfère, d’abord parce que c’est celui de mon anniversaire et qu’en tant que lionne égocentrique j’adore être à l’honneur mais surtout parce qu’il est au cœur de l’été, baigné de chaleur et de lumière, tout ce que j’aime !

Ce premier jour d’août est également dans la tradition celte et pour l’apprentie wiccane que je suis le moment de fêter Lughnasadh, la fête du pain. C’est le temps des moissons, des récoltes mais aussi le début du déclin de la puissance du soleil. C’est à la fois la joie de célébrer l’abondance mais aussi la conscience profonde de la fin d’un cycle. C’est une fête de transition et j’ai toujours ressenti le besoin en cette période de faire le bilan des quelques mois écoulés et de préparer les projets de fin d’année. Je prends d’ailleurs bien plus de résolutions à l’occasion de mon anniversaire qu’à nouvel an.

J’imagine que beaucoup d’entre nous éprouvent en ce moment la nécessité de trouver un sens à ce début d’année chaotique, à transcender toute cette peur et cette angoisse, à s’armer de courage pour les mois à venir. Personnellement je ressens le besoin de me réconcilier avec cette part de moi qui s’est retrouvée terrorisée, complètement déboussolée par cette pneumonie en pleine épidémie de COVID. Je me pensais lionne face à la maladie et je me suis découverte chaton.

Et quoi de mieux pour apprivoiser ce minou apeuré et lui donner la confiance d’une reine de la jungle qu’un petit défi quotidien pour apprendre à s’aimer mieux, comme le propose Veronique Vill, hypnothérapeute (à découvrir sur sa chaîne youtube ICI )

Je vous rassure je ne vais pas poster un article chaque jour mais plutôt lorsque le défi proposé me donnera du grain à moudre. Et c’est le cas aujourd’hui pour le début de l’aventure :

Voici donc ma petite liste non exhaustive mais qui me vient spontanément :

1. Le rire merveilleux de mes filles. Je me souviens encore du premier éclat de rire de Vie N1, tout mon univers y était soudain suspendu.

2. Ces amitiés qui durent, traversent mes silences et survivent à mes absences.

3. Ce coucher de soleil en Gresivaudan. Sans doute pas le plus beau mais pour moi le plus flamboyant.

4. Ma famille imparfaite et brinquebalante, ses morceaux arrachés et ses pièces ajoutées. Je vous aime tant !

5. Les saules qui pleurent, à l’abri desquels tout devient magie !

Très beau weekend à vous :)

La mère (confinée) parfaite est une connasse !

Je crois que je l’ai écrit dans un précédent article, je me suis enfermée chez moi à mon retour de l’hôpital, soit cinq jours avant le confinement national. J’étais complètement terrorisée à l’idée d’attraper ce putain de virus alors que je ne m’étais pas encore remise de cette putain de grippe H1N1. Persuadée que j’allais mourir avant de revoir mes enfants, je vous laisse imaginer ma joie de rentrer à la maison et de les serrer dans mes bras.

Cette pneumonie m’a vraiment foutue à plat et j’ai tousser comme une vieille clopeuse pendant un mois. Heureusement papa et maman étaient là pour assurer l’intérim et j’étais prête à leur dire de rester vivre pour toujours avec nous tellement c’était rassurant et réconfortant de les avoir à mes côtés. Mais une petite voix m’a suggérée d’attendre un peu. C’était sûrement Rubis qui se voyait déjà manger à 19h tous les soirs et devoir terminer son assiette pour le reste de sa vie. Merci Rubis et pardon maman si tu me lis ❤️

Continuer à lire … « La mère (confinée) parfaite est une connasse ! »

R’garde droit devant toi !

Un tout petit message pour partager avec vous un anniversaire vraiment spécial. Il y a 25 ans aujourd’hui, suite à un grave accident de la route, je me suis réveillée dans un corps inconnu, un corps vulnérable, un corps fragile et qui l’est tellement plus encore en ce moment.

Ce corps qui est désormais le mien ne correspond pas aux normes en vigueur, comme tous ceux présents sur le site de l’exposition Elles que j’ai montée il y a quelques années. Certains sont paralysés ou le deviennent progressivement, d’autres se brisent au moindre coup, d’autres encore ont été amputés ou ont perdu un de leurs 5 sens.

Lorsque l’idée de cette exposition a germé en moi, il s’agissait d’une confrontation. Je voulais affronter mon image, comprendre ces regards posés sur moi à longueur de temps et qui me faisaient me sentir si mal. Le public est venu, a admiré la qualité de notre travail, a prononcé des phrases telles que «quel courage !», «vous êtes admirables» ou «c’est une leçon de vie». Quelques un-e-s bien sûr ont eu les mots justes.

Je ne suis pas plus courageuse que toutes les autres femmes et je ne mérite pas plus d’admiration. Je ne veux donner de leçon à personne, je vis comme chacun-e, avec les difficultés qui sont les miennes et je m’en accommode très bien.

Mais le public n’a pas tout à fait tort. Là où réside mon courage et où je suis admirable c’est lorsque chaque jour je me mesure aux obstacles d’une société non adaptée à mes particularités. Lorsque ce trottoir est trop haut, trop étroit ou que celui là y est garé et qu’il en a pour 2 minutes. Lorsque je ne peux pas me faire soigner en ville chez le praticien de mon choix et que ma seule alternative est l’hôpital. Lorsqu’aucun matériel médical n’a été pensé pour réaliser mes examens, qu’ils soient dentaires, obstétriques ou tout autre domaine. Et surtout, surtout, lorsqu’en cette période extrêmement difficile, je sais que plus qu’à l’ordinaire, les soins des plus dépendantes d’entre nous dépendront du flux des patients et de la priorité qui leur seront donnée.

Et parce qu’il faut bien qu’il y ait une justice, parce que parfois l’arroseur se fait arrosé et parce qu’il est essentiel de garder le sourire je vous partage cette anecdote qui m’est réellement arrivée, mise en image par la talentueuse Camille Ruzé. Prenez soin de vous.

Pensées de confinement

Je termine à l’instant une vidéo dans laquelle Alexandre Jollien explique qu’à travers cette épidémie la mort s’est invitée sans prévenir dans la vie de chacun-e. Plutôt habitués à la fuir, nous voilà mis face à notre propre vulnérabilité et celle de nos proches, ressentant un profond sentiment d’impuissance, exacerbé par le confinement, qui nous laisse tout le temps et l’espace d’expérimenter la peur de mourir. Face à ce danger mortel, sans moyen concret d’y échapper, tout à coup notre fragilité resurgit et rien ne nous rassure. Ce virus nous dévoile une vérité que nous avons du mal à admettre : il peut nous tuer et peu importe qui nous sommes, devant lui nous voilà tous égaux.

Continuer à lire … « Pensées de confinement »

Restons chez nous !

J’étais persuadée qu’une épreuve comme celle que nous traversons en ce moment éveillerait, stimulerait voire exacerberait ma créativité. Je pensais être philosophe et spirituelle. Je croyais savoir prendre les choses avec recul et sagesse. Ces dernières semaines m’ont démontrées tout le contraire et comme après un traumatisme, je me suis surprise à traverser malgré moi des phases telles que le déni, la colère ou la tristesse. J’ai été sidérée aussi. Ma peur l’a emportée sur mon éternel optimisme.

Continuer à lire … « Restons chez nous ! »

Comme un lundi…

État des lieux

En relisant un peu mon blog histoire de me remettre à jour (par un phénomène que je n’explique pas j’oublie la plupart des textes que j’écris), j’ai pris conscience d’une chose : les seuls moments où je prenais la plume jusqu’à maintenant étaient ceux où je me sentais le plus mal, ceux durant lesquels la mélancolie m’envahissait et pouvait me noyer si je ne lâchais pas un peu de pression.

Lors de ces périodes je ne pouvais pas faire autrement que de noircir des pages et des pages de mes états d’âmes, toujours les mêmes, éternelles rengaines qui arrivaient à me fatiguer de moi-même. Je m’usais de l’intérieur à ressasser indéfiniment ce qui aurait pu ou ce qui aurait du, ce qu’il aurait fallu ou ce que j’aurais voulu si j’avais su. Bref trop de rimes en U. C’est foutu. On n’en parle plus ! Poil au c.. !

Et miracle ! En août dernier j’expliquais ici comment j’avais suturé mes plaies et surtout sublimé mes cicatrices à l’aide du Kintsugi. Trois mois plus tard, et alors que j’avais essayé auparavant toutes les manières possibles et imaginables de fermer mes blessures, je peux vous assurer que c’est la meilleure technique de tous les temps. Les fils dorés tiennent bon et diffusent une jolie lumière. Je me sens mieux à l’intérieur de moi. Je peux continuer à écrire le triste et le gris mais également le joyeux et le coloré. Je peux aussi écrire le reste. Tout le reste.

Continuer à lire … « Comme un lundi… »

Je suis venue vous dire …

Même si ce n’est pas vraiment ce dont je voulais vous parler, je vous confie que ce billet tombe un jour particulier puisque c’est aujourd’hui mon anniversaire. Il est 8:20, l’heure exacte où j’ai pointé le bout de mon nez il y a 41 ans. L’occasion pour moi de faire un aparté et de remercier celle qui est à l’aurore de ma vie, ma maman, et de lui souhaiter à elle aussi un beau jour de naissance.

Continuer à lire … « Je suis venue vous dire … »

Je fais de vous mon Essentiel !

Contrairement à l’an passé où je voulais disparaitre, l’édition 2019 de mon birthday s’annonce sous les meilleurs auspices. Je ne pense pas avoir envie de mourrir dans les deux prochains jours et la perspective de le fêter en tête à tête avec mes lionnes me réjouit d’avance.

En réfléchissant à l’organisation de ce jour particulier, j’ai pensé durant une seconde à la publication que je pourrais mettre sur mon mur Facebook avant de me souvenir que j’ai supprimé mon compte. Comme pour la clope que j’ai parfois encore envie d’allumer après 16 ans d’abstinence, j’ai l’impression que l’habitude de publier sur les réseaux sociaux ne s’effacera pas facilement. Et bien que cela fasse bientôt deux mois que j’ai quitté Facebook et Cie, la pulsion est toujours présente, s’insinuant régulièrement dans mes pensées.

Continuer à lire … « Je fais de vous mon Essentiel ! »

Tu fais quoi dans la vie ?

La journée touche à sa fin et je suis épuisée. Il est 19:40 et j’aimerais que les lionnes soient déjà endormies. Je prie intérieurement pour qu’elles passent à la salle de bain sans râler, qu’elles ne se relèvent pas cinq fois chacune sous prétexte d’un pipi pressant, une soif inattendue, un dernier mot à signer ou un énième câlin. J’ai honte mais cette dernière doléance pourrait faire sauter le seul fusible encore fonctionnel de mon cerveau et la journée se terminerait dans les cris et les larmes. Ce serait une sorte d’apocalypse émotionnelle incompréhensible pour elles. Alors je continue de prier pour qu’à 20:45 le silence et l’obscurité s’abattent sur la maison. 

« Je comprends pas maman que tu sois fatiguée, c’est pas toi qui fais, tu donnes juste des ordres »

Les enfants sont formidables.

Remarquez que les adultes sont parfois exceptionnels eux aussi.

« T’es assise toute la journée tu ne dois pas être très fatiguée. T’as de la chance finalement ! » 

J’aimerais dans ces moments là pouvoir sortir une vieille fourchette bien rouillée de sous mon coussin et leur filer le tétanos par tout les orifices. Mais je ne pourrais pas attraper la fourchette ou je la ferais sûrement tomber et l’effet ne serait absolument pas le même si je devais demander à la personne de s’auto-pénétrer en prenant soin de terminer par les yeux. La vie est vraiment mal faite.

Continuer à lire … « Tu fais quoi dans la vie ? »

Et la délicatesse ? … Bordel !

Dans tous les moyens de transports accessibles aux personnes à mobilité réduite existent des places dédiées, sensées être pratiques et garantissants l’accès en fauteuil. En théorie. En pratique ce n’est pas toujours si simple. Dans les tramways strasbourgeois par exemple ces emplacements sont situés dans le sens de la marche, le long d’un côté, en première et dernière rames, là où sont également autorisés les vélos. Souvent pour accéder à ces places il faut faire déplacer la moitié des passager de la rame, pousser les vélos, enlever les poussettes et les caddies, tout ça pour être dans le sens de la route (que je n’aime pas) et devoir recommencer à bouger tout le monde cinq arrêts plus loin. J’ai donc pris l’habitude de me caler en bout, tout près de la cabine, où je peux me tenir à la poignée centrale et ne faire sortir que les deux ou trois personnes derrière mois lorsque je dois reculer. Forcément en étant à cet endroit j’occasionne une gêne relative même si je prends soin de laisser un passage. Mais j’encombre tout autant en me mettant à la place qu’on me réserve vu la taille de ma charrette. Tout ça pour dire que si je n’utilise pas ces emplacements spécifiques ce n’est en aucun cas par esprit de rébellion ou de contradiction mais bien parce que c’est plus simple pour moi.

Image d’un tramway à Strasbourg prise sur : http://www.rcstrasbourgalsace.fr/actualites/12475
Continuer à lire … « Et la délicatesse ? … Bordel ! »

Premier jour du printemps en Petite France !

Hier pour le premier jour du printemps je suis allé trainer mes roulettes du coté du quartier de la Petite France. Une véritable carte postale pittoresque et un incontournable de Strasbourg. L’occasion de trouver le meilleur chemin pour les futures visites où j’emmènerai mes vacanciers et pour découvrir le « Rinquinquin », délicieux apéritif originaire de Provence servi sur la terrasse de « La Corde à linge » (oui il était 15h, et alors ?).

Évidemment le quartier est difficile en fauteuil roulant à cause des pavés mais ils ne sont pas omniprésents. C’est supportable, surtout maintenant que je sais quelles rues ne pas emprunter. Nul doute que j’y retournerai pour dénicher les meilleurs endroits à visiter.

Au fil de mes saisons

Mes nuits sont transparentes. Je laisse l’obscurité dévorer mon sommeil au profit d’un élan créatif qui m’avait profondément manqué. Pour preuve ces derniers mois sans un mot jeté ici. Je n’ai pas lutté. Je n’ai pas écrit pour ne rien dire. J’ai patienté. En apnée.

L’automne a été si long. Laborieux même. Il m’a fallu souvent du courage pour affronter mes interminables journées. J’ai encore voulu mourir une ou deux fois. Et j’ai traîné ma misère le reste du temps, minée par ces nuits qui tombaient trop tôt. Je voudrais tellement n’être pas sensible aux saisons. Mais souvent cette période m’entraîne dans la mélancolie et me fait perdre l’envie de tout.

Le début de l’hiver n’a pas été plus agréable. Je n’ai pris aucun plaisir aux fêtes de fin d’année sinon celui de voir mes filles heureuses. Pas de sapin. Pas de décorations. J’ai passé mon tour. J’ai râlé et pleuré sur mon premier réveillon de noël en solitaire. Et je ne vous parle même pas du nouvel an. Ce fut le plus bâclé de tout les temps. Je m’étais pourtant promis de faire mieux qu’au précédent.  Sans succès.

Continuer à lire … « Au fil de mes saisons »

Mon Journal de Gratitude #15 : celle qui aimait Strasbourg

Et bien ! Presque six mois sans rien écrire, du moins sur le blog. Six longs mois durant lesquels j’ai pensé souvent à venir poser ici quelques mots et quelques maux aussi, vider mon sac parfois trop lourd à porter. Pourtant je n’en ai rien fait. Difficile alors de reprendre le fil de l’écriture. Je me suis dit qu’un Journal de Gratitude serait un bon moyen de retrouver le chemin. Et des raisons d’être reconnaissante j’en ai quelques unes!

Cela commence par Strasbourg. La magnifique Strasbourg. Je ne pensais pas tomber amoureuse de cette ville. Aucune autre n’a eu sur moi cet impact. Ni Grenoble où j’ai vécu plusieurs années, ni Paris que j’ai eu l’occasion de visiter à maintes reprises, ni les quelques autres où j’ai séjourné ou que j’ai pu traverser. Même pas Miami, c’est dire quel sentiment j’éprouve pour cet endroit. Je n’en sais pour l’instant que les incontournables déjà visiter et les quelques rues parcourues, il me tarde de la découvrir davantage et de vous en faire profiter.

Une autre raison d’éprouver de la gratitude, et qui est directement liée à Strasbourg, est d’avoir retrouvé une certaine autonomie. Ces presque vingt-quatre dernières années j’ai vécu en totale dépendances dans mes déplacements. Sans permis, en pleine campagne, j’étais tributaire d’abord de mes parents, puis d’Ex-Chéri-Coco, puis de mes accompagnantes pour la moindre sortie : courses, médecin, ciné, école, musique, sport, invitations, … tout devait être planifié. Depuis 6 mois je (re)découvre la liberté d’aller et venir. J’en ai eu les larmes aux yeux lorsque pour la première fois j’ai emmené les Lionnes seule chez le médecin. Ce qui vous parait tellement normal relevait de l’Everest pour moi. Aujourd’hui c’est simple comme un aller-retour en tramway. Et je ne cesse de me sentir pleine de reconnaissance d’avoir pu venir m’installer ici, envers moi-même qui ai eu le courage de tout quitter, et envers celui qui reste présent et soutenant malgré nos différends.

Vous l’aurez compris mon déménagement, bien qu’il me fasse me sentir parfois seule loin de ma famille et des mes ami-e-s, est sans doute le meilleur choix que j’ai pu faire ces quatre dernières années. Je suis allé au cinéma bien plus souvent en six mois que durant ma vie toute entière où j’ai vu entre autre :

L’improvisation et la spontanéité ont pris une place dans mon quotidien, donnant à mes journées de nouvelles couleurs. J’ose espérer que mon état de santé plutôt précaire ces derniers temps va s’améliorer et que l’arrivée de mon nouveau fauteuil va me permettre de sortir, rencontrer, découvrir, sentir et ressentir toujours plus l’énergie de cette ville et de ses habitant-e-s. Sur cette note optimiste je vous dresse une liste absolument non exhaustive de mes derniers kifs :

  • Participer à un atelier d’écriture qui fait du bien.
  • Savoir prendre les choses qui me touchent avec de plus en plus de sérénité.
  • Oser les rencontres, telles qu’elles soient.
  • Déserter les réseaux sociaux avec de plus en plus de facilité et de plaisir.
  • Réussir (presque) à dire non et en tout cas ne plus toujours dire oui.
  • Être une femme fabuleuse et une maman qui déchire, n’en déplaise aux mauvaises langues !

Belle fin de weekend à toutes et tous <3

4%

Quel titre énigmatique que ce 4% balancé là, sans préambule, sans explication, sans rapport avec rien. Que peut bien cacher ce petit chiffre, insignifiant face au tout-puissant 100%, ridicule à côté d’un imposant 80% et un peu couillon à l’ombre d’un 50, 30 ou même 10%, qui sauve l’honneur en arborant fièrement son gros zéro.

C’est rien 4%. Qui voudrait de 4% d’un gâteau ? D’ailleurs ça représente quoi 4% d’un gâteau ? Une cuillère ? Deux bouchées ? Des miettes ? Ça te mets à peine l’eau à la bouche que déjà il n’y a plus rien à becqueter. C’est limite cruel … tiens goûtes mon petit …. c’est bon hein … et bien savoures car t’en auras pas plus, c’est comme ça, c’est 4%. Perso je préfère ne rien avoir que de me contenter de quatre pauvres centièmes de gâteau quand celui d’en face s’engouffre le reste.

Et pourtant 4% c’est ce que le gouvernement nous propose pour nous loger, nous, les petites personnes à mobilité réduite. Car on doit être toutes petites, toutes minuscules, pour qu’on ne nous octroie la possibilité de louer que 4 % des logements neufs.  C’est en tout cas ce que stipule la loi ELAN (Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique) à travers son article 18.

Euh non Amélie tu te trompes c’est 10% qui est proposé ! Et même 20% suite à la décision de la commission mixte paritaire des députés et des sénateurs réunie il y a quelques jours.

Oui c’est vrai. Sauf que : aujourd’hui les seuls immeubles vraiment accessibles sont ceux de quatre étages ou plus. On les appelle les R+4. Eux seuls ont l’obligation d’être équipés d’un ascenseur. Jusqu’à trois étages tu peux te brosser Martine, t’auras juste le rez-de-chaussée et pas forcément de logements adaptés à ce niveau là. Honnêtement quelle personne valide accepterait qu’on lui fasse visiter un immeuble, avec un putain d’appartement terrasse au troisième étage et qu’on lui réponde quand elle se dit intéressée : ah oui … mais non … celui là vous ne pouvez pas le louer, pour vous ce sera celui en Rez-de-jardin, au bord du parking et à côté du local à vélo. C’est comme ça … Personne n’accepterait un truc pareil. Mais quand tu n’as pas le choix …

Donc je ne prends en compte dans mon calcul que les R+4 qui représentent aujourd’hui 40% des constructions neuves. La loi n’est pas encore passée que déjà je dois me contenter de 4 appartements sur 10. Et si je poursuis ma logique j’applique les 10% d’origine de ce fameux article 18 aux 40% de R+4 et j’arrive à ce joli 4%. Aller je vous l’accorde 8% grâce à notre commission mixte paritaire citée plus haut. Ça me donne envie de chialer. Ou plutôt d’aller exploser les jambes à coups de cale-pieds à celui qui a pondu cette loi pour qu’il révise ses chiffres. Oui je sais je veux souvent éclater des gens avec mes cale-pieds ces derniers temps, je me demande si je n’ai pas un p’tit côté serial killer …

Mais revenons-en à nos pourcentages. Nous sommes donc réduits à ne pouvoir louer en l’état que 8% de logements neufs. Je précise « en l’état » car dans sa grande bonté le législateur a mentionné que le reste des logements devraient être évolutifs. Ça veut dire quoi ? Et bien pour faire simple il n’y aura qu’une cloison à abattre, un mur à modifier ou une bricole à changer pour rendre l’appartement accessible. C’est bien joli mais objectivement, quel bailleur, qu’il soit privé ou social, louera à une personne handicapée sachant qu’il devra faire des travaux, même minimes ? Surtout si ces derniers sont pris en charge dans le cadre de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) dont les demandes ont un délai d’instruction supérieur à 6 mois. En tant que personne directement concernée j’ai un peu l’impression qu’on se fout de ma gueule.

C’est pourquoi aujourd’hui je vais enfiler ma cape de militante et que je manifesterai ma colère et ma déception, avec plusieurs autres personnes d’APF France Handicap, devant la préfecture du Doubs. Je vous invite à nous y rejoindre car l’accessibilité n’est pas qu’affaire de handicap. Elle s’adresse également aux personnes âgées, aux utilisateurs de vélos, trottinettes et autres engins à roulettes, aux mamans et leurs poussettes ainsi qu’à toutes celles et ceux qui se sentent concernés par le sort de leurs concitoyen-ne-s :)

Mon Journal de Gratitudes #14 : celle qui ne respectait jamais les règles

J’ai encore loupé mon Journal pour dire Merci de dimanche passé. Du coup je culpabilise. Car bien que cette cadence ne me soit imposée que par moi-même, que personne n’attend impatiemment et en trépignant la fin de semaine pour lire mes bêtises, j’arrive à m’en vouloir de ne pas respecter le rythme. Faut être sacrément atteinte pour se fixer des règles quand on n’arrive déjà pas à suivre celles que la vie de tous les jours nous inflige. J’ai donc décidé d’un commun accord avec moi-même de publier mes petites et grandes gratitudes quand j’en aurai envie. Me voilà toute légère de ne plus avoir ce timing à respecter.

Cette dernière semaine a été riche de bonnes nouvelles, de rencontres sympathiques, de découvertes et de retrouvailles. Pour cette fois je ne vais pas tout énumérer, simplement partager avec vous quelques photos qui résumeront mieux que mes mots les émotions des jours passés. Je vous souhaite un merveilleux milieu de semaine <3

 

Mon Journal de Gratitude #13 : celle qui avait des bouffées de bonheur

IMG_8524

C’est hallucinant comme tout est mouvement, tout est changement. Il y a 3 semaines je voulais mourir et je me surprends aujourd’hui à respirer la joie de vivre. Je profite à fond de ces moments et je m’empiffre de bonheur. Sans vergogne. Sans regrets. Et même avec un brin de fierté. Ne dit-on pas qu’on récolte ce qu’on sème ? La moisson de ces derniers jours me laisse supposer que j’ai choisi les bonnes graines, le terrain adéquat, et que j’ai eu raison d’y mettre autant de force, de persévérance et de coeur. Bordel que c’est bon !

Pourquoi tant de bonheur tout à coup ? Il ne s’agit pas seulement de mon déménagement même si la liberté que me procure la vie citadine est un facteur améliorant. Je crois que c’est plutôt un déclic, quelque chose qui s’est décoincé, un verrou qui a sauté. Le fait d’avoir 40 ans ? Peut-être … Cela m’autorise sans doute à m’affranchir d’une certaine culpabilité dont je suis la seule responsable, que je m’inflige depuis trop longtemps. Je me sens plus légère, capable d’assumer mes choix, capable de vivre, d’aimer, de détester, de pardonner, d’éduquer, de m’exprimer, d’être tout simplement, comme je l’entends, comme je le peux aussi, sans m’écrouler sous le poids de ce qui se fait ou ce qui se dit. Bordel que c’est dur !

IMG_8355

J’ai aussi rejoint il y a quelque temps un groupe Facebook relatif aux « 3 kifs par jour » dont je vous ai déjà parlé. Une communauté de 2400 personnes, essentiellement des femmes, qui souhaitait relever le défi de trouver de quoi kiffer durant 7 petits jours malgré les merdes qui jonchent le trottoir de nos existences. Ça nous a tellement plu que nous avons demandé à ce que le groupe perdure et depuis plusieurs mois nous kiffons à l’unisson, nous soutenant et nous encourageant quotidiennement. Cet espace emprunt de gratitude et de sollicitude est une vraie source d’inspiration, même s’il est virtuel, même si ça compte « pour du beurre ». Et je crois qu’il fait partie de cette prise de conscience. Car comme nous aimons nous le répéter, nous sommes fabuleuses. Fabuleusement unique. Fabuleusement spéciales. Fabuleusement humaine. Bordel que c’est chouette.

Voilà donc un constat fort à propos puisque nous sommes dimanche et qu’est ce qu’on fait le dimanche ? On dit merci ! Et on fait sa petite liste de ce pourquoi on est reconnaissante cette semaine :

  • Oser poster un billet bisounours-licorne-paillettes et en être fière !
  • Voir la pile de cartons du déménagement se réduire.
  • Terminer (presque) dans les temps des documents importants pour son association.
  • Se faire draguer par un papa-barbu-basketteur transpirant mais trop craquant.
  • Organiser son prochain weekend pour rentrer au bercail et retrouver sa famille.
  • Réussir à garder et tisser les liens malgré la distance.
  • Ne plus ruminer ou ressasser.
  • Aimer et respirer mes Vies à en déborder.
  • Finir ce jour parfait comme il a commencer.

Mon Journal de Gratitude #12 : celle qui déménageait en Alsace !

C’est incroyable comme le temps passe vite (et c’est incroyable comme cette phrase est un pur cliché), cela fait déjà deux longs mois que je n’ai pas exprimé ma reconnaissance ici. Je vous le disais hier, je n’ai pas touché terre depuis le début des vacances, tant mon déménagement a occupé tout mon temps et mon esprit.

Dans mon dernier journal je vous parlais de deux appartements potentiels, l’un moderne dans un quartier en plein essor, l’autre ancien à quelques mètres de la cathédrale. J’avais une préférence pour le second car j’adore les hauts plafonds et les parquets qui grincent. Mais les immeubles abritants les logements de ce style sont très rarement accessibles : marches à l’entrée, ascenseurs minuscules, portes trop étroites. C’est donc le premier que j’ai fini par louer à contre-coeur, terriblement déçue et dubitative quant à la possibilité de m’y plaire.

Un mois plus tard je suis ravie que les choses se soient passées ainsi. Si mon appartement n’est pas idéal, il a le mérite d’être fonctionnel, lumineux et très très bien placé. Je m’y sens bien et malgré le bordel qui y règne encore, j’aime rentrer chez moi après une journée à l’extérieur. C’est bon signe !
Mais je vous parlerai plus longuement de mon nouveau chez moi bientôt, c’est l’heure cette fois de dire merci …

En ce dernier jour de vacances voici pourquoi j’éprouve de la gratitude :

– la présence de mes proches tout au long de cet été, sans lesquels ce changement de cap n’aurait pas été possible. Je vous aime #family #friends.

– l’investissement de mes précieuses auxiliaires de vie, là bas comme ici, au delà de la fiche de paye et du contrat qui nous lie les unes aux autres.

– la communauté des Kiffeuses qui apporte des arc-en-ciels et des paillettes jour après jour.

– tous les messages d’encouragement et de soutien reçus depuis mon déménagement, c’est bon de se sentir aimée.

– and last but not least, le seul, le vrai, ex-chéri-coco qui malgré tous les problèmes que cela engendre, les coups de blues et les coups de gueule, a répondu présent ce dernier mois pour me permettre de me sentir le mieux possible.

Merci à vous d’être là <3

Instant présent

Voilà un long moment que je n’écris pas. Même le rendez-vous dominical de mon Journal de Gratitude est passé à la trappe ces dernières semaines. Ce n’est pourtant pas l’envie qui me manque, ni les sujets à aborder qui font défaut. C’est simplement que mon déménagement m’a pris énormément de temps et je cours partout. Si, si je vous promets, je n’ai jamais autant eu l’impression de courir. Ça fait maintenant 1 mois que je suis arrivée et j’ai encore un peu le tournis. J’aime le changement et j’aime ma routine. Je vous laisse imaginer le bordel !

Il faut bien l’avouer : préparer seule un déménagement avec un cerveau capricieux et un handicap physique comme le mien, ça relève du défi. Cela demande une certaine organisation, une certaine maitrise, que je n’ai pas (encore) (suffisamment) acquises.  Je pense d’ailleurs que ce ne sera jamais le cas. Je stresse depuis des mois, j’ai peur de ne pas y arriver, j’ai l’impression d’avoir emmerdé le monde avec mes cartons et mes milles inquiétudes.

Pourtant je me répète tout le temps : lâche prise Amélie ! Et j’essaie de toutes mes forces. Mais bordel elle est où cette prise qu’il faut lâcher ? Arrêtez de faire de la rétention d’information et crachez le morceau qu’on en finisse !

Car après des mois à tenter de trouver ce fameux lâcher prise qu’on nous rabâche à longueur d’articles, de bouquins et d’émissions, j’en arrive à la conclusion que c’est impossible. En tout cas pas comme on aimerait nous le faire croire. Lâcher prise ce n’est pas être heureux tout le temps et ne plus être touché par rien. Bien au contraire. Ce n’est pas non plus devenir égocentrique et ne plus penser qu’à soi. Bien au contraire. Tout lâcher, être libre, et frôler le bonheur, je crois que c’est accepter que justement c’est impossible. Je n’utiliserai plus cette expression. Je ne lâche pas prise, j’accepte ce qui est. Et je crois que c’est extrêmement difficile, à moins de n’avoir que ça à faire, d’être un moine ou un ascète.

Et finalement je me rends compte que ce n’est pas ce que je veux. En vrai je veux continuer de ressentir le bon comme le mauvais. Je veux continuer de vivre des expériences heureuses comme malheureuses. La différence aujourd’hui c’est la façon dont j’appréhende toutes ces situations. Pour moi le bonheur commence le jour où tu acceptes que tu ne maitrises rien, que tu n’as le pouvoir sur personne et que chacun est différent au sein de notre fabuleuse humanité. Et c’est vachement chouette une fois que tu as tilté, ça t’ouvre des perspectives insoupçonnées. Ce qui résume le mieux à mon sens cet état d’esprit est la prière des alcooliques anonymes : « Donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer, le courage de changer celles que je peux changer et la sagesse d’en voir la différence. »

Accepter les choses qu’on ne peut changer c’est admettre ses erreurs et le mal qu’on a pu faire. C’est reconnaître l’autre dans sa différence. C’est cesser de vouloir modeler les gens, les événements, selon nos besoins, nos envies, notre façon de voir le monde. C’est arrêter de ressasser le passé et ne plus être dans le contrôle. Je vous l’accorde ce n’est pas simple. Mais le fait de décider de s’y mettre est déjà une libération.

J’en entends au fond qui chuchotent que ce que je décris est un monde de bisounours. Tellement pas. Être un bisounours c’est dire amen à tout, ne pas avoir d’opinion, ne pas faire de choix, ne pas s’indigner. Accepter ce qui est c’est tout le contraire et si on à la sagesse de différencier ce qui peut être amélioré de ce qui est hors de notre contrôle, alors la voie du bonheur s’ouvre à nous.

C’est sur cette touche positive que je termine ce court article. Je vous souhaite un merveilleux dernier weekend de vacances scolaires. Pour nous en ce moment c’est découverte de Strasbourg :)

Happy Birthday

Ce mois-ci j’ai eu 40 ans. Une sacrée étape. Je le vis plutôt bien, le plus gros de la crise est passée, je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux plus. Et le jour de mon anniversaire je voulais une seule chose : disparaître. Il m’a fallu toutes ces années pour que l’idée de me foutre en l’air me traverse l’esprit. C’est tellement pas moi, tellement à l’opposé de ma philosophie de vie, que sur le coup je me suis demandé si je ne devenais pas schizophrène. En fait non, cette pensée m’a poursuivie un peu, et j’ai l’impression qu’elle sera toujours là maintenant, dans un p’tit coin.

Petit aparté pour celles et ceux qui me connaissent, famille ou ami-e-s : ne continuez pas à lire ce billet. Il va être moche, vulgaire, triste, et tout un tas d’autres trucs qui risquent de changer profondément l’image que vous avez de moi. Si vous tenez à continuer quand même, faites comme si vous ne l’aviez pas lu, ça nous épargnera un moment de gêne insupportable lors de notre prochaine rencontre. Merci

Qu’est ce que je disais déjà ? Ah oui, que pour la première fois de ma vie j’ai eu envie de mourir. Il faisait beau, on était au parc avec les filles et ex-chéri-coco (que je vais bientôt rebaptiser tiens, j’aime plus ce surnom), et une toute petite phrase, quelques mots, m’ont projetée 6 pieds sous terre. J’aurais voulu crever sur place, m’évanouir dans un nuage de poussière, ne plus exister.

Continuer à lire … « Happy Birthday »

Un cahier et un crayon

Depuis quelques jours j’ai très envie d’écrire. J’ai commencé plusieurs articles sans jamais arriver au bout de l’un d’entre eux. Il y a quelque chose qui veut sortir et je n’arrive pas à mettre de mots dessus. C’est agaçant car ça crée une sensation désagréable au creux du ventre, juste au niveau du diaphragme, qui m’oblige à soupirer souvent, à respirer profondément pour évacuer cette tension. En désespoir de cause, je me suis dit que j’allais écrire pour ne rien dire, je verrai bien ce qui en découle.

J’aurais aimer me servir d’un vrai cahier, d’un vrai crayon. L’écriture manuscrite me manque terriblement. Noircir des pages. Tenir un journal. Avoir un agenda. Laisser des petits mots ici et là à mes amours. Je peux écrire un tout petit peu. Signer par exemple. Avec un appareillage j’y arrive un peu plus longtemps. Mais ça manque cruellement de spontanéité. Je dois demander qu’on m’installe mon atèle, qu’on me donne le cahier. Si j’ai besoin de prendre rapidement des notes je préfère utiliser mon téléphone. Et je suis pleine de gratitude de pouvoir m’en servir seule. L’arrivée du smartphone a changé ma vie. C’est l’unique endroit qui m’appartient. L’intérieur de mon IPhone. Autant vous dire que je le kiffe grave et que sur ce coup là je m’assois sur mes principes de consommer local et dans le respect du travail d’autrui. J’ai essayé d’autres modèles, français ou étrangers, aucun tactile n’arrive à la hauteur du mien. Si un jour c’est le cas je réviserai ma position. En attendant je continue de croquer la pomme.

Mais revenons-en à nos moutons. La vilaine sensation est toujours là, mon plexus solaire est tout penaud et je vais finir par boire un rosé si ça ne passe pas. Je préfèrerais néanmoins trouver ce qui coince plutôt que de me saouler. Tiens j’ai parlé plus haut du manque de spontanéité dans l’écriture, je crois que je peux appliquer cette réflexion à toute ma vie. Mon quotidien est réglé comme du papier à musique. Pas de place pour l’imprévu. Et c’est vraiment paradoxal de vouloir lâcher prise, de travailler à vivre l’instant présent, quand ton existence toute entière est organisée des semaines à l’avance. Je crois que c’est une réalité qui me pèse de plus en plus. Lorsque j’étais avec Ex-Chéri-Coco je ne le ressentais pas autant. Nos vivions presque normalement et si mon handicap nous imposait bien-sûr des contraintes, nous pouvions partir n’importe où et n’importe quand, il était là et assurait le job. Ce qui à long terme a sûrement foutu la merde mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Enfin je crois pas … Toujours est-il qu’avoir vécu ces moments de liberté à ses côtés rend encore plus difficile mon quotidien d’aujourd’hui. Une grande partie de mon temps est consacré à l’organisation du planning de mes accompagnantes. Et une grande partie de mon stress est dû également à ça. Je note, je planifie, je réfléchis à qui doit être là pour la sortie de l’école, le cours de trompette, récupérer les courses, me lever le matin et me coucher le soir, préparer le repas, changer les draps, prendre le courrier, m’emmener à Besançon, ne pas oublier la pharmacie, laisser des clefs pour celle du soir, faire le plein de la voiture, mince il n’y a plus de sel pour l’adoucisseur ni de croquettes pour les chiens, et voilà que j’ai envie de pisser … cette liste est bien entendu très loin d’être exhaustive. Vous me direz c’est le lot de tout le monde Et c’est vrai. Sauf que tout ça moi je le délègue. Je dois penser à faire faire. Et si à 18h je me rends compte que je n’ai plus de cachetons, je ne saute pas dans ma voiture pour filer à la pharmacie. Je panique. J’ameute mes cinq accompagnantes. Je prie pour qu’une d’elles soit disponible. Et souvent ça se termine bien. Mais c’est une discipline qui me pèse de plus en plus, surtout que je n’ai pas été livrée de série avec les fonctions planning et calendrier. Je suis bordélique et éparpillée. Et la cyclothymie n’arrange rien avec ses phases hautes où rien n’est grave et ses phases basses où tout est insurmontable.

En partant de ce constat je suis certaine que vivre en ville va me changer la vie. La pharmacie ? Elle est à 200 mètres. Le cours de trompette ? C’est à trois arrêts de bus. Aller à mes activités associatives ? Le tramway m’y emmène en 20 minutes. Nous ferons nos courses toutes les trois au magasin bio du coin et au marché hebdomadaire. À pieds. Terminer la voiture, monter, descendre, harnacher le fauteuil à douze reprises, trouver une place adéquate. Et ce dont je rêve depuis tellement longtemps, lire un bouquin en terrasse d’un café, seule. SEULE. Je rêve de solitude. J’ai conscience que certains en crèvent, d’être seuls. Moi je crève de dépendre des autres et de n’avoir pour seule intimité que la mémoire de mon téléphone. Bien sûr que j’ai des moments où personne n’est présent. Mais c’est chez moi, dans ma maison, toujours. Je n’ose pas partir en balade au risque d’avoir un souci et de me retrouver coincée en pleine campagne. Je ne conduis pas. Alors j’écris pour m’évader. Je suis reconnaissante d’avoir cette possibilité.

Personne ne peut imaginer ce qu’est une vie de dépendance. Certain-e-s ont vécu cette situation de manière temporaire et ont goûté à cet état si particulier. Savoir que c’est pour la vie change la donne. Surtout quand on a, comme moi, un caractère très indépendant. Ma liberté d’agir me manque. Je crois qu’on ne peut jamais totalement accepter un handicap. Ce serait se résigner. Mais on peut faire avec, s’en accommoder, y trouver son compte et parfois le transcender. Ça je sais faire. Et c’est une raison de plus de se réjouir.

Toutefois ne vous méprenez pas. Ma dépendance ne m’empêche pas d’être autonome. Je pense même que ces trois dernières années, ce sentiment d’être prisonnière de mon corps et de dépendre des autres n’a fait qu’accroître ma soif d’autonomie, de devenir l’unique actrice de ma destinée, de m’affranchir du regard des autres et de ce qu’ils peuvent penser. C’est d’autant plus vrai depuis le début de l’année. Nous traversons tous des périodes plus compliquées que d’autres et depuis ma séparation j’ai vécu des ‘trucs de dingues’, j’ai pris l’ascenseur émotionnel à maintes reprises, passant de l’appartement terrasse au sous-sol en quelques secondes parfois. Mais je crois fermement que rien n’arrive par hasard et que même si nous restons libres dans nos choix, ce qui se passe dans nos vies, les personnes que nous rencontrons, sont autant d’expériences nécessaires qui nous permettent d’avancer et de grandir. Jusqu’à récemment j’avais la sale habitude de me poser en victime. Je me trouvais toujours des circonstances atténuantes. Aujourd’hui je prends plaisir à assumer mes erreurs car elles font partie de moi, de mon histoire, et j’aime la tournure que prennent les choses. Le chemin que j’ai emprunté, celui bordé de saules et de jolies fleurs dont je vous ai parlé ici, continue de m’interroger et de m’émerveiller. Il me reste quand même du boulot et une des premières tâches à accomplir est de me pardonner. Me pardonner d’être monter dans cette voiture il y a 23 ans, de m’être fait du mal et d’avoir mis autant de temps à me rendre compte que ça me bouffe de l’intérieur. Alors je pourrai regarder l’adolescente insouciante que j’étais avec bienveillance et ne plus lui en vouloir de nous avoir gâchées. Parce que ce n’est pas dommage ce qui nous est arrivé. C’est simplement la vie.

Voilà la magie de l’écriture. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais raconter aujourd’hui et je termine par cette confession que j’hésite à publier. Je respire mieux. J’ai un nouvel objectif sur ma liste que j’espère pouvoir rayer bientôt. Je n’ai finalement plus qu’une chose à dire : MERCI 🙏

Mon Journal de Gratitude #11 : celle qui recevait des bonnes nouvelles !

Les fans de la série Friends reconnaitront le petit clin d’oeil dans le titre de ce onzième Journal de Gratitude. J’avais envie de varier un peu après les dix premiers épisodes de la saga, de donner un indice sur l’état d’esprit de la semaine écoulée. Et là tout est dans le titre, j’ai reçu des bonnes nouvelles. En réalité j’ai eu LA bonne nouvelle, celle que j’attendais depuis près de deux mois et qui va permettre de lancer la suite de l’aventure : ma maison est vendue. Mon agent immobilier me dirait : « Amélie attends les 10 jours de rétractation avant de lancer le reste ! ». Mais moi je ne sais pas attendre. Mon compromis a une condition suspensive qui va se réaliser mardi et qui sera définitivement sûre 10 jours plus tard. Le 7 juillet ce sera bouclé et je pourrai vendre pour de vrai fin août. OUF !

L’autre bonne nouvelle c’est la visite la semaine prochaine de deux appartements qui semblent correspondre à ma recherche. Ils sont totalement différents, l’un dans un immeuble hyper moderne et bio climatique à deux pas des centres commerciaux, l’autre dans un bâtiment ancien donnant sur une place jolie et animée aux abords du centre-ville. J’ai une nette préférence pour le second, ses parquets anciens et ses hauts plafonds. Mais je n’ai pas le luxe de faire la fine bouche tant les appartements accessibles (et je ne parlent même pas adaptés) sont rares à la location, surtout aussi grands et dans ce secteur de Strasbourg. J’ose espérer qu’un de ces deux là fera l’affaire, que je puisse me projeter et organiser notre départ.  Dans l’idéal j’aimerais que nous déménagions début août, pouvoir profiter de la fin des vacances pour partir à la découverte de notre nouveau chez nous. C’est que c’est toute une histoire les lionnes à la ville …

Cette semaine m’a apporté bien d’autres raisons d’éprouver de la gratitude et voici la liste des événements pour lesquels je suis reconnaissante :

– les douze ans de Vie N°1 qui grandit si vite, au sens littéral comme au figuré. Du haut de ses 1,70m elle n’a de cesse de m’épater par sa vivacité d’esprit, sa curiosité, sa tranquillité et sa douceur. J’observe avec tendresse l’enfant qui lutte encore face à l’adolescente qui tente de s’imposer. Je ne savais pas avant elle qu’on pouvait autant aimer et que cet amour serait inconditionnel. Je ne savais pas non plus que le coeur d’une mère était si grand qu’une deuxième Vie pouvait y puiser tout l’amour nécessaire. En vérité je ne savais rien de la vie avant de mettre au monde ces deux Vies. Et c’est ma plus grande source de gratitude.

– la journée au grand air avec petit frère et petite soeur, avec ex chéri-coco, avec les amis et les amis des amis. Avec les enfants qui jouent, qui courent et qui rient. Avec l’air un peu trop frais mais on s’en fiche.

– l’après-midi écrasant de chaleur avec les quatre générations de femmes réunies. Parce que malgré nos différends il existe des liens qui ne se défont pas.

– la rencontre d’un couple épatant d’humanité et de sagesse, qui promet un beau projet dont j’aurai sans doute l’occasion de vous parler.

– et ce dimanche à quatre qu’on vit au ralenti, terminant au théâtre pour assister à la représentation de Vie N°1 et ses camarades de classe.

Je vous souhaite à toutes et tous une très belle semaine. Pour ma part je l’espère synonyme d’autres bonnes nouvelles. Rendez-vous dimanche prochain ;)

Mon Journal de Gratitude #10

Nous sommes déjà le dernier jour de la semaine et que se passe t-il le dimanche ? Le dimanche on dit merci ! Et cette fois j’ai beaucoup de raisons d’être reconnaissante, c’est donc plus simple d’écrire …

Tout d’abord une semaine associative intéressante avec une rencontre constructive sur le TPMR du Pays de Montbéliard Agglomération (PMA). TPMR ? Transport pour Personne à Mobilité Réduite même si en réalité il s’adresse aussi à des personnes ayant d’autres types de handicap, notamment visuel. Parce que souvent les transports en commun des villes ne sont pas totalement accessibles (ils devraient l’être bientôt) ou que certaines personnes ont des handicaps trop importants pour pouvoir les prendre. Il est donc indispensable de proposer un transport de substitution pour que nous soyons mobiles malgré nos difficulté. Malheureusement ces transports ne sont pas suffisants comparés aux nombres de demandes et la qualité du service n’est pas toujours au rendez-vous. Mais vous me connaissez je suis une éternelle optimiste et c’est dans le but d’améliorer les choses que mes collègues d’APF France Handicap et moi sommes allé les rencontrer. La communication et l’échange de nos attentes respectives ont permis d’amorcer une belle collaboration. Je ne serai pas présente pour suivre l’évolution de ce travaille mais je souhaite de tout coeur que voyager dans PMA devienne plus facile dans les mois à venir.

Ensuite c’est à l’IRTS (Institut Régional du Travail Social) de Besançon que j’ai pu prendre connaissance de l’élaboration d’une formation sur la désinstitutionnalisation. C’est un sujet très complexe qui interroge et qui divise le secteur du médico-social mais également le milieu militant et associatif du handicap, quel que soit sa nature. Cela mériterait un billet entier que je rédigerai peut-être un jour mais c’est en tout cas extrêmement intéressant d’y travailler. J’ai eu l’occasion de collaborer à plusieurs reprises avec l’IRTS, sur l’intimité, la sexualité, la loi de 2005, la désinstitutionnalisation, le droit des femmes handicapées, … et ça a toujours été un grand plaisir. J’y suis tellement intervenue qu’ils ont rendu l’estrade de l’amphithéâtre accessible pour que j’évite de trimballer ma rampe. J’ai même pensé y reprendre des cours et je continuerai de participer aux journées d’études et à la semaine « handicap et avancée en âge » malgré les kilomètres. Quand on aime on ne compte pas. Et puis ça me permettra de faire des coucous à mes ami.e.s bisontin.e.s.

Deux journées de la semaine déjà bien remplies, j’ai consacré le reste à mettre mes idées au clair et à soigner mon bidon qui fait toujours des siennes. Cette histoire avec mon ventre c’est un peu le serpent qui se mord la queue. Si je suis dérangée, je stresse. Si je stresse, je suis dérangée. Je ne vais quand même pas me coller sous anxiolytiques pour régler ce problème ! J’ai donc décider de lister les sources d’angoisses et de les éliminer si possible. La première était ma participation au congrès d’APF France Handicap qui se passe à Montpellier et qui dure trois jours. J’étais ravie d’y aller et de vivre ce moment avec plusieurs centaines de personnes. Mais depuis quelques temps voyager est devenu compliqué et je me retrouve perdue loin de mon confort. Et puis imaginer avoir un souci intestinal en voiture ou en pleine réunion me collait des sueurs froides. J’ai donc annuler à regret mon séjour. Et je me rends compte que je vis mieux la déception que l’anxiété. C’était finalement la bonne décision à prendre.

Je voulais écrire un article succinct, je me retrouve encore une fois à faire la pipelette. Je pourrais continuer deux heures sans être à court d’idées. Mais le temps me manque. Mes lionnes vont arrivées de chez papa des histoires plein la tête et des photos de leur petite soeur plein le téléphone. Cela faisait un mois qu’elles ne l’avaient pas vu et elle leur manquait énormément. C’est drôles comme les situations qui peuvent paraitre obscures un jour deviennent limpides le suivant. Observer mes filles, leur façon de vivre l’instant présent sans se poser de questions m’inspire au quotidien. Et c’est une intarissable source de gratitude.

acceptercequiest

Et je ne pouvais pas terminer ce journal sans vous parler de ce premier match de l’équipe de France. J’ai longtemps critiqué l’argent, le profit, et la superficialité du monde du football. Je m’insurgeais devant ces millions de gens heureux de se réunir devant 22 gugusses en short courant après un ballon, qui mettent 70€ dans un maillot alors qu’ils ont du mal à finir leur fin de mois et incapables de descendre dans la rue pour défendre leurs droits. Je détestais ces joueurs payés bien trop cher pour simplement marquer des buts et ces propriétaires de clubs qui s’en mettent plein les poches. Je n’aime pas cette Amélie là, celle qui juge hâtivement et qui est pleine de certitudes. Si je ne cautionne pas certaines pratiques, je n’ai aujourd’hui plus rien à dire à ce sujet, et surtout si on ne me demande pas mon avis ;) Pour la première fois j’ai regardé un match en famille sans aucun à priori, simplement pour le plaisir de partager ces moments avec eux, de me moquer un peu de la ferveur des ‘footeux’, de me laisser peindre des drapeaux sur les joues et de crier victoire au coup de sifflet final.

Aller cette fois j’arrête de causer et je fais ma petite liste. Cette semaine je suis reconnaissante envers la vie pour :

– les échanges et le travail toujours passionnant dans le cadre de mes engagements associatifs.
– les journées en famille, au delà des matchs de foot, et ce qui se dit, se règle, petit à petit …
– les femmes qui m’accompagnent chaque jour et que je vais bientôt quitter le coeur lourd.
– les nouvelles rencontres et celle en particulier de Miss Mulhouse (je ne peux pas te répondre au téléphone, j’écris :p)
– le chemin que je continue d’emprunter, me délestant une à une des pierres trop lourdes à porter.
– les personnes inspirantes, les livres percutants, les médias qui interrogent et interpellent si on sait s’en servir !
– mon goût pour l’écriture qui m’aide à n’en pas douter à rester la tête toujours hors de l’eau.
– et au risque de me répéter, ces ‘je t’aime’ lancer sur la pas de la porte avant de partir pour l’école ou glisser au creux de l’oreille le soir dans un semi-sommeil.

Voilà pour ces sept derniers jours. Il me reste à souhaiter un bonne fête à tout les papas du monde, à celui de mes lionnes qui fait le job malgré tout ce qui nous sépare et au mien parce que c’est le plus beau, le plus fort et que je l’aime très fort <3

240_F_65033822_GyccWCw3Z8jzwezR9vA7QuLT0Ya3aYzg

Nous transportons le monde au fond de nous même !

Je ne crois pas avoir déjà évoqué dans mes précédents billets le projet de mon déménagement. Il trotte dans ma tête depuis très longtemps, plusieurs années à vrai dire et même bien avant mon divorce. J’ai enfin trouver le courage de le concrétiser. Le déclic a eu lieu en septembre dernier. Je travaillais sur un groupe d’accès à la culture pour APF France Handicap et en découvrant le programme de la saison culturelle sur Besançon je me suis rendue compte que je passais à côté de nombreux événements intéressants. Et non seulement moi mais mes deux lionnes également. Car pour l’instant aller au cinéma ou décider de prendre un verre en terrasse nous demande une certaine organisation qui bien souvent me décourage. Je rêve de spontanéité.

Cela n’engage que moi mais je crois qu’avec ex-chéri-Coco nous avons eu au début de notre relation et pour des raisons totalement différentes besoin de nous isoler. C’était inconscient bien entendu mais nous avons réuni les conditions nécessaires à cette solitude en duo sans nous en rendre compte. Nous avons acheté une ferme comtoise rassurante aux murs épais. À l’abri de cette vieille bâtisse nous nous sentions en sécurité. Nous avons adopté plusieurs chiens pour le bien-être desquels nous avons écourté des journées en famille ou des soirées entre amis. Nous sortions rarement. Nous recevions encore plus rarement. C’était lui et moi contre le reste du monde. Et même si je ne regrette pas cette période, même si je pense qu’elle était nécessaire, il y a un moment où c’est devenu compliqué.

La ferme rassurante et sécurisante est devenue oppressante, froide et sombre. À chaque fois que nous rentrions d’une sortie j’avais le sentiment de retourner dans une grotte. Les lionnes sont arrivées et il a fallut nous ouvrir vers l’extérieur. Nous avons alors bâti la maison dans laquelle je vis toujours, construite pour me rendre la vie facile, avec de l’espace pour nos quatre-pattes, dans un petit village éloigné des ‘grandes’ villes. Un vrai décor de carte postale, on aurait pu nous décliner en playmobils.

Neuf ans plus tard il ne reste que deux chiens miniatures, je vis seule et je ne conduis pas. Le moindre déplacement demande de l’organisation, des moyens humains et  financiers. Il est grand temps de retrouver un minimum d’autonomie et de spontanéité. Ce sont les principales raisons de notre déménagement.

Une autre raison est venue s’ajouter à la pile ces derniers temps et je la pensais vraiment très bonne. L’envie de recommencer à zéro. Qui n’a jamais eu ce désir ? Vivre dans un endroit où personne ne sait rien de ton passé.  Personne pour te parler de ‘avant’. Avant ton accident. Avant ton divorce. Avant telle ou telle connerie. J’en rêvais. Comme si changer de lieu pouvait tout effacer et remettre le compteur à zéro. Ce serait trop facile.

Là où tu vas, tu es !

Déménager, changer de nom, tout plaquer. Cela ne sert à rien. Tu restes la même personne où que tu sois.  Si tu ne décides pas de changer tu pourras courir le monde, tu vivras toujours les mêmes choses, tu réagiras toujours de la même façon et au final tu voudras partir plus loin. J’ai compris ça en lisant un tout petit conte qui en substance raconte ceci :

« Un vieux sage appuyé contre la margelle d’un puit situé à l’entrée d’une ville observait les allées et venues des passants. Dans la journée deux hommes le saluèrent et lui posèrent la même question : ‘Comment sont les gens ici ?’. Le premier était un jeune homme accompagné de son âne, venant d’un village éloigné et que le père avait envoyé faire du commerce en ville. Le second était un homme plus âgé menant une lourde carriole tiré par deux chevaux et qui souhaitait refaire sa vie. À chacun le vieil homme posa la même question en guise de réponse : ‘Comment étaient les gens chez toi ?’. Le jeune marchand expliqua que dans son joli village les habitants étaient gentils et qu’il y comptait beaucoup d’amis. Le vieux sage lui répondit alors que c’était pareil ici, qu’il allait se plaire et lui souhaita la bienvenue. Le second voyageur quant à lui, se plaignit des mauvaises personnes qui peuplaient l’endroit où il vivait, et combien elles étaient méchantes et lui voulaient du mal. Le sage lui déconseilla alors de s’installer en lui chuchotant que les gens d’ici n’étaient guère plus aimables et qu’il valait mieux qu’il aille chercher ailleurs la vie dont il rêvait. Déçu l’homme s’éloigna en grommelant. Un gamin qui avait tout entendu s’approcha du vieux sage et l’interrogea sur la raison pour laquelle il avait répondu différemment aux deux hommes. Ce dernier répondit : ‘C’est très simple mon enfant, nous transportons le monde au fond de nous-même’. 

Cette petite histoire paraît simple mais elle est pourtant riche d’enseignements et pour ma part elle m’accompagne chaque jour dans mon projet. Déménager oui mais garder à l’esprit que je reste la même, avec mes qualités et mes défauts, mes failles qui me font sans cesse répéter les mêmes erreurs et surtout que j’emporte avec moi mes presque quarante années d’aventures que je ne peux pas effacer. D’ailleurs je ne le veux pas. Et puis ce passé qu’on aimerait parfois gommer se rappelle à nous régulièrement, nous remet face à nos manquements, nous oblige à nous remettre en question. Alors autant faire avec plutôt que de lutter contre …

porte

Initialement mon déménagement était prévu pour Besançon car j’y ai toutes mes activités associatives et beaucoup d’ami.e.s. Puis Belfort pour des raisons grave merdiques. Puis (re) Besançon. Puis Biarritz quand j’en ai eu ras le bol de tout et de tout le monde (ça va Éric je plaisante). Puis (re)(re) Besançon. Oui je suis une girouette et je le vis très bien merci. Et finalement on va où ??? À Strasbourg !!! Ah ah vous ne l’attendiez pas celle là (et surtout pas toi Éric). Notre petit trio migre vers le nord et va s’installer à la super grande ville ! Oui ok c’est pas Paris mais quand même ! Je vais pouvoir souffler grâce à un mode de garde plus équilibré et mes lionnes vont retrouver avec bonheur leur papa et leur petite soeur. Je ne manquerai pas de vous conter mes aventures car évidemment ça s’annonce corsé, entre le manque d’accessibilité des appartements et les déboires administratifs, ça promet d’être passionnant. Parfois je me dis que ma vie serait bien monotone sans ce foutu handicap. On se console comme on peut !

Mon Journal de Gratitude #9

C’est un phénomène étrange l’écriture. Lorsque je rédige un billet, je l’oublie presque systématiquement dans les heures qui suivent. Je ne me souvenais plus par exemple que j’avais parlé des fantômes dans mon dernier Journal de Gratitude et je les ai quasiment découvert en le relisant ce matin. J’ai souvent besoin de relire mes billets pour savoir où j’en suis. Peut-être que ça n’arrive qu’à moi d’oublier ce que j’écris. Et c’est la même chose avec les films que je regarde. J’en ai vu certains à plusieurs reprises en ayant l’impression de les redécouvrir à chaque fois. Seuls les livres imprègnent ma mémoire. Sûrement parce que la lecture appelle l’imagination et oblige à ressentir bien plus intensément les histoires. Les films sont du prémâché, ils donnent des sensations bien sûr, appelle à réfléchir ou à s’indigner mais sans aucune mesure avec la lecture. Du moins de mon point de vue. Heureusement je ne perds encore pas la tête et hormis mes écrits et les films, mes souvenirs sont intacts. Des plus jolis aux plus durs. Et à la veille d’un grand changement de vie, je m’applique à en fabriquer des milliers à mes lionnes, qu’elles emportent avec elles un petit bout d’ici et de ceux qui l’habitent.

Je réfléchis donc à mon neuvième Journal de Gratitude. Je crois que c’est un record d’assiduité, moi qui ai du mal à tenir un engagement sur le long terme. C’est une première raison d’être reconnaissante, envers moi-même en toute humilité. La seconde raison est la disparition des fantômes. Ils sont repartis comme ils sont venus, emportant avec eux les angoisses, les maux du ventre et la nappe de brouillard, laissant apparaitre le ciel bleu qui est toujours là finalement même si parfois on l’oublie, comme les films qu’on regarde ou ce qu’on écrit …

En me retournant sur cette semaine écoulée je ne peux donc qu’être reconnaissante et établir la liste (toujours non exhaustive) de ce pourquoi j’éprouve de la gratitude :

– la fiesta de petite soeur-soeur qui devient grande et qui m’a permis de (re)voir pleins de gens chouettes.
– la kermesse de l’école de p’tite lionne pour les mêmes raisons.
– ce week-end entre deux maisons qui laissera de merveilleuses empreintes dans nos mémoires.
– la confiance qu’on me témoigne sur des projets plus qu’enthousiasmants.
– ces gens chouettes du monde des blogs, leurs petits coeurs et leurs commentaires.
– les interminables discussions qui vont du sens de la vie à comment utiliser la ricotta en cuisine.
– et les ‘je t’aime’ en pagaille de mes essentielles.

Ce sera bref pour cette fois, j’ai un bouquin à terminer avant le blues du dimanche soir. Très belle soirée et prenez soin de vous <3

Mon Journal de Gratitude #8

Parfois il est difficile de trouver du positif quand on se retourne sur la semaine écoulée. Il y a bien entendu une multitudes de choses pour lesquelles je serai éternellement reconnaissante, semaine après semaine : avoir des enfants en bonne santé, de quoi nous loger et nous nourrir, des gens autour de moi que j’aime et qui m’aiment aussi. Et rien que pour tout cela je devrais déborder de gratitude. Ce n’est malheureusement pas si simple. En commençant ce rituel du Journal hebdomadaire il y a 2 mois déjà, parallèlement à la méditation et à la pensée positive, je pensais tenir la solution à mes coups de blues. Ça non plus ce n’est pas si simple. Vivre dans le présent sans avoir la nostalgie du passé ou l’inquiétude du futur n’est pas toujours possible, loin s’en faut. Et cette dernière semaine les fantômes d’un temps qui n’existe plus sont revenus me hanter. J’ai beau souffler fort sur leurs draps translucides rien n’y fait. Ils s’agrippent les salauds.

Et voilà qu’aujourd’hui c’est dimanche et que j’ai ce rendez-vous avec la gratitude. Mince ça ne va pas être aussi facile que ces derniers mois où j’étais en Bisounours Time Baby. Alors j’ai pris le temps, je me suis posé au soleil et j’ai laissé les fantômes venir squatter mes accoudoirs. D’abord ils n’ont rien dit, se contentant de se balancer lentement, en rythme. Ils sont plusieurs, trop, je ne sais pas exactement combien tant ils se fondent les uns dans les autres. Ils ne me font plus peur, je les connais bien maintenant même si jamais ils n’ont été si proches. J’ai chuchoté « qu’est ce que vous faites là ? ». Ils ont sursauté. Au moins ils m’entendent. J’ai demandé « pourquoi vous revenez encore ? ». L’un deux a répondu « la porte est entrouverte ». Un autre a enchérit « tu nous a appelé ». Bien sûr que non. Je n’ai appelé personne. Un troisième a continué « pas avec des mots ». Alors comment ? « Les murmures de l’intérieur ». Purée ces salopards peuvent lire dans ma tête, dans mon coeur et peut-être même dans mon ventre qui déconne. Ils savent. J’ai tenté de comprendre comment me débarrasser d’eux mais aucun n’a voulu m’expliquer. J’ai allumé mon fauteuil et j’ai roulé vite pour les faire tomber. C’est inutile. Ils sont toujours là. Ils ne partiront pas. L’un deux a même posé sa tête sur mon épaule. Fichtre !

Je comprends que je ne peux rien y faire aujourd’hui et peut-être que demain non plus. Je comprends qu’être reconnaissante ce ne doit pas toujours être pour des choses positives mais aussi pour des moments plus obscures où il faut accepter de côtoyer les fantômes. Si j’ai de la gratitude aujourd’hui c’est envers ce nouveau moi qui ose discuter avec ses démons. Souffler fort ne sert à rien. Rouler vite ne sert à rien. Ils seront là demain. Et le jour d’après. Et le suivant sans doute. Ils seront là toujours parce que j’aime ce qu’ils représentent.

Mais rassurez-vous je vais bien. Vraiment. Et écrire comme d’habitude me permet de me sentir mieux et de pouvoir tout de même être reconnaissante pour cette semaine écoulée. Pas de détails cette fois ci mais un sentiment que tout n’est pas perdu. Bien au contraire.

Je vous souhaite une merveilleuse semaine. Prenez soin de vous.

FUCKING PERFECT

Ce billet risque de dénoter comparé aux précédents par son ton et son vocabulaire. Et je n’en suis même pas désolée. Me voilà à nouveau dans le brouillard, les bisounours et les arc-en-ciels ont déserté, Rubis s’est barrée aux Seychelles et elle a bien raison. Voilà mon état d’esprit just right now : j’en ai ras la couenne de m’excuser. M’excuser d’être trop impulsive, trop intransigeante, trop possessive, trop lunatique, trop directive, trop vulgaire, et tout un tas d’autres adjectifs qui me brisent les oreilles et les ovaires, parce que oui ça me fait mal au crâne et au bide tout ça. Surtout au bide. Parce que moi quand je ne vais pas bien je dépressionne des intestins. Et franchement c’est agréable pour personne. Et carrément pas pour moi qui doit me recoucher trois fois par jour pour cause de débordement émotionnel intestinal. C’est bien joli la pensée positive, la méditation tout ça tout ça mais ça ne résout pas tout. Ça aide par contre à traverser le brouillard et j’espère bien ne pas m’y noyer trop longtemps. Je le vis bien mieux qu’il y a à peine 2 mois. Et pour ça faut lâcher du lest. Mais si ça pouvait être ailleurs que dans mon froc ça m’arrangerait.

Je pensais pourtant en avoir terminé avec ces conneries. J’en ai bavé pendant presque deux ans. J’ai perdu 10 kilos, choppé des rougeurs au cul tellement j’avais les os pointus, gardé le lit des jours entiers, annulé des rendez-vous, attrapé toutes les merdes qui trainaient, tout ça parce que je m’excuse tellement tout le temps d’être comme je suis et de ressentir ce que je ressens que mon mal-être cherche désespérément à s’exprimer et migre vers mon ventre. J’ai les entrailles tristes et malheureuses. En colère aussi. Alors elles pleurent. Et c’est merdique. Littéralement.

Et là j’ai bien l’impression que ça recommence. Et franchement y a pas moyen. No way ! Je ne veux pas. J’en suis donc à me dire que je vais épargner ma tuyauterie et commencer par assumer qui je suis et ce que je fais, même si parfois c’est vraiment pas brillant. Je crois que la solution est là. En vrai je suis une connasse possessive caractérielle et lunatique, capable de dire tout et son contraire dans la même phrase, qui ne sait pas ce qu’elle veut comme une girouette qui tourne au gré du vent, qui se plaint H24 de ses gosses mais qui pleure deux heures après qu’ils soient partis chez papa parce qu’ils lui manque déjà trop, qui peut aimer à la folie et vouloir tuer à coup de cale-pieds une même personne au même moment et pour les mêmes raisons.

Et je vais en profiter aussi pour arrêter de culpabiliser pour tout et n’importe quoi, genre de rester devant mon ordinateur à écrire au lieu de jouer au Uno avec mes lionnes, de manger encore de la viande alors que j’ai vu les vidéos des abattoirs et que je devrais avoir honte, de boire un rosé à 11:00 ou à 17:45 parce que c’est un peu tôt quand même t’exagères, de laisser mes filles trop de temps sur les écrans parce que c’est pas bon pour leur cerveau ils le disent à la télé, de les coucher à 22:00 au lieu de 21:00 alors qu’à leur âge elles doivent dormir entre 10 et 11 heures par nuit tu ne sais pas ça mère indigne, de ne pas pouvoir les emmener faire du shopping alors que la copine à papa elle peut elle, de sortir sans soutif et pas maquillée parce que ça fait pas féminin comme les garçons ils aiment, de ne pas pouvoir mettre de bottes sexy mais seulement les chaussons tricotés par maman et mamie et qu’on dirait un lutin, de ne pas pouvoir faire de levrette ou je sais pas quelle position sexuelle à la con indispensable selon Marc Dorcel pour être un bon coup, de kiffer qui  je veux, quand je veux et où je veux peu importe son genre, de vouloir que les gens qui te disent je t’aime, on est fait l’un pour l’autre, t’es comme ma soeur (barrer la mention inutile) soient sincères et honnêtes et pas des putains de menteurs manipulateurs, de pas te brosser les dents tout les soirs et de ne pas être parfaitement épilée tout le temps parce que vraiment c’est dégueu beurk et rebeurk, de mettre des frocs informes qui ne te mettent pas en valeur  mais bordel qu’est ce qu’on est bien dedans, de ne jamais rappeler mes ami.e.s et de ne pas entretenir mes relations, et purée y en a tellement encore que je pourrais écrire une épopée en 12 tomes. Mais je vais arrêter là vous avez compris le concept.

Comme ce serait bien sérieux de pouvoir faire tout ça en faisant des fucks à ceux que ça dérangent. Mais je peux même pas en faire de fuck. FUUUUUUCK. Et dans le fond je vais vous dire, j’ai l’impression que ça ne dérange pas tant de monde que ça. C’est peut-être juste moi qui me fout une pression d’enfer parce que je ne sais pas pour quelle raison obscure je me dois d’être parfaite. Je ne le suis absolument pas. C’est même grave comme je suis imparfaite de partout. Alors je vais arrêter de faire semblant. Arrêter de vouloir coller à ce qu’on attend d’une femme de quarante et enfin être ce que MOI je veux être. Une girouette qui kiffe suivre le sens du vent et qui s’est barrée de son socle en fauteuil roulant pour vivre sa life comme elle l’entend.

Bordel j’ai déjà moins mal au ventre d’avoir écrit cet article. et je ne m’excuserai même pas de vous avoir importuné avec mes états d’âmes ! Ah si en disant ça je le fais, un peu … Fuck !!!

Défi 30 jours : pause

Les jours gris me rattrapent. J’ai cru pouvoir résister à coups de pensées positives et de méditation. Mais rien n’y fait ils sont plus forts que moi, surtout quand ils sont accompagnés de douleurs physiques. J’ai l’impression qu’ils se manifestent dans mon corps pour mieux faire céder mon esprit. Saletés. Je n’abandonne pas. Je remets à un tout petit peu plus tard. Je reviens vite. Prenez soin de vous.

Défi 30 jours : Méditer #9

Bon le problème du « Défi 30 jours : Méditer » c’est que mon blog ressemble à un éloge de la méditation alors que c’est quand même pas ma principale source d’intérêt. Il faudrait que je poste des billets sur d’autres sujets, et ce n’est pas ce qui me manque, mais l’article quotidien du défi me prends déjà pas mal de temps. Me voilà bien !

Aujourd’hui je vais donc faire court, enfin je vais essayer car je me rends compte que je suis super bavarde ici, bien plus que dans la vraie vie. Sujet du jour de Maître Christophe André « Faire un scan corporel ». Ça je sais faire aussi puisque je suis une adepte de la pratique de l’eutonie. Hein, quoi, kècecé l’eutonie ? Et bien je n’ai jamais vraiment su l’expliquer mais ça m’a fait et ça me fait toujours beaucoup de bien. J’a commencé il y a plus de quatre ans maintenant et j’ai l’impression d’avoir repris de l’épaisseur, d’avoir (un peu) raccommodé ma tête et mon corps. Voilà ce qui est écrit sur la page d’accueil du site www.eutonie.com que je vous invite à visiter :

L’eutonie est une pratique corporelle basée sur l’écoute et l’observation des sensations. Développer une meilleure sensibilité facilite la détente, le mouvement et la posture, et enrichit la qualité de vie.
Soulager et prévenir les tensions inutiles, les habitudes motrices ou posturales inappropriées, c’est gagner en aisance, habileté et spontanéité au quotidien.
Le contact avec soi-même, dans un corps authentiquement habité et plus consciemment relié au monde, génère équilibre, sens et fécondité dans sa vie personnelle.

Voilà maintenant vous savez tout, ou presque. Quant à ma méditation du jour elle a été tellement simple que je suis partie loin … Pour la première fois j’ai peut-être atteint un tout début d’état méditatif et c’est ma foi surprenant mais très agréable. Je me sers également des exercices basés sur la respiration pour m’endormir et c’est très efficace. Ça ne m’empêche pas de me réveiller douze fois par nuit mais au moins je m’endors facilement. Et c’est déjà pas mal !

Sur ces bonnes paroles je m’en vais tenter d’écrire un petit truc différent pour changer un peu et ne pas vous perdre en route. Pleins de bécots en attendant. Et surtout prenez soin de vous !

Défi 30 jours : Méditer #8

C’est parti pour la deuxième semaine de mon défi méditation. Après sept jours de séances audios courtes d’environ 3:30 minutes, je commence des écoutes d’une durée de 7 à 8 minutes. Attention ça ne rigole plus.

Aujourd’hui je me suis installée sur ma terrasse, tout près des herbes hautes et des bacs de plantes aromatiques. J’aime particulièrement ce petit endroit de mon jardin car il y a de la vie. Ça bourdonne, ça chante, ça se pose et ça s’envole. Et surtout ça sent bon la menthe, la sauge et la ciboulette. C’est parfait !

img_0425img_0427

Mon nouvel ami virtuel Christophe André me guide tout au long d’une séance intitulée « Prendre conscience du corps respirant ». C’est un exercice qui m’est plutôt facile car ma respiration et moi c’est une grande histoire en plusieurs chapitres. Je vous la fais brève :

Chapitre 1 : c’est qui la patronne ?
Apparemment ce n’est plus moi. À mon réveil après mon accident j’ai une trachéotomie et je suis reliée à un respirateur artificiel. Je ne peux plus respirer seule et personne ne sait alors si ce sera à nouveau possible un jour. Je ne peux pas parler non plus. Je suis bercée par le rythme de cet appareil qui me maintient en vie et il devient vite mon meilleur ami. Quand au bout de 6 semaines on m’annonce qu’on va tenté de me sevrer je suis en totale panique. La première fois est terriblement angoissante bien qu’elle ne dure que quelques secondes. Et puis minute par minute je reviens à la vie chaque jour un peu plus. Je respire enfin seule. Je garde encore quelques semaines une canule en argent qui me permet de parler. Bon je pourrais doubler Dark Vador sans problème mais au moins je peux communiquer. Quand on la retire définitivement de ma gorge et qu’on laisse l’orifice se refermer seul je commence à avoir des angoisses. Et si je m’étouffais ?

Chapitre 2 : je t’aime moi non plus.
Ma capacité respiratoire est maintenant d’environ un litre. Je ventile très mal et je m’encombre régulièrement. J’ai 18 ans, je suis tétraplégique, je vis à 400 kms de ma famille et de mes ami.e.s, j’en bave en rééducation et je poursuis parallèlement ma scolarité. Alors le soir je retrouve mes potes de galère, je décompresse et je teste mes nouvelles limites. Alcool, tabac, cannabis … les bronchites se suivent et se ressemblent … J’ai 19 ans et je fais une embolie pulmonaire suite à des phlébites profondes provoquées par la pilule et la clope. C’est pas à 40 ans qu’on fait ça normalement ? Oui mais être tétraplégique c’est prendre un peu d’avance, leçon à retenir pour plus tard … J’ai 20 ans, c’est la coupe du monde en France, je vais 3 jours aux Eurockéennes et je trouve la limite. À mon retour au centre de rééducation je ne peux plus respirer, j’ai l’impression de me noyer à l’intérieur de moi. Direction le service de réanimation où j’apprends que j’ai eu mon baccalauréat alors qu’on me fait une fibroscopie. C’est une infirmière qui me l’annonce en jugeant bon d’ajouter « et avec mention ». J’ai envie de lui dire d’aller se faire foutre mais la caméra dans mes bronches m’oblige à rester polie. Je regarde la finale depuis mon lit, en compagnie de mon amoureux du moment qui doit me maudire aujourd’hui de lui avoir fait manquer un tel événement … J’ai 24 ans et je ne compte plus mes épisodes bronchiques. Je partage ma vie avec ex-chéri coco auquel j’impose mon tabagisme, lui qui déteste ça. À chaque encombrement j’arrête de fumer, pour reprendre de plus belle une fois que ça va mieux. Et puis un vendredi 17 janvier je tombe sur une émission où une soignante aide un homme atteint d’un cancer à fumer … par sa canule. C’est le déclic qu’il me fallait. Le lundi suivant, jour de l’anniversaire d’ex-chéri, j’arrête de fumer. Ça a fait 15 ans cette année.

Chapitre 3 : le souffle de vie
Arrêter la clope ne résout pas mon problème en une seconde. Je continue d’être malade régulièrement, en moyenne 3 fois par an, avec des épisodes plus ou moins sévères. Néanmoins je ne suis plus hospitalisée. Et puis je rencontre un kiné qui prends le temps de m’expliquer le mécanisme de la respiration, de me rassurer sur ma capacité respiratoire qui est bien plus importante que ce que j’imagine, qui m’apprends à remplir tranquillement mes poumons et à expectorer efficacement. C’est un renouveau et au lieu de détester ce souffle court qui est source d’angoisse je l’apprivoise pour mieux le maîtriser. Aujourd’hui je ne fais presque plus de bronchites, je ne me fais plus vaccinée contre les infections à pneumocoque ou contre la grippe et ce fameux kiné est devenu un de mes meilleurs amis.

Tout ça pour vous dire que prendre conscience de mon corps respirant n’est vraiment pas compliqué. Cette première longue séance a donc été agréable et facile à suivre. Rendez-vous demain pour une nouvelle étape. En attendant prenez soin de vous !

Défi 30 jours : Méditer #7

Quel drame ! Je n’ai pas eu le temps hier de m’ouvrir au bonheur. Enfin si. Mais pas avec Christophe André comme je l’avais prévu. J’ai eu une magnifique journée parce que j’étais avec mes filles, en famille, pour célébrer les mamans, sous le soleil et un verre de rosé à la main en mangeant un délicieux gâteau à la framboise. Ça ressemble au bonheur non ?

Quand je dis que je n’ai pas eu le temps ce n’est pas tout à fait vrai. Disons que je n’ai plutôt pas pris le temps de m’isoler 20 minutes pour méditer. C’est que j’ai un quotidien bien particulier, avec la présence quasi permanente de mes accompagnantes. Et c’est parfois compliqué de trouver un moment pour soi quand il faut se préparer , donner les « directives » et penser à ne rien oublier.

C’est pour cette raison qu’hier je n’ai pas posté mon défi #7 et qu’il y en aura deux aujourd’hui.

C’est très tôt ce matin que j’ai lancé l’application et que j’ai laissé Christophe me guider vers le bonheur. Je n’ai pas encore atteint le nirvâna mais c’est plus simple de me « mettre dedans ». J’ai terminé le cycle de méditations courtes. J’attaque tout à l’heure les plus longues.

En attendant je vous souhaite une belle journée. Prenez soin de vous 💜🙏

Mon Journal de Gratitude #7

Je devrais décalé la rédaction de ce billet au lundi. Ouais c’est bien le lundi. Parce que le dimanche soir, après un weekend entier avec mes girls et une journée en famille pour la fête des mums, j’ai juste envie de me mettre au frais sur mon lit devant un bon film, manger une barre de chocolat noir et zoner un peu sur mon téléphone. Vous savez ce moment où la maison se calme, que les estomacs sont pleins et que les pieds sont propres, que chacune a regagné sa chambre après un huitième bisou et trois tentatives de squattage de couette, et que ouf la journée est terminée. Ce petit moment de bonheur ultime que je vais pouvoir savourer tout à l’heure.

Mais avant ça il reste un peu de boulot et notamment écrire mon Journal de Gratitude pour la septième semaine consécutive. C’est l’occasion de souhaiter une bonne fête à toutes les mamans du monde et à la mienne en particulier qui vient guetter mon blog en cachette. Oui oui je te vois vilaine !

33580924_1946281325383903_8005291828213448704_n

Cette journée à elle seule pourrait suffire à faire une liste de choses pour lesquelles je suis reconnaissante, entre le soleil, les cadeaux, les bisous et les moments en famille. C’est chouette tout ça … et voilà le détail :

Cette semaine j’éprouve de la gratitude pour :

– Les jolis cadeaux de fête des mamans.
– Avoir échappé au collier de nouilles ou à la boite à bijoux camembert.
– La journée à St Laurent en Granvaux entre travail associatif et moments entre amis
– La soirée entre amies autour d’un bon café
– Francoise Sagan, encore.
– Le petit monde WordPress et ses sympathiques habitants.
– Cette journée en famille <3

Voilà pour cette semaine écoulée. Je souhaite que la prochaine soit aussi agréable. Belle nuit à vous 🌙

Défi 30 jours : Méditer #6

Un peu plus en forme aujourd’hui. Endormie à 00:30 après avoir regardé la finale de Kho Lanta. D’ailleurs petite parenthèse : c’était quoi cette arnaque ? Pas d’émission en directe pour les voir se faire des courbettes hypocrites, c’est même pas drôle. Et ce matin les yeux ouverts à 7:00 par Vie N°1 qui trouve normale de me réveiller puisqu’elle n’a plus sommeil.  Quand je lui ai fait remarqué que c’était un peu égoïste quand même, que j’aurais aimé dormir une heure de plus, elle m’a rétorqué qu’il faut assumer son rôle de maman. Les enfants sont formidables non ?  Attends ma jolie quand tu voudras faire la grasse matinée, maman saura assumer son rôle et te lever à 7:00, ne t’inquiètes pas.

2b4402597f15dc03fc40ac465d372e55

Pour le coup j’étais prête plus tôt que prévu et j’ai profité de leur escapade au magasin « de la fête des mères mais chut c’est un secret » pour écouter mon petit cours du jour qui s’intitule « apprivoiser la douleur ». Christophe André me propose cette fois d’observer avec bienveillance mes douleurs, physiques ou psychologiques, et comme toujours de ne pas les juger. Dans l’émission « Enquête de santé » consacrée à la méditation et dont je vous ai déjà parlé cette semaine, une femme expliquait comment se mettre en état de pleine conscience l’a aidé à supporter les premiers moments après avoir été brulée au 3ème degré sur une grande partie de son corps. Alors que les secours s’affairaient autour d’elle, elle s’est concentrée sur sa respiration et affirme que ça l’a soulagée et qu’aujourd’hui encore elle médite pour mieux vivre ce traumatisme. Une sacrée leçon !

Je me suis donc installée sur ma terrasse, profitant du soleil et d’une légère brise, des odeurs d’herbe fraichement coupée, de ciboulette et de menthe poivrée plein les narines. Tout était réuni pour une belle séance. Et ce fut le cas. Peut-être la meilleure de la semaine. Un 6ème jour concluant et motivant.

Comme je suis curieuse j’ai regardé quel sera le thème de demain. Wahou il me tarde d’y être car c’est « s’ouvrir au bonheur ». Un dimanche de fête des mères cela ne s’invente pas !

Défi 30 jours : Méditer #5

Constat du jour : il faut être en forme pour méditer ! C’est une activité qui demande de  l’attention et une totale disponibilité, deux choses dont j’ai totalement manqué aujourd’hui. Christophe André me proposait « une pause en pleine conscience » et j’ai vraiment essayé de la prendre, cette pause. Mais rien à faire. Je pense que méditer s’inscrit dans une hygiène de vie plus globale que je n’ai pas pour l’instant, notamment en ce qui concerne le sommeil. La prise de conscience continue et c’est vraiment motivant. Je vais donc aller m’allonger et tenter de passer une nuit digne de ce nom. Demain est un autre jour. Je vous souhaite une belle soirée. Prenez soin de vous.

Défi 30 jours : Méditer #4

Il est 23:03 et je viens seulement de trouver quelques minutes pour méditer. Je vous avoue que si je ne m’étais pas lancé ce défi la lumière serait déjà éteinte et j’essaierais de calmer mes pensées pour trouver le sommeil. Tiens justement ce quatrième jour Christophe André me propose d’ « Observer ses pensées ». Voilà qui tombe à pic !

Il faut dire qu’il y a un sacré boulot pour mettre mon esprit en veille, d’autant que la journée a été riche en échanges. En effet j’ai passé la journée en conseil de région pour l’association APF France handicap au sein de laquelle je suis une élue départementale et régionale. Nous nous sommes retrouvés pour débattre des prochaines actions à mettre en place et de la politique à adopter. J’aime ces discussions et les projets qui en découlent, c’est stimulant et extrêmement intéressant.

Et pour ne rien gâcher cette réunion a eu lieu à Saint Laurent en Granvaux dans le Jura, à la Ferme Léonie.

Et c’est quoi cette ferme ? Et bien c’est une jolie histoire : en 1981 la délégation APF du jura lance un appel dans « la voix du Jura » afin de trouver un lieu de vacances pour les personnes en situation de handicap et ses adhérents. Dans la semaine qui suit, Léonie Vuillet prend contact avec la délégation et annonce qu’elle est prête à léguer sa ferme à l’association après son décès. En 1993, deux ans après son décès, la délégation entreprend des travaux et conformément à son vœu, la Ferme de Léonie deviendra un lieu d’accueil, de loisirs et de vacances.

J’aime beaucoup cet endroit. C’est calme et apaisant. Et même si c’est à deux heures de route de chez moi ça me fait toujours plaisir d’y aller.

Mais revenons-en à notre sujet. Ces quelques minutes à observer mes pensées sans les juger ont été assez simples. Je pensais avoir du mal mais je suis facilement entrer dedans. Je crois que je commence à saisir le principe. Et à l’apprécier.

Voilà il est enfin l’heure de fermer les yeux, le marchand de sable est passé. Je vous souhaite une belle nuit. Prenez soin de vous.

Défi 30 jours : Méditer #3

Je vous écris aujourd’hui depuis la salle d’attente de notre orthopédiste à Besançon. Vie N1, en plus d’avoir le nez cassé, est suivie depuis plusieurs mois pour des problèmes de dos. Elle est grande. Très grande pour son âge. Et sa colonne vertébrale fait les frais de cette croissance accélérée. Nous venons donc vérifier que le corset qu’elle porte chaque nuit suffit à corriger sa cyphose ou s’il faudra également qu’elle le porte le jour. Verdict dans quelques minutes …

Je profite donc de ce temps « perdu » pour rédiger mon billet quotidien et vous faire mon petit résumé méditatif. Et figurez-vous qu’aujourd’hui le défi est relevé. Une pause de 20 minutes  avec pour thème « Accueillir les sons ». Et des sons il n’en manque pas chez moi. Entre les ronflements incessants de mon Carlin, les voitures qui passent en contrebas et la volaille du voisin qui piaille en continu, j’avais de quoi m’exercer. C’est très intéressant comme exercice, écouter sans juger, sans mettre une pensée sur chaque petit bruit et réussir à les laisser être sans qu’ils ne vous gênent. Et je ne me suis même pas endormie alors que j’ai passé une nuit chaotique.

Voilà qui me laisse beaucoup d’espoir pour la suite de ces 30 jours. Je vais continuer d’attendre notre tour en tentant une petite méditation tiens … Belle soirée et prenez soin de vous 😊

Défi 30 jours : Méditer #2

Je dois l’avouer ce second jour est un échec cuisant. Ce n’est pas la grande forme et à deux reprises je me suis endormie en écoutant mon nouvel ami Christophe André qui me proposait pourtant un programme sympathique « Habiter son corps ». Je n’ai rien habité du tout et j’ai sombré les deux fois en moins de deux minutes. À ma décharge j’ai dormi cette nuit avec mes deux lionnes et ce n’est pas de tout repos. N°1 s’est cassé le nez la semaine passée et a du mal à respirer, donc à s’endormir. N°2 est un pot de colle qui vous grimpe dessus toute la nuit en vous empoignant les cheveux. Je tenterai à nouveau ce soir mais je n’ai pas grand espoir vu mon état de fatigue. C’est qu’il faut être éveillée pour méditer. Voilà donc un petit billet succinct qui ne raconte pas grand chose … rendez-vous demain pour la suite de l’aventure que j’espère plus interessante. Prenez soin de vous :)

 

Défi 30 jours : Méditer #1

Premier jour de ce défi et déjà je me demande pourquoi j’ai entrepris ce voyage. C’est un aspect agaçant de la cyclothymie, ce qui t’emballe complètement le dimanche te désespère le lundi. Mais puisque je l’ai lancer, je vais m’y tenir et poster, comme promis, un petit mot chaque jour. C’est un bon exercice pour apprendre à maitriser mes humeurs. Car je sais au fond que la véritable moi est celle d’hier pleine d’entrain et non pas celle d’aujourd’hui qui me donne l’impression d’être en slow motion.

Meditations-avec-Christophe-Andre_image188_275

Pour commencer j’ai fait le tour des applications sur l’App Store car je ne sais pasencore méditer seule. J’ai choisi celle du magazine Psychologies.com, bercée par la voix du maître incontesté de la méditation de pleine conscience en France, Christophe André. Ces sept premiers jours je me servirai donc des méditations guidées courtes, et pour aujourd’hui c’est « Suivre son souffle » qui m’accompagne. Comme je ne peux pas m’assoir dans la position conseillée j’ai choisi de m’affranchir de cette contrainte et de méditer comme je peux, et toujours de mon mieux, sans culpabilité. Pour cette première fois ce sera allongée, au petit matin, porte-fenêtre grande ouverte laissant entrer l’air frais et les premiers rayons du soleil.

Je ne vais pas vous décrire en détail chaque méditation. Simplement peut-être vous dire que pour cette première fois ça n’a pas été trop mal, et que ces petits enregistrements audios ont l’avantage de ne pas avoir de gong de fin. Ainsi on peut continuer au delà des 3 minutes et quelques proposées. Pour ma part ce furent 25 minutes durant lesquelles j’ai suivi tant bien que mal mon souffle, quand je ne suivais pas mes pensées, qui se bousculent par milliers dans ma tête. Dans l’émission « Enquête de santé » diffusée sur France 5 la semaine dernière, Christophe André expliquait en substance que la méditation est à l’esprit ce que le sport est au corps. J’ai l’impression que chez les personnes privées de leur mobilité, l’esprit récupère toutes les tensions que le corps ne peut pas exprimer, par le sport, mais également par d’autres biais comme la danse ou la sexualité. Il me semble que la médiation de pleine conscience peut être un bon moyen de canaliser ce trop plein de tensions, d’énergie qui ne peut pas toujours sortir, et surtout pas sans l’aide d’un tiers pour nombre de personnes handicapées, notamment physiques. Je suis à l’affût de tout ce qui peut m’aider à me sentir mieux de manière autonome. Je crois que la méditation est un bon moyen. Je suis heureuse finalement de m’être lancée ce défi.

En me relisant je me rends compte que ce premier jour est déjà riche d’enseignements. Mes lionnes seront de retour dans moins d’une heure de leur week-end chez papa. La maison va reprendre son rythme, ses odeurs et ses bruits, entre les crêpes et les douches, les chamailleries et les bisous d’amour. J’ai profité comme toujours de ces moments en solo pour lire « Le premier jour du reste de ma vie » de Virginie Grimaldi. C’est joli, c’est léger. Des histoires de femmes que je vous conseille vraiment. Et puis je continue mon voyage chez Sagan. Après « Bonjour tristesse » et « Un certain sourire » que j’ai tout les deux adoré, « Dans un mois, dans un an » m’a laissée un peu plus sur ma fin même si le style et la passion que vivent les personnages m’ont encore une fois cueillie. Finalement le slow motion me va bien.

sticker-francoise-sagan-mon-passe-temps.jpg

Défi 30 jours : Méditer

Cela fait plusieurs mois que j’aimerais commencer la méditation. J’ai acheté les bouquins, installé des applications et j’essaie tant bien que mal de prendre un peu de temps pour m’y mettre mais ce n’est pas assez régulier pour que j’y trouver un quelconque bienfait. Ça me demande une discipline que je n’arrive pas à m’imposer. Et ça m’agace …

Je vous en parle car cette semaine j’ai vu l’émission « Enquête de santé » sur France 5 consacrée à l’art de la méditation. Des propos très intéressants qui m’ont donné encore plus envie de me lancer.

Mais il me fallait une motivation supplémentaire, un booster psychologique. Et voilà que le principe du défi « Essayer quelque chose de nouveau pendant 30 jours » apparaît dans mon fil de lecture. Bingo ! Je vous laisse découvrir la petite vidéo ci-dessous qui m’a décidée à tenter le coup …

Les 30 prochains jours seront donc ponctués d’une séance de méditation. Et pour tenir mon engagement je posterai une photo et un petit mot quotidiennement, histoire de me sentir moins seule et de partager mon aventure avec vous. À demain pour le premier épisode !

Mon Journal de Gratitude #6

1468353602477
Je m’étais promis de ne pas publier deux « Journal de Gratitude » consécutivement sans un article entre eux, ceci dans le souci de ne pas faire de mon blog un catalogue de mes petites et grandes reconnaissances. C’est pourtant le troisième journal que je m’apprête à rédiger à la suite et bien entendu je me blâme toute seule pour mon manque d’assiduité. Oui il est à peine 7:32 ce dimanche matin et je suis déjà hyper négative. Si je commence la journée avec ce genre de pensées je suis mal barrée. Notre esprit a vraiment le don pour nous mener sur le chemin le plus marécageux. Heureusement que depuis quelques temps je pratique la positive attitude sinon j’aurais passé ma matinée à écrire un article sur la gratitude en culpabilisant de n’avoir fait que ça, de n’être bonne à rien, ce qui n’est pas tout à fait la réalité.

Comment retourner la situation et stopper le flot de pensées négatives ? Déjà je me dis qu’un article par semaine ce n’est pas si mal comparé à mes trois ans de silence. Ce petit journal que je tiens à partager chaque semaine me donne un rythme et me fait plaisir. Voilà qui est bien. Ensuite je me rends compte que plus j’avance, plus ces billets prennent de la matière et ne se résument pas simplement à une liste de choses pour lesquelles je remercie l’Univers. Voilà qui est bien. Et enfin s’il n’y a pas eu d’articles entre ces 3 journaux ce n’est pas que je n’ai pas voulu, j’ai fait de mon mieux et je n’ai pas pu. J’ai respecté le quatrième accord tolteque. Voilà qui est bien.

spotify1La boule de culpabilité qui s’était installée au creux de mon ventre s’estompe doucement. Je suis reconnaissante que ces méthodes et ces conseils sur le positivisme existent, et je suis heureuse de réussir à m’en servir jour après jour. En écoutant cette jolie playlist (que vous pouvez découvrir en cliquant sur l’image), je repense à cette semaine écoulée et je peux vous livrer en toute simplicité la liste des choses pour lesquelles j’éprouve de la gratitude, voilà qui est bien !

Je suis donc reconnaissante pour :

– la journée d’étude à l’IRTS de Franche-Comté au cours de laquelle j’ai rencontré des femmes formidables et découvert une autre voie … à suivre :-)
– le premier « Café bla-bla » à la délégation qui nous permet de nous retrouver entre adhérent-e-s.
– la soirée pour l’AG de l’UDAF qui m’a permise de mieux connaître cette association et de revoir des personnes perdues de vue depuis longtemps …
– gérer de mieux en mieux mes « up and down ».
– les rencontres inattendues et tellement enrichissantes, voire bouleversantes.
– mon petit monde virtuel et pourtant si présent.
– tout l’amour de mes lionnes qui remplit mon coeur de maman.

Belle semaine. Prenez soin de vous.

Mon Journal de Gratitude #5

findejournéeAu rythme de la playlist « Fin de journée » le week-end touche à sa fin et déjà il faut organiser la semaine qui arrive. Si ces derniers temps ont été plutôt calmes en terme d’activités, les jours qui viennent sont bien remplis et promettent de vivre de délicieux moments. En attendant il faut vérifier que tout est bien calé, qu’il y aura une accompagnante présente lors de mes déplacements pour les filles, que les plannings sont bons, que les repas sont prévus, et que dans tout ça je n’ai pas oublié d’avoir quelqu’un pour me lever chaque matin et me coucher chaque soir. S’il est vrai que les femmes en général ont une « charge mentale » importante, je vous laisse imaginer l’état de mon cerveau, quand je dois m’organiser pour que tout roule sans que je ne puisse agir physiquement sur rien. Un petit caillou dans l’engrenage et c’est la catastrophe. Heureusement ma petite équipe d’accompagnantes est soudée et je peux compter sur l’une pour remplacer l’autre au pied levé. Je n’ai encore pas passé une nuit dans mon fauteuil, tout va bien. Toutefois j’avoue qu’au bout de trois ans de ce rythme je suis fatiguée et mon changement de vie qui s’annonce me rassure quant au risque imminent de l’explosion de mes neurones. Je crois qu’eux et moi sommes sauvés, je vous en parlerai très vite !

La fin du week-end sonne également l’heure de mon nouveau rituel. Je prends vraiment goût à rédiger ce petit billet de fin de semaine et bien que l’inspiration m’ait fait défaut ces derniers temps, me voilà loquace quand il s’agit d’être reconnaissante et faire preuve de gratitude. Mais avant de dresser la liste de mes kiffes de la semaine écoulée je ne résiste pas à vous montrer mes dernières boites qui me font toujours autant plaisir :-)

 

Cette semaine je suis donc reconnaissante pour :

– l’entretien avec C. et la découverte de son sujet de mémoire qui m’inspire au plus haut point. J’espère pouvoir vous en reparler s’il est accepté. `

– avoir passé un après-midi avec M. et ses deux garçons. Entre guerrières on se comprend et ça fait un bien fou.

– réussir à renouer doucement le lien avec mon homard. Je suis heureuse qu’il n’ait pas été totalement rompu comme je le pensais.

– cette jolie journée en famille à jouer et papoter.

– ce week-end, pas très simple, pas très fun mais durant lequel les je t’aime et les câlins l’emportent sur le reste. Et c’est le plus important.

IMG_0649

Je vous souhaite une belle soirée et une merveilleuse semaine. Prenez soin de vous <3

Mon Journal de Gratitude #4

Boutons d'or au printemps
Déjà la quatrième édition de mon Journal de Gratitude. Le temps passe vite. C’est dingue comme notre perception du temps qui s’écoule est différente selon notre âge mais également selon notre activité. Enfant, il nous tarde de devenir « grand » pour avoir plus de libertés. On ne se rend malheureusement pas compte que la plus grande liberté est celle de l’insouciance de l’enfance, de nos premières années où hier et demain n’existent pas, où seul l’instant présent est réel et source de plaisir.

En vieillissant nous avons cette impression que le temps s’accélère. Les années filent au rythme de la scolarité des enfants, des événements annuels qui ponctuent notre calendrier, des anniversaires et des saisons. Bien sûr que le temps passe, notre corps qui change nous le rappelle sans cesse et dans une société où l’apparence est (trop) importante beaucoup le vivent très mal. C’est pourtant inéluctable et vouloir aller contre est à mon avis une perte de temps, justement. L’image de cette magnifique grand-mère aperçue il y a deux semaines devant chez elle me réconforte. Je veux être une belle vieille dame comme elle. Ça ne me fait plus peur.

Et puis nous devrions normalement acquérir plus de sagesse en prenant de l’âge. Je dis bien normalement. Mais nous vivons trop dans nos regrets et nos remords, dans la peur d’un futur qui n’arrivera jamais, dans le « toujours mieux » et « toujours plus » pour pouvoir profiter pleinement du temps présent. Il est pourtant si précieux cet instant là, celui que nous vivons ici et maintenant, qui n’existe plus dès lors que nous avons prononcé son nom. Et c’est lorsque nous en prenons conscience, que nous lui donnons sens, qu’il est déjà trop tard. Mais mieux vaut tard que jamais !

sunny

Et oui déjà mon quatrième Journal de Gratitude à partager avec vous. Depuis peu, à chaque fois que j’écris un nouvel article je coupe mon téléphone, je ferme ma boite mail et je lance une playlist. Vous pouvez découvrir celle qui tourne juste maintenant en cliquant sur la petite image SunnyCar j’ai la certitude que ces sollicitations incessantes, ces sons perpétuels, nous bouffent aussi un temps précieux. Un message par ci, une notification par là et le monde entier s’arrête de tourner. Tout se mélange. En pleine réunion je reçois un snap de ma fille. Au milieu de la nuit mes relevés de compte. J’ai été une grande consommatrice de réseaux sociaux, à en avoir la nausée. Celles et ceux qui me connaissent bien sourient quand j’affirme être en sevrage. Et pourtant c’est tellement vrai. Je n’ai plus le temps. Ni le besoin ou l’envie. Je retourne à l’essentiel.

À ces trous noirs temporels que sont Facebook ou Twitter je préfère aujourd’hui le temps suspendu de la création. L’écriture ou la lecture ont ce pouvoir de nous faire perdre toute notion du temps. Tu enfonces la première touche de ton clavier à 14h et tu relèves le nez à 17h15. C’est magique. Comme à cet instant où je lis 17h28 sur mon écran et que je n’ai pas encore écrit ce pourquoi je suis reconnaissante cette semaine. Comme les trois heures passées en un éclair ce matin, plongée dans « Adieu tristesse ».

Voici donc la liste, non exhaustive, de mes kiffs des 7 derniers jours :

– avoir trouvé ce jean taille haute qui me fait une taille de guêpe.

– être restée calme face à des situations qui m’auraient mises hors de moi il y a peu.

– avoir réussi à caler un p’tit café avec un ami qu’il me tarde de revoir.

– me replonger dans l’univers de Françoise Sagan et me découvrir fan à presque 40 ans.

– profiter de ces magnifiques journées ensoleillées en bonne compagnie et avec un p’tit rosé bien frais.

– culpabiliser moins et lâcher prise un peu plus chaque jour.

– et toujours, toujours, cet amour inconditionnel pour mes filles qui remplit mon coeur de maman et ma jauge de gratitude pour les 10 années à venir.

Voilà pour ce quatrième opus. Je vous souhaite une belle semaine et je vous envoie des bécots en pagaille. Prenez soin de vous <3

De l’eau plein les bottes

Je suis très attentive aux signes. Peut-être un peu trop. Peut-être parfois au point d’en voir là où il n’y en a pas. Peu importe. Je crois que si nous y prêtons attention, la vie sème sur notre chemin des petits cailloux nous indiquant la bonne direction. Et ce qui est chouette, c’est que nous sommes libres de les suivre ou non. Nous avons le choix. Presque toujours en tous cas.

Il m’est d’ailleurs souvent arrivé de prendre sciemment la mauvaise route, surtout en ce qui concerne les relations humaines, en sachant très bien qu’au bout il y avait un mur et que j’allais me le prendre en pleine face. Ça fait mal souvent, très mal parfois. Mais cette souffrance nous apprend, nous forge, nous donne de l’expérience. Ne dit-on pas que ce qui ne tue pas nous rend plus fort ? Enfin c’est Nietzsche qui le dit. Et je suis bien d’accord avec lui. Même s’il parlait de douleur physique, je pense qu’on peut transposer cette réflexion à la douleur morale, émotionnelle, psychique.

Je suis également une spécialiste de la marche arrière. Les yeux rivés au rétro, je  reviens plusieurs fois au même carrefour et m’obstine à vouloir tourner à gauche alors qu’il y a un panneau de déviation qui clignote à t’en cramer la rétine et une barrière de chantier avec des banderoles phosphorescentes qui barre l’accès. Et moi je veux absolument passer par là, pas moyen de m’en dissuader, quitte à abandonner la voiture sur le bas côté, à continuer à pied dans la nuit et sous l’orage, en rampant sous la barrière et en faisant un fuck en passant au panneau de déviation. Je suis comme ça. Je comprends vite mais il faut m’expliquer longtemps. Très longtemps.

acd9dca3db23a3936f49c788b58e877d

Et puis parfois tu t’engages sur la bonne piste. Tu le sais car tout semble simple, clair et limpide.  C’est comme si tout à coup tu comprenais le japonais alors que tu ne l’as jamais étudié. Et surtout tout s’imbrique facilement. Ça coule de source et tu te demandes comment tu as pu passer cents fois devant ce chemin sans voir la jolie pancarte arc-en-ciel sur laquelle est écrit ton prénom en lettres pailletées et visible à douze kilomètres à la ronde.

J’ai l’impression d’être sur cette bonne voie. C’est un joli sentier de campagne, un peu escarpé, bordé d’arbres pleureurs dont les branches frôlent mes épaules et de fleurs multicolores que je n’ose pas toucher tellement elles semblent fragiles. J’ai mis une boite de pansements dans mon sac à dos car il y a beaucoup d’ornières et je me casse la binette tous les cents mètres. J’ai chaussé des bottes en caoutchouc aussi pour patauger dans les nombreuses flaques d’eau qui subsistent, vestiges humides de mes jours gris. C’est un peu fatiguant et j’ai souvent envie de retourner sur la route bitumée que j’avais l’habitude d’emprunter. Mais le parfum des jolies fleurs, le murmure du vent dans les branches et la joie de sauter dans ces putains de flaques et d’en avoir plein les bottes m’en empêchent. Alors j’avance. Tout doucement. Et seule.

Je crois que c’est la peur de la solitude qui m’a longtemps contrainte à rester sur la grande route goudronnée. Au milieu des autres, sous les lampadaires et les néons des publicités qui nous donnent une mine blafarde, c’était bien confortable et bien rassurant. Toutefois il y a un inconvénient majeur à être sur ce genre de route, t’es obligée de suivre le mouvement. Il faut t’arrêter au feu rouge et vite redémarrer au vert sous peine de te faire klaxonner et insulter. Tu dois prendre les ronds-points dans le bon sens et bien mettre ton clignotant. Et n’imagine même pas te balader à pied, tu te ferais tailler un short en moins de deux. Alors quand j’ai vu la jolie pancarte arc-en-ciel avec Amélie écrit en lettre pailletée je n’ai pas hésité. J’ai eu peur mais j’ai compris que c’était maintenant ou jamais. Les signes étaient là. Et je ne regrette pas.

Voilà plusieurs semaines que je n’ai pas eu de jours gris. La vilaine boule au creux du ventre qui murmurait « T’as pas envie en vrai, annule tout, reste à la maison, tu ne vas pas y arriver, t’es nulle, pis t’es même pas drôle, la preuve t’as pas de rire, t’es juste un boulet » a disparu et lorsqu’elle tente un comme back je la presse comme un citron. Les ruminations qui habitaient mon esprit depuis des mois, voire  des années, disparaissent elles aussi petit à petit. J’arrive à ne plus les écouter. Même Rubis n’a pas pointé sa tignasse rousse depuis un moment. C’est bon. Vraiment. Et bien que je sache que ça ne va pas durer, qu’à un moment donné je vais redescendre dans le brouillard, je me sens capable de ne plus m’y perdre.

3224277181_1_2_kUrTlFxMLongtemps j’ai répété cette phrase : « Si je ne sais pas ce que je veux, au moins je sais ce que je ne veux plus ! ». Aujourd’hui ça a changé. J’ai changé. Je sais ce que je veux. Je sais avec quel genre de personnes je le veux. Je sais que celles qui étaient avec moi sur la grande route goudronnée m’ont aidé à voir et suivre la jolie pancarte arc en ciel et je les en remercie. Je leur souhaite de trouver la leur. Et pour l’heure ce que je désire de toutes mes forces, c’est continuer d’avancer sur mon petit chemin de campagne escarpé, bordé d’arbres pleureurs et de fleurs multicolores, avec mon sac à dos, mes pansements et de l’eau plein les bottes.

À quelque chose malheur est bon

J’aime beaucoup cette expression « À quelque chose malheur est bon ». Elle allège des situations plombantes. Elle insuffle un peu d’air et permet, lorsqu’on se sent démuni ou déprimé face à un événement compliqué, d’oser croire qu’on pourra en tirer du positif.

J’ai été alitée durant 3 jours. Rien de très grave. Pour l’instant du moins. Une petite plaie, insignifiante pour le commun des mortels, située sur ma fesse droite et qui menace d’empirer si je continue de m’assoir trop longtemps. Pas le choix, il faut éviter un appui prolongé.

Devoir garder le lit remet tout en question. Le rendez-vous hyper important prévu depuis des mois, la copine qui aimerait venir boire un café, la soirée prévue ce week-end, la coiffeuse qui doit passer … ce n’est pas un malheur je vous l’accorde mais un désagrément qui pourrait légitimement me saper le moral. Au moment où j’écris ces lignes il fait encore un grand soleil et j’aimerais profiter de ses derniers rayons sur la terrasse. J’entends mes filles qui dînent en se racontant leurs journées respectives. Pour ma part ce soir mon accompagnante me donnera la becquée, je ne peux pas manger seule si je suis couchée. La petite chape de plomb de la contrariété commence à s’installer. Je la sens de plus en plus lourde sur ma poitrine.

Alors je respire. Je respire en ayant conscience que je respire. Ça semble idiot comme ça mais en réalité on ne pense jamais à notre respiration. C’est mecanique. Je continue  en mettant un mot sur l’inspiration et un autre sur l’expiration, jusqu’à ce que cette masse sur ma poitrine diminue. Et ça fonctionne. C’est presque magique. Ça me ramène simplement à l’instant présent. J’ai découvert ce petit exercice tout simple et pourtant tellement efficace dans un livre reçu dans mon dernier p’tit colis « Zénitude et double espresso, comment survivre au tumulte du quotidien ». Voilà sa couverture en version poche :

img_0043
C’est un bouquin sans prétention dans lequel l’auteure donne plein de petits trucs en prenant exemple sur son vécu. Il y est question de méditation, de pleine conscience, de zenitude. Je vous le conseille vivement.

Mais revenons en à nos moutons. J’écrivais au début de cette article qu’à quelque chose malheur est bon. Et si ces journées au lit ont été longues et contrariantes, elles m’ont donné une bonne excuse pour faire ce que je ne m’autorise pas en temps normal, c’est à dire pas grand chose. J’ai fait installer mon ordinateur à côté de moi. Ainsi j’ai pu terminer de regarder la série « Dr Foster » et me rendre compte que niveau folie je suis une petite joueuse, commencer à travailler sur une journée d’étude où j’interviens prochainement, penser à ce billet et l’écrire dans ma tête et surtout faire des câlins à n’en plus finir à mes petites lionnes, … Finalement je n’ai pas rien fait. J’ai fait autrement. C’est ce que je sais faire de mieux.

Pour celles et ceux qui s’inquiéteraient pour ma fesse droite, elle va beaucoup mieux et vous remercie pour votre sollicitude. Je peux m’assoir à nouveau mais pas trop longtemps. Racine a écrit « Qui veut voyager loin ménage sa monture ». Je garde cette adage en tête quand je peste contre ce foutu handicap qui m’oblige à adopter un rythme de vie quasi monastique. Je fais autrement. C’est ce que je sais faire de mieux !

Mon Journal de Gratitude #3

Pour la troisième semaine consécutive je me livre à l’exercice du Journal de Gratitude et ce avec beaucoup de plaisir. Ces derniers jours ont été un peu longs puisque j’ai dû rester alitée à cause d’un problème de peau. Si je n’étais pas dans une dynamique positive j’aurais sombre dans les marécages de la mélancolie qui me sont tellement familiers. Mais que nenni ! J’ai résisté en m’installant un nid douillet dans mon lit, je vous en parlerai d’ailleurs demain dans un article intitulé « À toute chose malheur est bon ».

Pour l’heure il s’agit de dresser ma joyeuse liste hebdomadaire des petites et grandes choses pour lesquelles je suis reconnaissante :

– Avoir enfin coupé et teint mes cheveux, en passant un agréable moment avec ma coiffeuse préférée qui s’occupe de ma tignasse depuis plus de 10 ans maintenant …

– Ne pas m’être laissée aller à la déprime malgré ce contre-temps épidermique.

– Avoir réussi à envoyer (presque) en temps et en heure tout un tas de paperasse dont je ne voyais pas le bout. Yes I Can !

– Continuer mon petit chemin vers plus de positivisme sans pour autant tomber dans la recherche du bonheur perpétuel, chose impossible.

– La soirée d’hier soir, entre discussions arrosées et karaoké, en passant par des battles de rap improvisées. Oui on sait s’amuser par chez nous ! Et ça fait du bien !

– Lire et suivre les blogs des ami-e-s « virtuel-le-s ». Être impatiente de savoir la suite de l’histoire ou de découvrir le prochain artiste.

– Et enfin, c’est une évidence mais j’aime l’écrire, les jours avec mes petites lionnes, mes deux amours avec lesquels j’apprends à être la meilleure des mamans. Love you <3

8c5f42ed

Belle semaine à vous et n’oubliez pas la parole de Bouddha :

6e559574115da61ef542b363a5d76f33--joie-stickers

Il faut beaucoup de simplicité pour aimer

Le titre de ce billet n’est pas de moi. Je l’ai trouvé en cherchant (oui Amélie quand on cherche on trouve c’est évident) des citations sur la simplicité. Celle ci est de André Langevin, dramaturge et romancier québécois. Elle m’a beaucoup plu alors je lui ai donné la place d’honneur.

Si j’ai fait cette recherche c’est que cette semaine j’ai eu deux réponses désarmantes de simplicité à des questions qui me semblaient compliquées. Je suis en pleine remise en question en ce moment, dans un sens positif, et je crois que mon esprit est en alerte sur ce genre de petits détails, curieux et avide de découvrir les petits trucs sympas cachés dans les petits coins du quotidien.

Premier round : Vie N°2 qui aura 9 ans bientôt et que j’accompagnais à faire ses devoirs. Nous étions sur un exercice de conversions et j’essayais de lui expliquer tant bien que mal le pourquoi du comment. À un moment j’essaie d’élargir le sujet pour lui faire comprendre l’interêt des conversions, pensant notamment aux recettes de cuisine. Je lui demande alors quand est-ce qu’on se sert de ces foutues conversions. Elle réfléchit,  me regarde avec ses grandes billes toutes noires, hésite à se lancer, soupire, ouvre la bouche puis la referme et me répond enfin :

– « Quand on en a besoin ! »

Mon accompagnante qui cuisinait en nous écoutant a eu toutes les peines du monde à se retenir d’éclater de rire. Ma puce, qui a bien vu que mes yeux frisaient et que ma bouche tremblait aux commissures nous a demandé pourquoi ça nous faisait rigoler.

– « T’as bu du rosé ou quoi ? »

Non mon petit chat. Je ne commence pas l’apéro à 17:45. Je suis une fille correcte j’attends 18:00. Et je ne bois pas tout le temps quand même …

Sa réponse était juste. Juste et simple. Les conversions (c’est comme les mecs), c’est quand on en a besoin. J’ai tout de même pris le temps de lui expliquer à quels moments on pouvait en avoir besoin, justement, des conversions (pas des mecs hein, ça c’était avec mon accompagnante après le troisième verre de rosé).

Second round : celui à qui était destiné le billet Comment on fait ?
Un sms dans lequel il me répond :

-« On fait comme on peut ».

Merde c’est si simple que ça ? En y réfléchissant la réponse est oui. On fait comme on peut. Avec ce qu’on est.
Bon il a rajouté :

-« Et t’emmerdes les autres ! ».

Ça c’est pas trop ma façon de faire et il le sait. Il fait exprès. Je lui ai donc dis que d’accord on allait faire comme on pouvait. Du coup j’ai pu enlever mes pieds du seau de ciment. Et depuis je me sens toute légère. C’est bon la légèreté et la simplicité. Trop souvent on aime les choses compliquées ou compliquer les choses. On se pose mille questions. JE me pose un milliard de billiard de questions. Enfin jusqu’à peu. Et il n’y a pas que moi qui le dit que la simplicité c’est juste kiffant :

“La simplicité est la réussite absolue. Après avoir joué une grande quantité de notes, toujours plus de notes, c’est la simplicité qui émerge comme une récompense venant couronner l’art.” Frédéric Chopin

« La simplicité est la sophistication suprême » Léonard de Vinci

« La simplicité est le principe de l’art » Bruce Lee

« L’apparence requiert art et finesse; la vérité calme et simplicité » Emmanuel Kant

Et ma préférée :

11742845_900675499971804_2225127263847928061_n-460x345

Me voilà donc avec une nouvelle mission, cultiver la simplicité et aller à l’essentiel. C’est même pas difficile. Belle soirée à vous, je vous la souhaite désarmante de simplicité <3

Mon Journal de Gratitude #2

Mon premier Journal de Gratitude date d’à peine une semaine et j’ai l’impression d’en ressentir déjà les effets. Il faut dire que j’ai également noté chaque soir quelques petites choses pour lesquelles je suis reconnaissante et je m’aperçois qu’il y en a bien plus que ce que j’imaginais en commençant cet exercice. Il y a mille et une raison de se réjouir si on sait ouvrir ses yeux, ses oreilles et son cœur. Voici donc ma petite liste de la semaine écoulée.

Je suis reconnaissante pour :

– le sourire de cette grand-mère dans la cour de sa maison qui illuminait son magnifique visage en partant pour Dijon mardi matin.

– le déjeuner au soleil improvisé avec mes collègues bénévoles.

– les échanges avec les stagiaires ADVF à Vesoul et les pâtisseries préparées pour l’occasion (avec une mention pour la délicieuse tarte au citron).

– ce week-end d’anniversaire un peu spécial ponctué de jolis messages et d’une journée en famille agréable.

– le retour de mes amours après une semaine chez leur papa en Alsace ❤️

Mission accomplie pour ce second Journal de Gratitude qui met un point final à une magnifique semaine ensoleillée. Demain on reprend le chemin de l’école pour une dernière ligne droite jusqu’au grandes vacances. Belle nuit à vous 🌙⭐️

Demain il pleuvait …

Il y a 23 ans, ce weekend printanier avait la même configuration. Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 avril. Il ne faisait pas grand beau comme aujourd’hui. Le temps était au contraire gris et humide. J’apprenais hier la naissance d’une petite Camille dont je devais être la marraine. Nous étions à la veille des vacances de Pâques. Comme chaque printemps les forains s’étaient installés sur la place du village voisin. Les électeurs étaient appelés à voter pour le premier tour des présidentielles desquelles Jacques Chirac sortirait vainqueur. Je redoublais ma seconde et je ne brillais pas cette année là encore par mes résultats scolaires. J’avais 17 ans moins le quart, je portais fièrement mon unique 501 offert par mes parents au dernier noël et des Dr Martens brunes. Je crois que j’avais coupé mes longues boucles peu de temps avant et j’arborais un joli carré noir.

Continuer à lire … « Demain il pleuvait … »

T’as voulu voir Vesoul …

Cette semaine j’ai vadrouillé entre Dijon et Vesoul, sous un soleil radieux et stimulant, en compagnie de M, mon accompagnante spéciale déplacements. J’ai d’abord passé mon mardi en formation interne sur le Projet Régional de Santé (PRS) Bourgogne Franche-Comté et mon mercredi à sensibiliser une douzaine de femmes en formation Assistante De Vie aux Familles (ADVF) à l’AFPA. Je vous ai prévenu dimanche, je vais désormais partager avec vous mes pérégrinations associatives. Ainsi personne ne pourra plus dire ou même penser :

– Mais qu’est-ce qu’elle fait de ses journées ?

Et ça me donnera l’occasion de vous faire découvrir des mondes que vous ne connaissez peut-être pas, ceux du bénévolat et du militantisme associatif.

Quand je pense qu’il y a tout juste dix ans je ne voulais pas entendre parler du handicap et qu’aujourd’hui je travaille des journées entières sur le sujet. À l’époque le seul moment où je touchais du doigt ce milieu consistait à remplir mon dossier pour continuer à bénéficier de mes droits. Et encore je le faisais toujours hors délai et en me mettant dans des situations compliquées. J’étais devenue handicapée depuis plus de 16 ans quand j’ai fait mon coming out de tétraplégique. Avant ça je vivais comme s’il s’agissait d’une erreur et que j’étais toujours valide mais un peu moins que les autres. Vachement moins même. Mais en tout cas pas assez à mon goût pour côtoyer d’autres personnes en situation de handicap. Je voulais bien me servir d’un fauteuil et pisser dans une poche mais fallait pas pousser mémé dans les orties.

La fibre associative et l’esprit militant doivent en revanche faire partie de mon patrimoine génétique. Depuis toute petite je m’indigne, je fédère, je revendique, je monte au créneau. Je me souviens d’un mouvement de grève au lycée en 1994 quand Édouard Balladur avait tenté de faire passer le Contrat d’Insertion Professionnelle (CIP). Ce « SMIC Jeune », comme nous l’avions rapidement surnommé, était un contrat de travail à durée déterminée, comprise entre six mois et un an, renouvelable une fois pour les moins de 26 ans, jusqu’à bac plus 3. L’intention était bonne sauf qu’il n’était rémunéré qu’à 80% du SMIC. Les mouvements étudiants rejoints par les lycéens s’étaient alors mobilisés en masse, scandant « Balladur, t’es foutu, les jeunes sont dans la rues ». À l’époque je n’était pas du tout engagée dans ce genre de mouvements mais lorsque la délégation de lycéens qui l’étaient furent reçus par le sous-préfet, je ne pus m’empêcher de héler les centaines de jeunes qui commençaient à se disperser, lassés d’attendre. Je me souviens de ce que j’ai ressenti à cet instant là et combien j’ai aimé mobiliser les troupes. Moins d’un an plus tard j’étais en centre de rééducation où je revendiquais le droit de ne pas me laver si je ne le voulais pas. Oui, oui, vous avez bien lu. Qui n’a jamais passé une journée en pyjama sans passer par la case salle de bain ? Et bien moi aussi je voulais avoir le droit, sans être juger, de zoner dans mon lit en mode dégueu de temps en temps et on ne me l’accordait pas. J’ai finis par avoir gain de cause mais il m’a fallut tenir bon. Je ne savais pas que j’étais déjà en train de combattre pour le respect de mes choix de vie.

Le besoin de rejoindre le monde du handicap est arrivé quant à lui tout d’un coup. Comme les cigognes savent qu’il est temps de partir pour des climats plus cléments, je savais qu’était venu pour moi le moment de rejoindre mes pairs. J’étais mariée à un bel homme, grand et fort. J’étais devenue maman de deux magnifiques moineaux. J’avais une belle et grande maison. On pouvait dire de moi que j’avais réussi là où on ne m’attendais. J’étais une femme « comme les autres » malgré toutes les difficultés de mon quotidien. Pourtant il me manquait quelque chose. J’avais besoin de donner un sens à ma vie et surtout un sens à ce qui m’était arrivé. Il était temps de mouiller la chemise !

Oh ça n’a pas été facile. Loin s’en faut. J’ai surfé longtemps sur le net avant de trouver une association qui pouvait me correspondre. J’ai hésité longuement avant d’envoyer un mail, de proposer des sujets qui me tenaient à coeur : féminité, parentalité, sexualité. Et moi qui refusais depuis presque deux décennies de côtoyer des personnes handicapées, je me suis retrouvée propulsée en guise de première rencontre en pleine manif pour l’accessibilité dans les rues de ma ville natale, au milieu de dizaines de fauteuils, à haranguer des propriétaires de commerces qui n’étaient pas aux normes. Autant vous dire que j’ai dû prendre sur moi ! Mais quel souvenir !

Sept ans plus tard je suis représentante départementale de cette même association. Je suis heureuse de porter la parole, de défendre les droits et de faire respecter les choix de vie de 330 adhérents en situations de handicap et de leurs proches. Cette association, qui souffle ses 85 bougies cette année, c’est APF FRANCE HANDICAP. Ça ne vous dit sûrement rien car nous venons de changer de nom. Jusqu’à hier nous étions l’Association des Paralysés de France et nous ne nous adressions qu’aux personnes en situation de handicap moteur avec ou sans troubles associés. Aujourd’hui nous sommes ouverts à tout handicaps. Une différence notable et enthousiasmante. Un nouveau défi.

Cet engagement associatif m’emmène sur les routes à la rencontre de personnes complètement différentes et pourtant toutes liées par la cause du handicap. Ainsi comme je vous le disais au début de cet article, je peux décortiquer le PRS le mardi afin de comprendre où est la place des personnes handicapées dans la politique régionale de santé et apprendre à défendre nos droits face aux instances concernées, comme apporter mon témoignage le mercredi à des stagiaires en formation ADVF curieuses de comprendre les enjeux de l’accompagnement à domicile. Et tout cela bénévolement, gage d’une totale liberté d’expression.

Je me rends compte en me relisant que j’ai encore été bavarde, ce qui est assez nouveau pour moi. Il est 5:38 et la nuit a été transparente encore une fois. Plutôt que de lutter j’ai écrit … je corrigerai tout à l’heure sur un écran plus confortable que celui de mon téléphone. Très belle journée à vous. La mienne s’annonce bien, je signe ce matin le compromis de vente de ma maison, point de départ pour mon futur déménagement. Mais c’est une autre histoire …

Mon Journal de Gratitude #1

Enfin je m’y mets ! Voilà un moment déjà que je pense à tenir un journal de gratitude. Pour moi d’abord. Être reconnaissante chaque jour et le noter. Cela peut être une parole, un geste, une sensation, une rencontre, un événement. C’est un premier pas vers une approche plus positive de mon quotidien pour commencer et de toute mon existence ensuite. Je reproche souvent à mes proches d’être râleurs et négatifs mais je crois que je suis moi aussi souvent dans cet état d’esprit. Et puis le fait de ne pas pouvoir écrire pour de vrai, avec un stylo et sur un cahier, m’empêchait de m’y atteler. Quoi que non je dois être honnête je m’en empêchait toute seule. Me décider à commencer ce  journal signifie donc également accepter de le faire sur mon ordinateur ou mon téléphone et renoncer à avoir un joli journal de gratitude papier. C’est aussi un petit pas vers l’acceptation de mon handicap. J’aime comme tout se mêle, s’imbrique et me permet d’avancer.

Voici donc la première fournée publique hebdomadaire qui aura lieu chaque dimanche. (J’en ferai une privée chaque jour et je vous dirai si j’arrive à m’y tenir et ce que cela m’apporte).

1 Cette jolie journée de shopping avec mes girls

2 L’avancée significative de mon projet déménagement

3 Les journées ensoleillées qui font du bien au corps et au coeur

Bon pour une première fois ce n’est pas très foisonnant mais c’est ce qui me vient quand je pense à la semaine écoulée. Un peu d’entrainement et je serai intarissable. Très belle soirée à vous toutes et tous.

Réflexions dominicales

Sur certains blogs je vois des pages « qui suis-je ? ». Perso je n’ai jamais eu besoin jusqu’à présent d’écrire « à mon propos ». Mes billets suffisaient à dire qui je suis et pourquoi je tiens ce blog. Or aujourd’hui s’impose à moi l’idée de dresser mon petit portrait et vous expliquer pourquoi « Les mots d’Amélie » va évoluer.

Au départ ce blog n’avait vocation qu’à accueillir des réflexions personnelles, souvent très personnelles même, sur mon quotidien et en particulier sur ma vie avec un handicap physique. J’avais besoin d’exprimer certains ressentis, les partager. J’ai souvent écrit qu’il faut que je vomisse tout ça. C’est irrépressible, ça doit sortir ! Je continuerai à le faire et sûrement plus profondément encore. Je m’interdis trop souvent d’aborder certains sujets, j’espère trouver l’audace et la manière d’y remédier ne serait-ce que pour imaginer vos mines déconfites devant l’écran !

Parallèlement une autre forme d’urgence se profile. Il me semble que j’emprunte un chemin nouveau où le handicap n’est plus l’élément central. J’ai l’impression de remettre les choses en place ou en tout cas d’être en bonne voie pour le faire et à chaque étape j’ai envie de vous livrer mon expérience. Cette nouvelle route est emprunte de pensée positive, de journal de gratitude, de communication non violente, de méditation, d’introspection, de philosophie et tant d’autres univers encore qu’il me tarde d’explorer et de partager avec vous.

Et puis il y a mon engagement associatif qui est important pour moi et au sein duquel je prends énormément de plaisir. Parce qu’il est fait d’émotions, de grandes et de petites victoires, de rencontres, de moments de vie intenses. Il est temps que je le mette à l’honneur.

Pour ne pas m’éparpiller et parce que j’ai besoin d’organiser mon esprit, j’ai donc décidé de créer des espaces bien distincts. Je ne sais pas encore comment. Mais j’y travaille. Et en attendant de trouver la bonne solution je vous souhaite un très bon dimanche. Ici dans l’est le soleil brille au dessus d’un léger voile nuageux, le clocher de l’église sonne 11h00, on entend des enfants jouer et des oiseaux chanter. C’est chouette, comme chez Delphine et Marinette.

img_9925.jpg

Et je ris maman. Je ris, je ris, je ris …

fenetre-rayon-de-soleil

Il y a quelques semaines j’ai fait un rêve absolument bouleversant. Ma plus jeune fille mourrait et passait « de l’autre côté ». Là, depuis « sa chambre », entourée de nombreuses  personnes lumineuses et bienveillantes, elle pouvait m’envoyer un mail dans lequel elle me rassurait et qu’elle terminait par cette phrase : « Et je ris maman, je ris, je ris, je ris … »

Je me suis réveillée en sursaut, le cœur battant la chamade et avec une seule idée en tête, vérifier que ma fille allait bien. J’ai appelé mon assistante pour qu’elle aille la voir et me rassurer. Mon petit ange dormait à poings fermés. Alors j’ai éclaté en sanglots. C’était plus fort que moi. Un chagrin. Un chagrin de petite fille. Immense comme un océan. Et moi j’ai peur des océans car on ne voit pas le fond et ce qui s’y cache. Ça a duré longtemps cette nuit là et ça m’a poursuivi plusieurs heures, plusieurs jours. J’entendais cette phrase résonner dans ma tête. Je voyais cette gamine partout.

Bien évidemment j’ai compris que ce rêve n’avait rien de prémonitoire. Cette fillette incarnée par ma petite zoupette avait bel et bien un message à me délivrer mais pas au premier degré. Il me restait à l’interpréter. J’en vois certains sourirent. Et oui comme pour l’incidence de la lune sur nous, je crois fermement que certains rêves sont à prendre en considération, surtout lorsqu’ils nous remuent autant. Alors cette petite fille rieuse que pouvait-elle bien vouloir me dire ?

Pour moi plusieurs choses sont importantes : la chambre, l’autre côté, le message, ma fille, le rire, les personnes autour. Il y a également de la lumière. Finalement beaucoup de positif.

L’autre côté d’abord. Je crois qu’il peut-être compris de deux façons :

– la première comme l’autre côté de moi, celle que j’étais avant d’être paralysée, l’Amélie valide. Dans mon esprit l’avant et l’après mon accident sont bien marqués. Je parle souvent de mes deux vies, parce que l’une n’a rien à voir avec l’autre même si j’en suis toujours l’héroïne. C’est le même film, ce sont les mêmes acteurs mais le scénario a changé. C’était trop facile apparement alors comme pour une course de chevaux on m’a donné un handicap. Le mot handicap vient d’ailleurs d’un terme anglais «hand in cap», qui signifie littéralement « main dans le chapeau ». Cette expression provient d’un jeu d’échanges d’objets qui se pratiquait en Grande Bretagne au 16ème siècle. Un arbitre évaluait les objets et s’assurait de l’équivalence des lots afin d’assurer l’égalité des chances des joueurs. Le handicap traduisait la situation négative, défavorable, de celui qui avait tiré un mauvais lot.

– la seconde comme un autre côté à atteindre, un cap à passer. Ce qui me semble tout à fait possible vu le bourbier psychologique dans lequel je me trouve. Peut-être accepter quelque chose. Mon (mes) handicaps ? Ma nouvelle vie de maman solo ? Un changement nécessaire qui s’impose à moi et que je m’obstine à refuser ? En tout cas c’est une piste à ne pas négliger et peut-être celle qui me parle le plus.

La chambre ensuite. Claire, lumineuse. Je rêve souvent de maison où je découvre des pièces pleines de trésors. Je me souviens en particulier d’une nuit, il y a plusieurs années déjà, où j’ai visité en rêve une maison toute biscornue, avec beaucoup d’escaliers abruptes et étroits, et une succession de pièces en enfilade. Sept au total. Au fur et à mesure de mon ascension ces pièces devenaient de plus en plus petites et contenaient de moins en moins d’objets et de mobilier. En ouvrant la septième porte j’ai découvert une chambre où trônait un immense et majestueux lit à baldaquin, sculpté dans un bois épais et foncé. Juste en face une fenêtre grande ouverte et une intense lumière qui illuminait tout l’espace. J’ai su au réveil que cette maison c’était moi. Moi avec toutes mes complexités, mes paradoxes mais aussi mes trésors cachés et le long chemin qu’il me restait à parcourir pour trouver ma lumière. Alors cette nouvelle chambre serait-elle encore une fois le symbole de mon moi intérieur ?

Et puis cette fillette … la plus petite de mes zoupettes est celle qui me ressemble le plus physiquement. Je crois qu’il ne faut pas chercher autre chose pour justifier sa présence dans mon rêve. Et si on part du principe que la chambre symbolise mon moi intérieur, il n’est pas difficile de comprendre qui est cette gamine. Mais pourquoi rit-elle ? Et bien je crois qu’elle représente cette petite fille que je suis toujours dans mon cœur, cette adolescente insouciante à qui j’en veux tellement d’être monté dans cette voiture. Elle est tout ce que je ne m’autorise pas à être parce qu’il ne faut pas faire de bruit, pas faire de vagues … elle est tout mes démons et mes rêves concentrés en un son fabuleux : le rire d’une enfant.

Cela me ramène à la première fois où j’ai entendu ma grande rire. Elle devait avoir 3 ou 4 mois et était installée avec moi dans le lit. Je ne sais plus pour quelle raison elle a éclaté de rire. Je n’avais jamais rien entendu d’aussi merveilleux et j’ai vite appelé son papa pour qu’il en profite. C’est un des moments les plus heureux de ma vie … Presque douze ans plus tard elle a la chance d’avoir un rire peu commun. Il est sonore et communicatif. Elle aime rire. De rien. À s’en forcer parfois. Mais elle préfère de loin faire rire les autres. C’est un clown, une actrice, une diva aussi. Un jour elle m’a demandé : pourquoi tu ne ris jamais ? Sa question m’a laissé pantoise. Bien sûr que je ris ! Non on ne t’entends pas. Tu ne ris pas. J’ai compris ce jour là qu’elle s’évertuait depuis un moment à me faire rire. Je lui ai expliqué que j’étais quelqu’un de peu expressif. Que si je ne ris pas je ne pleure pas non plus. C’est triste elle a répondu. Et c’est vrai que c’est triste. C’était il y a un moment déjà. Et depuis je me cherche un rire. Pas trouvé encore.

Je vais essayer de conclure ce billet qui est sans aucun doute celui où j’aurai eu le plus de mal à tenir mon sujet. Je me rends compte que ce rêve a remué encore plus la boue dans laquelle je me trouve, si c’était possible. Il fait appel à beaucoup d’événements passés mais promet aussi un bel horizon. Cette lumière, toutes ces personnes bienveillantes. La gamine est bien entourée, en sécurité et elle rit. Elle rit, elle rit, elle rit …

Vie de Bip

pexels-photo-261617.jpeg

« Vie de Bip » est un blog sur la bipolarité à découvrir et à alimenter sur le principe de « Vie De Merde ».

Les anecdotes sont souvent drôles mais cachent aussi toute la souffrance qu’il y a derrière cette maladie. En voici quelques unes que j’aurais pu écrire :

« Aujourd’hui je vais voir ma copine. Je ne sais pas si j’ai envie de la quitter ou de la demander en mariage. VDB »

« Aujourd’hui, je crée un blog qui parle de bipolarité et troubles associés. Un ami me dit: «C’est bien joli mais ça n’intéressera personne, c’est une maladie rare.» Minimum 600 000 personnes en France. On a vu plus rare comme maladie, non? VDB »

Et ma préférée, parce que j’aurais eu le job :

« Aujourd’hui je passe un entretien d’embauche pour le travail de mes rêves. Je suis donc très enthousiaste. Mon recruteur sait que j’ai un handicap psy. Sa réponse : « c’est dommage vous avez un bon CV, vous étiez handicapée physique je vous prenais ! » VDB »

Bonne lecture et belle journée !

Marguerite

Aujourd’hui pas d’histoire mais plutôt un questionnement que j’aimerais partager avec vous. Dites moi est-ce que vous avez aussi parfois l’impression que l’Univers tout entier vous envoie un message ? Que je ne sais quelle force cosmique veut absolument vous dire un truc mais que comme elle ne peut pas vous écrire un sms ou un mail, elle met sur votre route tout un tas de signes ? Signes que vous tentez d’ignorer mais que quand même c’est un peu trop gros pour ne pas les voir. Je sens que je vous perds. Je m’explique.

Depuis Pâques je ressens une forte tension. Chez moi déjà. Une espèce de pression intérieure qui me pousse à vouloir régler des « choses », mettre les « choses » à plat, ne pas laisser les « choses » s’envenimer. Bien sûr toutes ces « choses » sont d’ordre relationnelles. Je ne vous parle pas de ma facture d’électricité. Et je remarque que cette tension ne m’est pas propre. Mon entourage l’est tout autant que moi, tendu, ce qui crée des situations compliquées, pour ne pas dire carrément merdiques. La semaine qui vient de passer a été éprouvante émotionnellement. C’était ‘Règlement de compte à « OK Coral ». C’est salutaire parfois. Mais ça remue. Et surtout elle a été ponctuée par ces fameux signes, ces mots, ces images, ces vidéos, ces personnes qui tour à tour vous font réfléchir, remettre en question vos certitudes et complètement revoir votre feuille de route. Et ça m’énerve moi. Parce que mon cerveau est déjà mal programmé, comme une girouette qui réagit au moindre souffle, au plus petit murmure, suivant si elle est en haut sur le clocher ou en bas dans la cave. Alors si l’Univers et le cosmos s’en mêlent, je ne suis pas rendue.

Il faut dire aussi que cette veille de Pâques était une nuit de pleine lune. Et pas n’importe laquelle. Une pleine lune en balance dans le signe du bélier. Je sais que beaucoup sourient lorsque je parle de l’influence de la lune mais si on y prête attention on remarque vite que ce n’est pas si farfelu que ça. Je vous invite à découvrir le site « Vers la lumière » et son auteure Michka qui décortique chaque nouvelle et pleine lune pour nous aider à mieux comprendre ce qui est à l’intérieure et à l’extérieur de nous. Souvent j’y trouve un réconfort.

Et ces signes alors ? Et bien ils concernent essentiellement un projet qui me tient à coeur. J’étais persuadée d’être sûre et certaine mordicus de le vouloir de telle manière. Et tout me pousse à l’envisager autrement. Un peu comme renoncer au sud pour le nord.

Alors quoi ? À quel moment on se dit qu’on se plante et qu’il faut faire confiance à l’Univers, au cosmos, aux panneaux Facebook, aux vidéos youtube, aux rêves, aux phrases enfantines, aux lectures du moment et aux paroles de chansons qui nous font chialer. J’ai déjà été tellement persuadée de prendre de bonnes décisions et m’être en réalité complètement plantée que je n’ose plus me faire confiance. Et puis c’est peut-être Rubis qui me raconte encore des conneries. Ou le côté obscur qui revient au galop et me pousse à baisser les armes. Aujourd’hui encore je suis fatiguée de trop réfléchir, de toujours douter, de n’avoir confiance ni en moi ni aux autres, de me laisser envahir et de ne savoir rien faire d’autre que ruminer comme Marguerite dans son pré. Je vais faire comment moi quand il n’y aura plus rien à brouter ? Quand j’aurai tout tellement mastiqué et rabâché ? Il faudra changer de pâture Madame !  Marguerite y arrive alors pourquoi pas vous ?

alb2_couv72

 

Comment on fait ?

J’ai repris ce blog il y a quelques temps, après mon passage en centre de rééducation. Être hors de mes murs, hors de ma « zone de confort », a enclenché le mode « self défense ». Les vannes sont à nouveau ouvertes. Le rythme fluctue au gré de mon humeur mais l’envie, le besoin sont bien là. Enfin je peux vider le trop plein. Je vais même tenter de ne pas faire que remettre à niveau. Écrire pas toujours en vomissant. Écrire aussi avec de la musique entre les mots et des petits coeurs en guise de points sur les i.

C’est que je n’arrivais plus à écrire moi depuis que tu étais parti. Un seul billet en 3 ans. Un tout petit billet, presque inutile, anodin, comparé à tout ce qui aurait dû sortir. L’écriture est mon échappatoire. Ça l’est depuis presque 23 ans. Comment faire autrement ?

Bien sûr je me suis imaginé mille fois attraper mes clefs sur la petit meuble à chaussures de l’entrée, choper mon sac au passage, la jolie veste en cuir que tu m’as offerte et monter dans ma voiture, tu sais celle que tu m’aurais choisie avec soin, pour rouler longtemps sans destination et m’arrêter sur un parking quelconque, incapable d’aller plus loin, le visage trempé de larmes et de morve que j’aurais essuyées dans la manche de ma jolie veste. Mais je ne conduis pas. Alors j’écris.

Bien sûr je me suis vu mille fois aussi enfiler une paire de baskets presque neuves, celles qui m’auraient servis pour nos joggings matinaux, et partir comme une dératée sur les petites routes de campagne jusqu’à ce que ma gorge me supplie de m’arrêter, que mes jambes ne me portent plus et que je doive essuyer mes larmes et ma morve dans la manche de mon sweat. Mais je ne cours plus depuis longtemps.  Alors j’écris.

Bien sûr j’ai également mille fois cassé toute la vaisselle au milieu de la cuisine, les jolies assiettes marrons que j’aime tant et les vieux verres opaques d’être trop passés au lave-vaisselle, en hurlant des insanités qui t’auraient toutes été destinées et en essuyant dans la manche de mon pyjama délavé toutes les larmes et la morve qui coulent dans ces moments là. Mais je ne peux pas attraper la vaisselle. Et puis je n’arrive pas à hurler non plus. Alors j’écris.

Tout du moins j’écrivais. Sur toi. Sur nous.  Avant.

La vie est faite d’avants et d’après. Tout le monde a au moins un avant et un après.

Avant le décès de ma mère. Avant le cancer de mon mari. Avant l’accident de ma fille. Avant mon mariage.

Après mon divorce. Après le licenciement de ma compagne. Après la naissance de mon fils. Après l’incendie de ma maison.

Nous sommes tous fait d’avants et d’après. Ce sont des repères. Et souvent ils sont synonymes de changements, de bouleversements et même pire. Je cherche un mot qui pourrait qualifier ce pire. J’en trouve pas. C’est pire c’est tout.

Et ce pire bloque tout. Il t’embourbe. Un peu comme si tu avais les deux pieds dans un seau rempli de ciment. Tu sens bien que tu devrais dégager vite fait parce que sinon tu vas rester coincé. Mais c’est du ciment à prise rapide. T’es niqué c’est tout.

Et moi ça fait trois ans que j’ai les pieds pris dans du ciment. Les pieds, les mains, l’esprit et peut-être bien le cœur aussi. J’arrive pas à en sortir. Comment on fait ? Si quelqu’un a la solution qu’il me la donne. Parce que je suis fatiguée moi. Fatiguée de ne pas pouvoir ‘passer à autre chose’ sans pour autant vouloir la chose d’avant. Trois ans durant lesquels j’ai connu d’autres odeurs, d’autres peaux et d’autres voix. Mais rien n’y fait. Trois ans durant lesquels j’ai continué de nous torturer, au rythme de mes vagues intérieures, de mes tempêtes et de mes accalmies. Trois ans durant lesquels tu as été ma victime consentante. Alors dis moi, comment on fait ?

 

Jusqu’à l’infini et au-delà

Aujourd’hui en faisant défiler mon fil d’actualité Facebook je suis tombé sur ces sublimes amoureux. Sans savoir de quoi il s’agissait j’ai ressenti une émotion intense en les regardant. Ils sont magnifiques. Ils sont inspirants. Ils sont rassurants. Et ils provoquent  tant d’autres sensations encore … They make my day !

Christine a 87 ans. Paul a 101 ans. Paul explique qu’ils sont « plus amoureux à chaque jour », dixit la photographe Arianne Clément qui a réalisé cette séance coquine. Je vous invite à découvrir son travail sur les ainés. Bouleversant et tellement essentiel dans un monde où vieillir fait si peur.

28701619_10157709057519815_7228655826012312646_o.jpg

Forcément des émotions pareilles ça me donne envie d’écrire. Si je ne le fais pas je vais être submergée. Désolée que ça tombe sur vous. Vous pouvez toutefois encore fuir avant d’être englués dans cet article qui pue la guimauve. Je vous aurai prévenu.

En réalité nous ne savons rien de ces amoureux sinon ce que la photographe nous confie : leurs prénoms, leur âge et l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre et qui grandit chaque jour. Vous me direz c’est déjà pas mal. Oui mais non. Je veux en savoir plus moi. S’ils s’aiment depuis longtemps. S’ils ont des enfants. Ce qu’ils ont traversé et comment ils ont gardé cette complicité qui transperce l’écran et nous empoigne le coeur. Je veux les regarder se regarder, les voir se toucher, les entendre se parler. Ou même pas. Juste être là, dans un coin de la pièce, retenir ma respiration, fermer les yeux et essayer de ressentir un instant l’intensité de leur amour. Quoi que finalement ce n’est pas plus mal qu’on ne sache pas grand chose. Comme ça je peux imaginer une histoire à l’eau de rose. Si je venais à apprendre qu’ils se sont rencontrés sur Meetic trois semaines plus tôt je serais anéantie. Faut pas jouer avec ma guimauverie.

Je crois que s’ils me touchent autant ces deux là c’est surtout parce qu’ils sont l’incarnation exacte et quasi surnaturelle de ce que j’imaginais pour mon futur il y a quelques années. Quand je pensais à « nous » c’est ainsi que je « nous » voyais. Vieux. Tachés. Ridés. Heureux.

Ça n’arrivera pas.

Je me rends compte avec un peu de recul que ce qui est le plus dur dans une rupture ce n’est pas d’être séparée de la personne ou de ne plus être en couple. Je veux dire que ce n’est pas de ne plus être « in love ». Non ce qui est dur c’est de renoncer à la bulle que nous formions, à cet endroit qui n’appartenait qu’à nous et où je me sentais en sécurité. Où je nous savais, mes filles et moi, hors de danger. Ce n’était pas parfait. C’était même un beau bordel. Pourtant c’était chaud et rassurant. C’était unique et spécial surtout. Ça envoyait du lourd. Et du léger aussi. Nous y avions mis du temps. Et du coeur. Mais pas assez.

Alors j’envie Christine. Je ne devrais pas. C’est moche comme sentiment. Mais quand même je l’envie d’avoir su garder son Paul auprès d’elle. Je me dis qu’elle a peut être de meilleurs arguments que moi. Des gros seins. Une moelle épinière en bon état. Ça doit jouer un peu sur la longueur …

Et merde voilà que je rumine. Voilà que je me dévalorise. Encore. T’es chiante aussi Christine d’être aussi belle dans les bras de ton Paul. Tu nous fais rêver au Prince Charmant alors qu’on avait (presque) réussi à se persuader qu’il n’existe pas en fin de compte. Vite Rupi vient à mon secours. Ouf. Comme souvent depuis quelques temps je trouve refuge dans ses mots en me délectant du « Lait et Miel » de cette incroyable poétesse :

rupi kaur catastrophe

Que j’aime ces textes. « Un musée de catastrophes naturelles ». Ça ne peut pas être plus explicite.  Je pense que Paul a été renversé lui. À chaque nouvelle catastrophe naturelle il a été soufflé, mis KO, puis s’est relevé et a fait front. Front commun. Avec Christine. Je crois qu’elle avait 16 ans quand ils se sont rencontré. Lui en avait 30. On le disait trop âgé pour elle. Ils n’en eurent que faire et partir sans se retourner. Ils traversèrent des épreuves comme seule la vie peut en offrir. Ils fondèrent une famille qui compte aujourd’hui une centaine de membres et sont des « gens » qu’on peut qualifier d’honnêtes. Ils ne se sont jamais menti. Ils ont pourtant failli se séparer cents fois. Et cents fois ils ont traversé la tempête. Parce qu’ils sont d’un temps où on ne jetait pas les choses abimées, on les réparait, avec un bout de ficelle et une punaise. Avec de l’amour surtout.

Je n’envie pas Christine finalement. Je l’admire. Et je me dis qu’il n’est pas trop tard pour renversé quelqu’un avec mes catastrophes naturelles. Et que même nous pourrions finir notre vie vieux, tachés, ridés, heureux. Jusqu’à l’infini et au-delà.

Je veux que plus rien ne soit pareil, plus rien.

Une jolie découverte et des paroles fort à propos. Belle écoute :-)

« Moi je ne sais rien faire de mieux
Que de laisser passer l’hiver, un peu
Que de laisser la peine se taire
Sans tes yeux verts, j’hiberne
Je sais rien faire de mieux
J’attends, j’attends que passent passent
Le vent, la neige, j’attends que tout s’efface
J’attends le printemps
J’attends que cesse le cortège des nuits sans fin
J’attends que meure le sortilège de ta peau
J’attends l’heure des bourgeons nouveaux
Je veux qu’on change de décor, qu’on change
Parfois, je dors
Moi je ne sais rien faire de mieux
Que de laisser passer l’hiver, un peu
Que de laisser la peine se taire
Sans tes yeux verts, j’hiberne
Je sais rien faire de mieux
Je veux, je veux, que roulent roulent
Les feuilles mortes, les fêtes
Je veux que s’arrête la porte des foules
Je veux des jours longs sous le soleil
Des cigarettes, des garçons roux
Du houblon aux reflets vermeils
Le fleuve qui coule un point c’est tout
Je veux que plus rien ne soit pareil, plus rien
Qu’on soit demain
Moi je ne sais rien faire de mieux
Que de laisser passer l’hiver, un peu
Que de laisser la peine se taire
Sans tes yeux verts, j’hiberne
Je sais rien faire de mieux »

 

Du lait et du miel

J’ai été bouleversé aujourd’hui..
J’ai lu « lait et miel » de rupi kaur.

J’ai d’abord longuement pleuré.
Presque à chaque poème.
Presque à chaque phrase.
Presque à chaque mot.

Un tsunami.

Et puis il y eu cette page en particulier.

rupi kaur

Et c’est venu.

Je ne t’ai pas quitté parce que je ne t’aimais plus.
Je t’ai quitté parce que je t’aimais trop.
Imaginer une seule seconde être trop lourde à ton existence m’a paru soudain insurmontable.

Je me suis souvenu de ce jour.
Celui où j’ai tranché dans le vif.
Celui où je nous ai saigné.

Rubis s’est repue des caillots de notre histoire.
J’ai raclé longtemps le sol et les murs en espérant trouver une dernière goutte de sang.
Le côté sombre qui n’a pas de nom lèche encore la plaie.

J’ai ordonné à la rouquine de ne plus te parler.
J’ignore ton ombre les jours gris.

Je guéris.


Je pourrais conclure ce billet avec une dizaine de poèmes de ce merveilleux recueil. Il m’inspire déjà d’autres réflexions. Je vous invite vraiment à le découvrir. Belle lecture :-)

 

Le baiser de Rubis

Hier en écrivant le billet à propos de Rubis ma « jumelle maléfique » (à lire ici), j’ai tenté de trouver une illustration pour lui donner corps, la personnifier. J’aimerais savoir dessiner tant j’ai souvent besoin d’illustrer mes propos. À défaut j’ai tapé dans mon moteur de recherche « femme rousse de dos ». De dos oui,  car je ne voulais pas qu’on puisse voir son visage dans le souci que chacun puisse s’en faire sa propre interprétation. Tout comme pour mes filles que j’encourage à imaginer les personnages de leurs livres en choisissant des lectures « sans images », j’avais envie de vous laisser rencontrer Rubis, qui va devenir un personnage récurent de mes péripéties à n’en pas douter. Et puis au fil de mes recherches j’ai été attiré par un lien qui proposait un quizz intitulé « Les peintres préfèrent les rousses ». Mes antiques études en histoire de l’art me poussent toujours à lire ce genre d’articles. Et c’est là qu’elle est apparue.

08_vampire-1895

La superbe Rubis. La flamboyante Rubis. L’enjôleuse Rubis. La dévorante Rubis. Je n’ai pas eu besoin de répondre à la question du quizz pour savoir instantanément qu’elle était l’œuvre d’Edvard Munch. Et dans la seconde qui a suivit j’ai profondément ressenti l’hyper-sensibilité du peintre et sans aucun doute ses troubles de l’humeur. Après une rapide recherche il s’avère qu’en effet Munch souffrait de bipolarité. Si c’est apparemment de notoriété publique je n’y avais jamais songé bien que « Le cri » m’ait toujours bouleversé et aurait dû me mettre sur la piste.

Cette rousse dominatrice est ma Rubis. Je suis fascinée par le mythe du vampire depuis toute gamine, et même si Munch affirmait n’avoir voulu peindre qu’un baiser entre deux amants, je trouve l’idée du « baiser du vampire » bien plus romanesque et vibrante. C’est en tout cas ce que le public a perçu lui aussi à l’époque devant ce tableau. L’avoir découverte me donne très envie d’en installer une reproduction géante dans ma chambre en guise de tête de lit. Je pense tout de même qu’il est plus prudent d’attendre la fin de ma phase exaltée pour être certaine que ce ne soit pas encore une nouvelle lubie.

Quoi qu’il en soit cette toile symbolise parfaitement l’emprise que peuvent avoir sur moi mes troubles de l’humeur. Mais aussi, et c’est bien là tout le paradoxe, combien ils me sont précieux, et en particulier Rubis. Je n’ai pas encore rencontré officiellement mon coté sombre, celui que Winston Churchill appelait ses « Black Dogs ». Et cette dernière  nuit ayant encore été plus blanche que noire, je sens que Miss Rubis est encore là pour un moment …

Rubis

J’ai rencontré Rubis il y a trois ans. Quoique, pour être tout à fait honnête, je devrais dire que j’ai retrouvé Rubis il y a trois ans. Je l’avais déjà croisée à plusieurs reprises sans vraiment y prêter attention, sans m’en rendre compte. Les premières fois datent de mon adolescence. Elle était là, m’observant d’un sale œil, planquée dans un coin, murmurant à mon oreille des idées et des pensées plus farfelues les unes que les autres, voire carrément dingues, que je repoussais tant bien que mal. Elle m’a eu quelques fois, même souvent, me faisant risquer à chaque fois un peu plus ma peau. Elle a finalement réussi à l’avoir. C’est qu’il en faut de la volonté pour lui résister à Rubis.

Nous avons donc réellement fait connaissance au printemps 2015. Nous nous sommes tout de suite très bien entendues elle et moi. J’avais l’impression de la connaître depuis toujours. Comme une sœur, une jumelle. Nous sommes vite devenues inséparables et dès nos retrouvailles nous avons établi un pacte « amies pour la vie » avec du sang dans les mains et des larmes plein les yeux. Le grand jeu. C’était au moment où Ex Chéri Coco quittait la maison. J’ai compris avec le recul qu’elle en avait toujours eu un peu peur durant les 14 années que j’ai partagé avec lui. Il a su la tenir à distance, inconsciemment sans doute et elle avait fait ses coups en douce jusqu’à son départ. C’est que c’est une maligne Rubis.

Une fois le champs libre elle a enfin pu prendre ses aises et s’est installée confortablement. D’autant que le peu de résistance que j’aurais pu lui opposer était alors annihilée par les antidépresseurs, prescrits après que j’ai fondu en larmes devant la boite vide de cacao et que je me sente la pire mère au monde. Ces merdes chimiques l’ont même rendue plus forte que jamais. J’avais perdu d’avance. Et j’avoue que je me suis laissée faire, victime consentante. J’adore quand elle est là Rubis.

Il faut dire qu’avec elle j’ai tout à coup une énergie débordante, je deviens bavarde et rigolote, les idées et les projets fusent, je me sens invincible. Elle peut venir pour une heure, un jour, un mois. Rarement plus. Je sais qu’elle va arriver lorsque mes nuits raccourcissent, lorsqu’au réveil une nuée de papillons habitent mon ventre sans que je ne sois amoureuse, lorsque je me surprends à rire seule ou à faire des grimaces. Elle me booste Rubis. Elle me rend un peu cinglée aussi.

J’aimerais vous la décrire mais ce n’est pas simple. Je crois qu’elle est rousse, grande et fine. Aiguisée comme un couperet dirait Catherine. Taillée à la serpe. Anguleuse. Enjôleuse. Elle peut me pousser à faire à peu près n’importe quoi. Je suis sans arme face à elle. Elle dépense l’argent que je n’ai pas. Elle fait des promesses que je ne tiens pas. Elle prend des rendez-vous que je n’honore pas. Elle aime le risque, l’alcool, les cris, les pleurs, les drames. C’est une actrice Rubis.

Mais elle disparaît quand le ciel s’assombrit. Elle n’aime pas les jours gris et la mélancolie qui les accompagne. Dans ces moments là elle me trouve pathétique et préfère retourner dans son trou en attendant que le soleil revienne. J’aimerais qu’elle reste. J’aimerais la retenir. Je me sens tellement mieux quand elle est là. Mais elle fuit à la moindre contrariété, au plus petit désagrément. C’est une garce parfois Rubis.

Vous vous en doutez elle est dans les parages en ce moment sinon je n’écrirais pas autant.  Elle sent le vent tourner pourtant, les nuits transparentes laissent place à un sommeil hachuré, en noir et blanc. Bientôt je dormirai 8 heures sans être rassasiée. Elle va alors se barrer et laisser un grand vide. Il va falloir gérer la chute. Même si finalement le plus important ce n’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage. »

Power Patate

Il y a quelques semaines je vous ai parlé de mon addiction aux boites et en particulier pour les « box » que l’on reçoit mensuellement et qui peuvent contenir des produits de beauté, des livres, de la nourriture … Pourquoi je les aime autant ? D’abord parce que les « rituels » me rassurent. Je l’ai déjà écrit, j’ai besoin de rythmer ma vie par des moments bien précis, accompagnés de gestes encore plus précis. La réception et l’ouvertures des boites en font partie. Ensuite parce que j’adore les surprises (un peu comme Coco de la Place Clichy adoooorrre les suuuuushiiiiis !!!) alors vous pensez bien que la découverte des produits, des livres et des petits cadeaux est un instant super agréable pour moi. The magic moment !

Mais ce billet n’est pas consacré à mes petites boites. J’y reviendrai plus tard pour votre plus grande joie j’en suis certaine. Non aujourd’hui j’avais envie de vous parlez d’un livre que j’ai reçu dans mon dernier Ptit Colli justement et qui, s’il n’a pas radicalement changé ma vie, m’a tout de même fait avancer sur mon chemin de croix personnel. Et ce n’est déjà pas rien vu le bourbier dans lequel je patauge en ce moment. Si cela peut vous aider aussi alors allons-y gaiement. J’ai commencé ce livre le 1er février dernier alors que je terminais mon bilan en CRRF à Besançon. Quatre jours hospitalisée pour voir et revoir quel fauteuil me conviendrait le mieux et comment améliorer ma posture. Quatre jours interminables où tu te rends compte de la chance que tu as de pouvoir vivre dans ta maison à toi avec tes enfants malgré l’organisation que cela te demande et qui t’épuise parfois. J’ai juré intérieurement de ne jamais plus me plaindre d’être une mum’s solobipotétrastressée et ce livre est tombé à pic pour me donner de la force. Tiens tiens …

Bon et c’est quoi ton bouquin alors? Et bien il se nomme fièrement « Power Patate » et sous son air rigolo et désuet il s’avère être une petite pépite de bonne humeur et de pensée positive ! Écrit par Florence Servan-Schreiber, il propose ni plus ni moins de vous aider à découvrir vos pouvoirs et de vous aider à vous en servir. Beau programme non ?

img_9444

Rassurez-vous je ne vais pas me lancer dans une critique littéraire, j’en serais bien incapable. J’ai simplement envie de partager avec vous une partie du livre qui explique que nous avons toutes et tous des forces, ces fameux super pouvoirs, et que si nous en prenons conscience nous pouvons les exploiter et améliorer ainsi notre existence. Oui rien que ça. Pour vous le prouver je vais vous divulguer mon résultat au questionnaire qui m’a bluffé je dois l’avouer. Je vous épargne la liste complète et ne vous livre que mes cinq premières lignes :

FORCE NUMBER 1 : Créativité, ingéniosité et originalité
FORCE NUMBER 2 : Amour de l’étude, apprentissage
FORCE NUMBER 3 : Courage et vaillance
FORCE NUMBER 4 : Reconnaissance de la beauté
FORCE NUMBER 5 : Curiosité et intérêt accordé au monde

Les voilà donc mes super pouvoirs, mon trousseau de clef comme le nomme l’auteure. Perso je préfère les voir comme des petits Power Rangers qui seraient à l’intérieur de moi et qui crieraient « Force rouge, en action ! », au milieu des licornes et des arc-en-ciels. Bienvenue à eux au sein de ma petite communauté personnelle.

Supernova_Flashman_5034

Maintenant que mes cinq forces étaient définies il me restaient à analyser ce qu’elles représentent dans mon quotidien. Et c’est là que j’ai été surprise par la justesse du questionnaire. Mais c’est là aussi que les choses se compliquent. Et oui vous le savez un peu maintenant que rien n’est simple avec moi !

La toute première force « Créativité, ingéniosité et originalité » pourrait résumer l’histoire de ma vie. Pour moi ces trois mots sont parmi les plus beaux du vocabulaire et on pourrait supposer qu’ils sont des atouts. Et ils le sont sans aucun doute pour la plupart des gens. Être créatif, ingénieux et original fait de vous une personne souvent atypique, spéciale, hors-norme. Or lorsque votre image, votre extérieur, ce qui se voit et heurte le regard est déjà une entorse à la règle, il est difficile d’en imposer plus. C’est en tout cas ainsi que j’ai vécu ma « transformation ». Avant le handicap je crois avoir été de ces personnes originales, un peu bohème, un peu « perchée », un peu bipolaire sûrement déjà même si l’adolescence est à elle seule une originalité je vous l’accorde. Le handicap m’a coupé l’herbe sous le pied et j’ai l’impression d’avoir passer les 20 dernières années de ma vie à m’excuser d’exister. Toute ma créativité et mon originalité sont enfermées sous cette épaisse couche de couenne d’handicapée. Ça commence à peser ! Et je ne parle pas de créativité dans l’unique sens artistique. Non j’entends par là la faculté de voir la vie de manière innovante, sous un angle original, d’avoir des idées parfois saugrenues mais qui ont le mérite d’apporter un nouvel éclairage, d’imaginer des projets qui paraissent impossibles mais qui font les grandes aventures. L’exposition ELLES en est un bel exemple. Le seul. Et dont je n’ai pas su tirer le meilleur mais c’est une autre histoire.

Les quatre forces suivantes n’ont pas subis le même traitement. Ou dans une moindre mesure. Elles ont pu en tout cas mieux s’exprimer.

Force 2 « Amour de l’étude, apprentissage » et Force 5 « Curiosité et intérêt accordé au monde » me permettent de toujours être en éveil, attentive. Qu’il s’agisse de lire Proust ou d’observer le pic-vert qui a élu domicile dans mon jardin, ma curiosité et ma sensibilité toute particulière ne me laissent que rarement oisive. C’est pour cela que je souris lorsqu’on me demande si mes journées ne sont pas trop longues. Il y a un avantage à chaque situation. Il suffit de vouloir le voir. L’altérité physique laisse du temps aux esprits studieux et curieux.

Force 4 « Reconnaissance de la beauté » m’a fait comprendre que pour me sentir bien j’ai besoin d’être entourée de « beauté ». Ne froncez pas les sourcils je ne vais pas embaucher des top modèles pour graviter autour de moi toute la journée. Quoi que ça pourrait être sympa … Non ? Ok d’accord j’oublie … J’avais déjà remarqué par exemple que je travaille avec plus de plaisir dans un environnement non seulement rangé et propre mais également esthétique et qui sent bon. J’ai donc agencé mon espace de travail de manière à m’y sentir bien et j’avoue que je kiffe m’y installer et y passer du temps. Quelques plantes, des bougies, des photos … cela vaut pour tout et même pour les personnes qui m’entourent. Partager de beaux moments avec de belles personnes (et pas que physiquement bien entendu mais s’il y a les deux on ne va pas se priver quand même). 

Enfin Force 3 « Courage et vaillance ». Où en serais-je sans elle ? C’est sans doute celle dont je suis le plus fière. Et celle dont j’ai le moins besoin de parler. Vous avez déjà dû l’apercevoir au fil de mes mots …

Ce billet est presque terminé mais je ne serais pas tout à fait honnête si je ne vous donnais pas ma dernière force, celle qui est en queue de peloton. Elle s’appelle « Assiduité, application et persévérance ». Mon dieu comme c’est juste. Je manque cruellement de tout cela. Et comme expliquer dans le livre, ce n’est pas que ne nous ne possédons pas les dernières forces du classement. C’est simplement que nous ne les utilisons pas ou que nous les utilisons mal. Ceci explique mes nombreux projets avortés, les dizaines de personnes perdues de vue par manque d’implication de ma part dans la relation, les livres non terminés, le nécessaire de peintures aquarelles qui pourri au garage et tout ce dont je ne vous parlerai pas … En ayant établi ce classement je n’ai plus d’excuses, il va me falloir apprendre à me servir aussi des forces moins naturelles pour moi.

En conclusion je vous conseille vraiment ce petit bouquin si comme moi vous souhaitez améliorer positivement votre relation à vous-même et autres. Je l’ai tellement apprécié que j’attaque aujourd’hui « 3 kifs par jour » de la même auteure. Le chemin est encore long mais l’aventure promet d’être passionnante !

À fleur de peau

Il y a quelques années j’ai écrit un billet à propos d’un documentaire intitulé « Dans la peau d’un handicapé ». Il s’agissait de quatre épisodes, d’environ une heure chacun, qui mettait en situation de handicap des personnes valides aux côtés de personnes réellement handicapées. Ils sont d’ailleurs toujours visibles sur internet pour ceux que ça intéresserait et je suis sympa je vous offre le premier volet.

Ce billet, intitulé « Dans ma peau d’handicapée », a été pour moi le premier où j’ai vraiment osé livrer une part intime et plutôt sombre de mon vécu avec un handicap. Je regardais ce documentaire, en m’agaçant du côté simpliste des propos,  du voyeurisme planqué derrière chaque image, et j’ai eu une soudaine envie, un besoin irrépressible d’écrire, un peu comme s’il était vital que « ça » sorte. Il y avait une espèce d’urgence à poser ces mots, là, à la vue de tous, pour me délester du poids parfois un peu lourd de mon costume d’handicapée. Le billet, un peu brouillon et trop succinct à mon goût, est visible ici pour celles et ceux que ça intéresse.

J’étais certaine à ce moment là que l’épreuve du handicap serait une des pires que j’aurais à vivre et qu’après ce combat je serais armée pour affronter toutes les tempêtes. Je croyais mal. Comme souvent. Et surtout je ne pensais pas l’apprendre de cette manière là.

C’est arrivé parce qu’un jour j’ai divorcé. Un jour j’ai décidé de quitté mon mari et de briser ma famille. Oui c’est bien moi qui ai décidé. Vite. Radicalement. Comme toujours. C’était il y a trois ans et des brouettes. Je ne vous parlerai pas des raisons. Je ne vous dirai pas pourquoi. Ce n’est pas important. Ce qui l’est en revanche ce sont les conséquences d’une telle décision. On ne se rend pas compte. On voit les autres faire et on se dit que ça n’a pas l’air si compliqué que ça. On y trouve même des avantages au départ. Mais on déchante vite. Enfin moi. Peut-être que pour certains c’est plus facile que pour d’autres. Quoi qu’il en soit j’ai compris dans cette période que je souffre moins des blessures faites à mon corps que de celles infligées à mon coeur. Je me suis rendu compte que j’ai la peau dure, la chair épaisse et que je suis endurcie par des années de dommages collatéraux provoqués par ce foutu handicap. Je n’ai pas peur de la douleur physique. Il m’arrive de l’aimer tant elle m’aide à me sentir vivante. Et même si elle s’installe lentement et sûrement depuis quelques temps, elle n’a pas encore eu raison de ma volonté. Je la dompte. Je la maîtrise.

Mon coeur par contre … quel abruti ! Je pensais qu’il saurait résister. Je le croyais blindé. Tu parles Charles. Je l’ai retrouvé en lambeaux, incapable de faire face à la solitude, à la culpabilité et à cet immense sentiment d’avoir tout gâché. J’imagine que c’est ce qui arrive aux coeurs indécis comme le mien. Ceux qui ne savent pas très bien ce qu’ils veulent. Et cette douleur là je ne sais pas faire avec. J’ai envie de lui tordre le cou.

J’ai donc ordonné à mon esprit de résoudre ce problème. À ma tête, à mon cerveau, à ma raison, à mon intelligence ou à ma réflexion. Bref tout ce qui se situe « là haut », qui fonctionne encore bien et qui à mon sens devait pouvoir régler cette situation. Comme pour la souffrance physique, je voulais maitriser cette déferlante à l’intérieur de moi, la dompter.

Ça n’a pas fonctionné. Pourtant j’ai vraiment fait de mon mieux. Je crois que j’ai l’esprit bordélique. La tête en désordre. Le cerveau en fouillis. La raison en pagaille. L’intelligence et la réflexion en pleine confusion. Rien n’est rangé. Tout dépasse et tout déborde. C’est le foutoir. Cette épreuve m’a démontrée que ce qu’il y a « là-haut » n’apprend rien. Il se laisse prendre aux jeux et aux pièges. Pire il invente des règles improbables et me tend des embuscades. Un jour je vis dans le monde arc-en-ciel des licornes et des bisounours. Le lendemain je sombre dans les marécages de la mélancolie comme Artax dans l’histoire sans fin (scène qui a traumatisé toute une génération soit dit en passant).

dlm

Un jour je prends douze rendez-vous. Le lendemain je les annule un à un. Un jour j’aime. Le lendemain je déteste. Si je voulais surfer sur l’actualité je vous dirais que j’ai 5000 nuances de gris ! Comme tout le monde me direz vous. Et bien pas tout à fait. Car si pour beaucoup les changements d’humeur sont fréquents, ils ne portent pas à conséquences.  Chez moi ils provoquent des comportements compulsifs, des troubles obsessionnels, des réactions impulsives, et tout un tas d’autres douceurs que je garde pour moi.

Tout ça je ne m’en étais pas vraiment aperçu « avant ». Je crois que c’était bien caché, par la tétraplégie déjà qui confine mes actes à l’intérieur et aussi par la présence d’Ex Chéri Coco qui savait composé avec mes « humeurs ». Mais depuis trois ans, livrée à moi-même, mes démons intérieurs s’en donnent à coeur joie. Je me pensais versatile. Je suis bipolaire. Je me pensais lunatique. Je suis cyclothymique. C’est un peu comme si j’oscillais en permanence …

… entre un JOUR DE DOUTE (Grand Corps Malade) « Je choisis souvent le silence pour que les gens regardent ailleurs. J’suis stoïque en apparence mais en tempête à l’intérieur »

et LA FÊTE DE TROP (Eddy de Pretto) « C’est la fête de trop ! Moi je l’ai faite, défaite et ça jusqu’au fiasco. C’est la fête de trop ! Regarde je luis de paillettes et me réduis au KO. »

Un nouvel handicap qui demande à être apprivoisé, invisible celui-là et finalement bien plus difficile à (di)gérer que tout le reste. Et tellement plus difficile à assumer aussi. Entre ceux qui n’y croient pas et ceux qui pensent que tout le monde l’est, il serait peut-être plus intelligent de ne pas en parler. C’est sans compter sur ma façon toute particulière de réagir aux coups durs … « En faire quelque chose » … Quoi ? Je ne sais pas encore. Maîtriser la situation d’abord. Dompter la bête. Et ensuite… et bien que l’aventure commence !

 

Retour aux sources

La semaine dernière j’ai passé 4 jours en CRRF. CRRF ? Quezako ? Et bien non ce n’est pas l’acronyme d’une formation, d’un séminaire ou d’une de mes rencontres associatives. Non ce n’est pas non plus un truc fun à faire en famille le weekend. Aller je suis gentille je vous mets un peu sur la piste, le C est l’initiale de Centre. Déjà ça fait un peu peur. Les deux R sont pour Rééducation et Réadaptation. Là je vous l’accorde ça fait carrément flipper. Qui aimerait être rééduqué ou réadapté ? Quant au F c’est le plus soft, il veut dire Fonctionnelle. J’étais donc en Centre de Rééducation et Réadaptation Fonctionnelle. Et je vous avoue, je l’ai mal vécu.

Il faut dire que moi je suis sorti de rééducation il y a 20 ans. J’ai fait mon temps comme dirait l’autre. Trois années durant lesquelles j’ai concilié rééducation et études, au cours desquelles j’ai rencontré des personnes formidables qui pour certaines sont restées très proches. Malgré ces bons moment, j’avais réussi à ne pas y retourner jusqu’à maintenant, en me débrouillant pour le renouvellement de mon fauteuil et en gérant les petits soucis de santé inhérents au handicap avec mon généraliste. Seulement voilà le temps fait son œuvre et ma vieille carcasse d’handicapée se rappelle à mon bon souvenir, à coups de marques et de douleurs ici et là. La tétraplégie a ce pouvoir magique de vous faire vieillir plus vite que les autres. J’ai les hanches d’une mamie de 90 ans, en dentelle. Pour l’instant ce n’est actif qu’à l’intérieur mais j’ai bien peur qu’un jour ça fasse comme Activia et que ça finisse par se voir à l’extérieur cette connerie.

C’est pourquoi l’idée de passer une semaine dans un tel établissement me motivait carrément au départ. Ça n’a pas duré. Au moment où tu longes les couloirs qui n’en finissent pas et que tu arrives dans ta jolie chambre bleue tu prends conscience qu’il y a un (grand) pas à faire et que t’as finalement bien du mal à le franchir. Mais j’ai fait le grand saut, je ne pouvais plus reculer …

J’ai préparé ma valise, j’ai abandonné enfants, chiens et chat aux mains de Papi et Mamie. J’ai bien fait attention de garder le secret pour ne pas avoir de visites impromptues entre deux séances de kiné, affûtée d’un jogging trop large et le cheveu hirsute. J’ai emmené la moitié de ma bibliothèque pour être certaine d’avoir de quoi m’occuper. J’étais prête !

Et puis en fait non. Le retour en institution a été violent. Le rythme des journées. La promiscuité avec des personnes « fraîchement » blessées. La répétition incessante de ton histoire, du pourquoi de ta présence en ces lieux. Les couloirs (oui j’ai un problème avec les couloirs), les ascenseurs, les blouses du personnel soignant. Bien entendu ce n’était que quelques jours. Bien entendu c’est pour un mieux-être, une meilleure « prise en charge » (comme je hais cette expression). Il n’empêche que ce sont des moments compliqués lorsque tu remets ta dépendance entre des mains inconnues, des visages étrangers et que tu sors de ta « zone de confort ». Pour une grande stressée comme moi c’est une véritable épreuve. Mais voilà c’est fait ! Et ça a été plus facile que ce que j’ai imaginé en arrivant, notamment grâce au personnel de ce service, bienveillant et compétent. Et puis la bonne nouvelle c’est que bientôt j’aurai un nouveau carrosse, qui épousera parfaitement mes courbes et me soulagera je l’espère de ces douleurs quotidiennes.

De retour à la maison, à ma maison, j’ai mesuré encore une fois la chance qui est la mienne. Cette chance que j’ai largement provoquée, je n’ai plus honte de le dire, au risque de paraître prétentieuse. Cette chance qui demande une certaine volonté, un certain courage et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’organisation (sur ce dernier point il y a encore du boulot). J’ai déjà dû l’écrire, ici ou ailleurs, que ce qui m’anime au fond n’est rien d’autre qu’un féroce appétit de vivre ! À table !

Happy « ACCIDENT » Day

Depuis le tout début de ma nouvelle vie (oui j’ai beaucoup de chance je suis comme les chats j’ai plusieurs vies) j’ai eu le besoin, ou l’envie je ne sais pas très bien, de fêter l’anniversaire de mon accident. Dès la première année j’en ai parlé à mes proches. Mais à chaque fois que j’évoque une possible « fête » à ce sujet on me jette des « OOOOhhhhh » horrifiés à la figure comme si je venais de dire que les touristes (et pas que belges, suivez mon regard …) n’ont finalement pas si mauvais goût quand ils mettent des chaussettes avec leurs sandales en été (à ce propos lire une tentative d’explication par 20minutes ici).

648x415

Jusqu’à maintenant, et malgré un caractère bien trempé qui ne se manifeste malheureusement jamais au bon moment, je n’ai pas su imposer ce rituel à qui que ce soit. Ce n’est pas un anniversaire que je veux fêter en grandes pompes (ou en petites sandales, belges), mais plutôt un moment intime à partager avec des proches, pas forcément toujours les mêmes, pour marquer ce passage, cette date si particulière.

giphy-downsized

Devant la réaction des « gens » lorsque j’en parle, j’ai tenté de chercher d’où peut bien venir ce besoin, cette envie chaque année de marquer le coup.

D’abord je suis une femme « à dates » (et non pas « à dattes » qui soit dit en passant ne me réussissent pas du tout mais c’est une autre histoire pas du tout digne d’être racontée) et à rituels. J’aime avoir des repères. Faire des crêpes le mercredi à mes Vies. Préparer un plateau-télé le dimanche soir à mes Vies. Regarder The Voice le samedi soir et dormir avec mes Vies. Fêter l’anniversaire des Vies le D day avec un petit gâteau même si on est à la bourre. Merde et moi ? Et bien en voilà un de rituel à mettre en place : fêter ce putain d’anniversaire envers et contre tous !

Ensuite j’ai lu ici (et je vous conseille de parcourir le blog en entier il vaut le détour) que je ne suis pas la seule à ressentir ce besoin. Certains vont même jusqu’à substituer le jour où tout à basculer (oui c’est très télé-réalité cette expression je vous l’accorde) à leur propre anniversaire. Je n’irai pas jusque là. Je pense me situer entre ceux pour lesquels c’est le pire jour de leur vie et ceux pour qui c’est une renaissance. Il y a bien entendu un avant et un après. J’ai vraiment ce sentiment, et cette chance je l’affirme, d’avoir eu deux vies. Je pourrais aller plus loin et vous expliquer comment je me sens en réalité « le cul entre deux chaises », comme une éternelle adolescente qui ne deviendra jamais adulte et qui n’est plus tout à fait une enfant. Mais j’ai peur de vous barber. On fera ça une prochaine fois, promis.

Dans quelques semaines j’aurai 23 ans de fauteuil. Et il n’est jamais trop tard pour bien faire parait-il …

Les boites à bonheur

Je suis fan de boites. Depuis toujours. Balancé là comme ça je comprends que ça puisse vous dérouter. Qu’est-ce qu’elle raconte celle là avec ses boites … mais c’est vrai. Si je m’écoutais je garderais les boites des fromages, les boites des chaussures (surtout les mignonnes des enfants, il y a quand même un effort de dingue sur la packaging), les boites de tout mes téléphones qui ressemblent à des coffrets de parfums, les boites de Ricoré que je décorais quand j’étais gamine … bref des boites, des boites, des boites !

Alors imaginez mon excitation quant ont commencé à fleurir sur internet les offres d’abonnements à des boites, enfin des BOX, pour des produits aussi variés que du maquillage, des produits de beauté, des bouquins ou de la bouffe. Oui même de la bouffe!

giphy-downsized-2

J’ai essayé tant bien que mal de résister mais j’ai flanché un soir de pleine lune en scorpion et dans une crise mémorable d’achats compulsifs. En même temps comment veux-tu résister à des beautés pareilles ? Je suis presque plus dingue des boites que de leur contenu. Il s’agit de la Biotyfull Box que je reçois une fois par mois avec un brin de fébrilité à l’ouverture … bon j’avoue les produits ne sont pas tous top ni certifiés bio mais le principe est sympa et c’est déjà pas mal !

À la Box « beauté » s’est ajoutée récemment la Box « littéraire ». J’ai arrêté d’acheter du livre papier il y a un moment pour des raisons techniques évidentes. Mais je peux quand même lire un bouquin classique si je m’en donne un peu la peine et le contact me manquait. J’ai cherché les offres les plus appréciées par les lecteurs et j’ai jeté mon dévolu sur Le Ptit Colli, regardez comme il est joli avec ses boites magniiiifiiiiiques et ses sympathiques goodies :

Je n’ai pas mis la boite de janvier car elle aura droit à un traitement de faveur tellement je l’ai adorée. Bien évidemment je garde toutes les boites vides dans un petit coin de mon placard (qui commence à être un gros coin mais ça en vaut la peine, j’ai des jolies boites!).

Êtes-vous certaine de vouloir supprimer votre compte ?

Nous sommes le 6 septembre 2017, il est 03:19 et je suis réveillée depuis 23:59. Cela fait donc 3 heures et 20 minutes que je galère, à penser à tout un tas de trucs, à réfléchir à ce que j’aurais dû faire hier et que je ne ferai sûrement pas plus aujourd’hui … Je me suis endormie tôt car la nuit passée déjà mes yeux sont restés grands ouverts entre 00:12 et 05:28, dernière fois où j’ai vu les chiffres rouges sur mon réveil démoniaque. Oui démoniaque tellement il me rappelle le temps que dure mes insomnies, ces longues heures allongée sur le dos à contempler le plafond. Saloperies.

source-2

En général je comble ces interminables moments d’éveil en surfant sur mon réseau social préféré d’amour de tout les temps : Facebook. Un petit tour sur le mur des potes, un passage en revue de l’actualité, la chronique de Guillaume Meurice, la dernière connerie de Danielle, une petite publication pour dire à mes 450 amis que je ne dors pas et enfin le fameux trou spatio-temporel où des vidéos s’enchaînent à tel point que tu ne sais plus comment tu en es arrivé à regarder ce chien chelou qui chante en marchant sur ses pattes avant. C’est à ce moment là que je me dis, Amélie, ma grande il est temps d’éteindre. Et j’éteins … oui mais une heure plus tard … parce que juste pile poil quand j’allais couper je reçois une notification du groupe « Le mini bon coin du 25 » qui m’annonce que Carole B. vends une machine à pain. Comme j’en veux peut-être une mais que c’est pas sûr je regarde vite fait le prix et là c’est le drame ! Les annonces défilent pendant une heure entière. Une heure de ma vie gâchée, une heure de sommeil perdue sur « Le mini bon coin du 25 ». Je me fatigue toute seule. Mais faut voir le bon côté des choses, si tu cherches un chaton à adopter ou des fringues pour tes mômes je peux te donner les liens. Tu me dis en commentaire ;)

Il est 04:04. J’écris tout ça pour te démontrer que si les insomnies sont vraiment difficiles à vivre quand tu es coincée dans ton lit, Facebook permet de trouver le temps un peu moins long. Sauf quand tu as décidé de supprimer Facebook. Compliquée la fille je l’admets. Je t’explique.

Depuis un moment déjà je trouve que je passe beaucoup trop de temps sur les écrans en général et sur mon téléphone en particulier. Mes proches me le font souvent remarquer, mes filles les premières. Pour en avoir le coeur net j’ai installé une petite application qui permet de comptabiliser le temps que l’on passe sur son téléphone. Les premiers jours j’ai fait exactement comme d’habitude, me servant de mon iPhone pour tout et rien, lire mes mails, faire mon Drive en ligne, lire un bouquin sur Kindle ou aller sur Facebook. Le résultat m’a vraiment fait flipper, la première semaine j’ai passé en moyenne neuf heures par jour le nez sur mon téléphone. Cela représente plus de 50% de mon temps d’éveil. Et bien évidemment sur ces neuf heures, une grande partie est consacrée à Facebook.

Cette petite application est vraiment bien faite car elle comptabilise également le nombre de fois où tu allumes ton téléphone par jour. En moyenne je le fais 50 fois. Mon téléphone ne sonne pas. Je n’ai aucune notification. Et pourtant je ne peux pas m’empêcher de vérifier. 50 fois par jour ! Incroyable !

J’ai bien conscience que pour la plupart des gens ce genre de comportement est normal. Passer des soirées entre amis à regarder toutes les deux minutes nos téléphones ne gêne personne. On en rigole même. Et jusqu’à peu de temps ça ne me gênait pas non plus, brandissant haut et fort l’excuse qu’il faut vivre avec son temps. Seulement j’ai l’impression depuis un moment déjà de passer à côté de quelque chose. Mais de quoi ?

Les jours qui ont suivi ma prise de conscience j’ai décidé de réduire l’utilisation de mon iPhone adoré. Et c’est vraiment là que tu te rends compte à quel point ce petit objet peut être une véritable addiction. J’ai dû me rendre à l’évidence : je suis une droguée.

« Bonjour, je m’appelle Amélie, et je suis une Facebookolique »

source

Voilà qui est dit ! Et maintenant ? Comme je suis une personne plutôt entière, qu’avec moi c’est tout ou rien et que j’ai beaucoup de mal à faire la part des choses, j’ai décidé de tout stopper. Une semaine entière sans mon petit monde virtuel …

Nous sommes le 2 février 2018, je découvre ce brouillon, ce texte, que je souhaitais publier sur mon blog en septembre dernier lors d’une longue phase de « up ». Il est resté aux oubliettes comme énormément de projets, d’idées, qui se bousculent dans ma tête lors de ces périodes. Vous ne comprenez rien ? Je vous avoue que je démêle à peine moi aussi l’imbroglio qui règne dans mon esprit. Mais si l’aventure vous tente on pourrait faire un bout de chemin ensemble …

Faire avec !

Je suis devant le cabinet d’un hypnothérapeute. Vie N2 a une phobie du vent depuis plusieurs mois et il semblerait que ce spécialiste puisse l’aider.

Je suis devant.

Pas dedans.

Sept énormes marches me séparent de ma fille. Le rendez-vous a dû commencer mais personne n’est encore venu me voir. Heureusement Super Papy est là et cela me rassure de le savoir avec elle. On m’a prévenu que le bâtiment n’est pas accessible mais devant l’urgence de la situation et les recommandations à propos de ce thérapeute, je me suis dit que maman pouvait bien poireauter une heure en bas de l’escalier. D’autant que ma présence n’est pas indispensable apparemment. Vie N2 n’était pas enchantée d’y entrer sans moi mais en courageuse petite lionne elle a passé le pas de la porte en affichant un sourire contrit.

Hier soir elle me disait qu’elle préférerait une maman qui se couche toute seule. Que lui répondre sinon que je comprend, que j’aimerais me coucher seule moi aussi, que ce n’est pas toujours facile mais qu’il faut faire avec.

Faire avec.

Imposer à mon entourage de faire avec est peut-être le plus difficile pour moi. Je n’ai rien cherché, rien voulu ni rien demandé. C’est arrivé. Je dois faire avec. Mais les autres …

Pendant que j’écris ce billet au bas des sept marches qui me séparent toujours de ma fille le téléphone sonne. La maîtresse de Vie N2 a lu le mot où j’expliquais que, faute d’accessibilité, je ne pourrais pas me rendre à la réunion de parents d’élèves, que j’aimerais tout de même la rencontrer et qu’il nous fallait trouver une solution. Elle viendra à mon domicile. Cela ne s’est jamais fait. Je suis l’exception qui confirme la règle.

Il faut faire avec !

De l’inaccessible à l’adapté ou comment j’aime qu’on bidouille pour moi …

Cher Toikimeli, aujourd’hui je vais m’adresser à toi tout particulièrement. Tu dois savoir pour commencer que je ne souhaite de mal à personne. Je ne crois pas faire partie de ces gens qui détestent le monde entier parce qu’ils sont malades, pauvres, tristes ou handicapés … Je ne râle pas. Je ne me plains pas. Souvent je constate, j’explique, je discute mais toujours dans le souci de faire avancer les choses tu comprends. J’essaie autant que possible de rendre mon handicap léger à mes proches et crois moi ce n’est pas chose aisée pour une tétra digne de ce nom. Mais vraiment j’y travaille. Même si parfois j’ai envie d’envoyer tout le monde se faire foutre et de rester trois jours au fond de mon lit, je me retiens. Tu vas me dire c’est pour tout le monde pareil. Et t’auras bien raison.

Si je pouvais j’aimerais également rendre mon handicap léger aux autres, aux inconnus que je croise, aux bâtiments que je visite, aux chemins que j’emprunte … Mais c’est impossible. Ma carcasse à roulettes et moi, avec nos 200 kilos, nos bips et notre empattement, on ne peut pas se fondre dans le paysage. On s’impose. On gène aussi parfois. On bouscule. Bref on emmerde le monde ! En tous les cas c’est ce que je ressens souvent. Pas toujours heureusement. Mais souvent. Et c’est un sentiment difficile à vivre que d’avoir l’impression de déranger, de ne pas être à sa place, simplement parce que ta jolie petite moelle épinière a été broyée dans un putain d’accident de voiture. Le genre de galère qui pourrait t’arriver à toi aussi sauf que non, toi tu penses que ça n’arrive qu’aux autres. Et tu ne te gènes pas pour blâmer celui qui conduisait la voiture ce soir là. Evidemment toi t’es parfait et quand tu picoles tu laisses toujours le volant à un(e) sobre. Mais c’est pas de ça dont je vouais te parler, j’y reviendrai une autre fois pour ton plus grand plaisir, Toikimeli, je le sens.

Ce que je voulais aborder aujourd’hui avec toi c’est la question de l’accessibilité. Quoi tu t’en vas ? Mais non restes c’est plus intéressant qu’il n’y paraît tu vas voir … Parce que avant j’étais comme toi, j’en avais rien à battre de l’accessibilité, je ne m’étais jamais posé la question de savoir si il fallait une rampe à la mairie du coin et je trouvais complètement con d’avoir un ascenseur au lycée dont on ne pouvait pas se servir. Je marchais, courais, sautais et franchissais élégamment tous les obstacles (oui j’étais élégante, de toute façon tu ne me connaissais pas donc bon je dis ce que je veux). Et puis BAM me voilà handicapée par une bonne grosse tétraplégie. Je ne fais pas les choses à moitié moi, c’est tout ou rien !!! Et là je n’ai pas fait dans la dentelle, c’est carrément THE summum dans la catégorie blessés médullaires, le top du top ! Et quand un truc pareil te tombe sur le coin de la gueule tu te retrouves soudain dans un no man’s land, une étrangère dans un pays inconnu jusqu’alors et qui s’appelle Validité. Voilà c’est exactement ça, tu débarques en Validité, là où tu vivais avant sans le savoir. Le samedi tu culminais à 1,80 mètres et le dimanches tu te tasses au fond d’une charrette à roulettes. Tu captes alors toute l’utilité de la rampe à la mairie et de l’ascenseur au lycée. Ceux restés en Validité moins. Ou pas sous le même angle …

Car tu vois mon voyage en Validité a commencé il y a presque 20 ans. Je commence donc à avoir de la bouteille et j’estime être légitime pour parler de tout ça. Bien plus que tous ces ingénieurs et autres experts de l’accessibilité. Ils sont mignons avec leurs normes, leurs chiffres mais je crois bien qu’ils font un peu flipper les gens. Imagine une réunion de la CCI de ton bled où les commerçants sont invités à venir découvrir à quelle sauce ils vont être mangés en matière d’accessibilité. Là un mec, l’air grave, qu’on va appeler René l’ingé, leur balance :

– ‘ Bon les gars, ça va vous coûter un bras, ça va servir à 3 pèlerins par an mais c’est obligatoire … ‘

Faut pas s’étonner aussi si la petite fleuriste ou le vieux cafetier se mettent à détester les 3 handicapés qu’ils voient dans l’année. Mais qu’ils se rassurent ça fait 40 ans qu’on attend, 10 ans que la ‘ vraie ’ loi est passée et on nous repousse encore la mise en accessibilité obligatoire de 3, 6 ou 9 ans. Tout va bien en Validité, dormez tranquilles braves gens, les petits handicapés sont coincés chez eux pour un moment encore … À moins qu’ils n’en puissent plus d’attendre. À moins que ce soit les petits handicapés qui interviennent dans la CCI de ton bled pour expliquer ce dont ils ont besoin et pourquoi c’est si vital, pourquoi ils sont en boucle depuis quelques mois … En voilà une idée qu’elle est bonne ! Si j’explique à la petite fleuriste que j’adorerais choisir moi-même les bouquets que j’offre mais qu’à cause des 5 marches devant sa boutique je préfère les commander sur Interflora, elle comprendra peut-être l’utilité d’acheter une rampe ou de modifier son entrée. Surtout que des bouquets j’en achète au moins deux par mois … Fais tes comptes petite fleuriste !!!

Toikimeli je sais ce que tu te dis. Tu m’accuses d’être de mauvaise foi et je veux bien le comprendre car on ne peut pas dire que rien n’a été fait, c’est bien ça ? Et tu n’as pas tort. Certains font ce qu’il faut, même plus parfois. Quand d’autres ne font rien et pire, cherche toutes les excuses du monde pour échapper à la loi.

Mais qu’on s’entende bien, Toikimeli, je ne te parle pas de rendre accessibles les tours de Notre-Dame ou de mettre un ascenseur au cœur du Mont-Saint-Michel. Je ne te parle pas d’obliger le commerçant du coin à mettre ses toilettes au rez-de-chaussée au risque de perdre la moitié de son espace de vente. Je te parle de cohérence, de raison, et lâchons le gros mots : de SOLIDARITÉ !

notredame

Contrairement à ce que beaucoup pense, l’handicapé lambda n’est pas exigeant. Il souhaite juste vivre. Ne t’en déplaise, Toikimeli, l’inaccessibilité m’empêche de vivre ! Et moi je refuse d’être morte. En tous cas pas tout de suite. Regardes ce blog et lis bien tous les petits panneaux : http://nonaureport.tumblr.com … Personne ne demande à aller sur l’Everest ou visiter le cratère d’un volcan. Pas de Venise, pas de Muraille de Chine. Non simplement l’école, la discothèque et comble de tout, la pharmacie ou le médecin !!! Y’a pas un souci quand même ? Non ?

Je te disais donc que mon voeu le plus cher en matière d’accès universel (oui je vise l’univers tout entier et alors vaut mieux prévoir !) ce n’est pas de visiter à tous prix les chefs d’oeuvre de l’art gothique ou roman mais de pouvoir emmener ma fille jusque dans sa classe le jour de la rentrée par exemple. Légitime, non ? Pour ça nul besoin de casser quoi que ce soit, une petite rampe en alu qu’on stocke derrière la porte et le tour est joué. Sauf que ce n’est pas si simple. Il y a les nÔÔÔrmes. Celles pondues par René l’ingé qui à mon humble avis n’a jamais vu un handicapé de sa vie. Ou alors de loin. Ou en photo. Et elles font peur ces nÔÔÔrmes. Parce qu’elles sont mal expliquées, mal amenées.

Un exemple tout bête : pourquoi faut-il rendre accessible tous les appartements d’une résidence au risque de perdre de la surface ? Ça s’entend. Mais lorsque la réponse est : un seul appartement suffit en rez de jardin je dis non. Pourquoi ? Bah peut-être parce que je veux vivre en dernier étage avec terrasse et pas à côté de la cage d’ascenseur et du local poubelle. On peut trouver un juste milieu, non ?

Bref tu auras compris Toikimeli où je veux en venir … L’accessibilité n’est pas qu’une volée de marches à détruire, c’est une volonté, un état d’esprit. Quand je te disais en début d’article que je ne veux de mal à personne, c’est la pure vérité. Mais ce serait malhonnête de ne pas te dire qu’un jour, tu pourrais bien rejoindre mon camp, te retrouver comme moi en Validité et te voir confronté à tous ces obstacles dont tu te balances aujourd’hui.  Tu parles des handicapés en disant « Eux », tu parles des vieux en disant « Eux ». Mais je te conseille de garder à l’esprit que « Eux » c’est toi demain et que ce que tu fais aujourd’hui pour ceux là te servira un jour ou l’autre.

Mr Air France

Voilà maintenant trois longs mois que j’ai n’ai rien balancé ici. J’ai pourtant beaucoup de choses à vous dire, beaucoup d’histoires à vous raconter. Mais je ne prends pas le temps. Pire, je n’ai plus le temps Et puis ce matin un article m’a fait bondir et prendre ma plume quelques instants. Son titre :

« AIR FRANCE TOUJOURS AU PLUS PRÈS DES PASSAGERS HANDICAPÉS OU À MOBILITÉ RÉDUITE »

Air France Boeing 747-100

Ah ouais ? Vraiment ? T’es sûr de ton coup là, Mr Air France ?

Je lis l’article et je découvre que depuis mai 2013 l’offre « SAPHIR » s’est améliorée avec la mise en place d’un numéro de téléphone dédié non surtaxé, une possibilité d’être rappelé via internet et une messagerie instantanée en ligne … blablabla …

Je continue ma lecture et je ne peux pas m’empêcher de vous citer un passage en particulier :
« Simplicité de réservation, équipements à bord adaptés et ergonomiques, formation des équipes au sol et à bord, comptoirs et bornes libre-service dédiés… de la réservation à l’arrivée à destination, Air France met tout en oeuvre pour faciliter le voyage des 400 000 passagers handicapés ou à mobilité réduite qui voyagent chaque année sur ses lignes. »
Là encore du blabla … Car si les équipes à bord sont en effet plutôt sensibilisées et apparemment formées au handicap, celles au sol sont … je ne sais pas comment le dire … alors je vous le raconte :

En avril dernier on est partit avec Chéri Coco à Miami. Wahou le voyage de dingue quand on a jamais pris l’avion. Juste 9 heures de vol à l’allé et 7h30 au retour. Installée en classe éco sur des sièges absolument pas pensés pour des petits culs de tétraplégiques. Bref pas la joie mais bon Miami quoi ! Faut le mériter ! Non ?

Un peu angoissée pour mes fragiles ischions, les deux vols se passent quand même bien et on atterrit à Paris le lundi matin, fatigués mais ravis de notre séjour.
Je vous explique quand même d’abord comment ça se passe quand t’es en fauteuil pour prendre un avion, surtout si ta charrette pèse 180 kg et qu’elle a des batteries. Car c’est vraiment un casse tête pour les gens des avions, ils te disent : « Oh la la comment on va monter votre fauteuil dans l’avion parce que bon il est vachement lourd, il faut du personnel et un élévateur et blablabla … vous comprenez c’est pas simple, … » Ok ok les gars je comprends, je passe d’ailleurs mon temps à tout comprendre mais quand même, vous déconnez un peu, non ?  On vous a prévenu il y a deux mois ! Et ils ajoutent « Oh la la et vos batteries, elles se débranchent, elles sont à quoi, au lithium ? »  Ok, bon, là t’as juste envie de lui répondre qu’ils peuvent peut-être regarder la putain de notice que tu leur à envoyée il y a deux mois ! Mais tu ne peux pas. Non. Parce que c’est ce même mec qui va monter ton fauteuil dans la soute, tu vois ce que je veux dire ? Alors tu fais ta mine de chat potté en t’excusant presque d’avoir un siiiii grooos fauteuil et de ne pas savoir à quoi tu roules … Heureusement qu’ils te demandent d’arriver trois heures à l’avance !

Je dois quand même avouer que malgré l’impression de faire chier tout le monde, surtout en France (je vous raconterai Miami un autre coup), tout est presque bien allé, jusqu’au retour …

Et là, c’est le drame !

Mon fauteuil, mon cher bon gros fauteuil électrique, un peu crade, un peu vieux mais tellement confortable, n’est pas avec mes bagages … Enfer et damnation ! Je suis assise sur une toile encore moins faite pour mon p’tit cul que les sièges de l’avion et je sens que ça ne va pas aller si ça traine trop longtemps
Mon accompagnateur, qui ne m’a pas dit bonjour et qui tire une gueule de dix pieds de long depuis qu’il m’a « prise en charge » (vous imaginez comme j’adore cette expression) me rassure et m’emmène à l’endroit de réception des bagages lourds. Pas de fauteuil à l’horizon, je me demande même si il ne s’est pas foutu de moi pour me faire patienter avec son histoire de bagages lourds. Bref.

Un peu inquiète, je laisse mon petit croque mort (avec qui je suis maintenant très intime suite à sa question : qu’est ce que vous avez eu ?) m’emmener jusqu’à un guichet derrière lequel un gentil monsieur (qui doit retrouver mon fauteuil donc oui il est forcément gentil) est assis et je l’écoute exposer notre souci. Vautré sur sa chaise, le gars qui n’est pas gentil du tout en vrai, feint de ne pas comprendre notre problème et répond sans jamais me regarder :

– « Va voir au comptoir d’Air France ! »

Ok, ok, ok … A ce moment précis je sens Chéri Coco qui se tend légèrement à côté de moi. Il est encore sous contrôle mais je sais que ça ne va pas durer. Le corbeau qui me sert de guide doit le remarquer également car il s’enjaille, comme dirait La Fouine, et nous conduit illico presto auprès d’un responsable d’Air France. Enfin un vrai gentil. Il nous écoute, nous comprend, je me dis chouette ça va vite se régler cette affaire. Mais ça n’aurait pas été marrant … Après quelques coups de fil le gentil monsieur d’Air France me regarde, solennel, et me dit sans ciller :

– « Quelqu’un a vu passer votre fauteuil, on ne sait pas où il est, on vous le fait livrer dès qu’on le retrouve. »

Je reste conne tandis que Chéri Coco cherche les caméras. Au bout de 30 secondes on comprend qu’il est sérieux. Je suis toujours conne et ne sais toujours pas quoi répondre … Ah si je lui dit « ça va faire lourd par la poste! » et lui me répond « Mais non on le met dans un taxi! » … Chéri Coco lui n’est plus du tout sous contrôle et demande si eux, tous, ne se foutraient pas un peu de notre gueule, s’il doit me coucher et m’attacher par terre dans la voiture, s’ils pensent qu’à mes heures perdues je rampe et s’ils vont venir masser mon p’tit cul de tétra quand j’aurai un escarre à cause de leur fauteuil pourri. Je trouve qu’il a de bons arguments des fois Chéri Coco. Et le gentil monsieur d’Air France doit y être sensible aussi puisque trois appels plus tard mon fauteuil est de retour. Ouf je commençais à me dire que ça allait faire cher un taxi jusque chez moi pour un fauteuil vide …

En discutant un peu, j’apprends que le personnel au sol a reçu une formation sur le thème du handicap. J’aimerais bien savoir ce qu’on leur a appris. Et aussi je me demande qui sont les mecs qui ont sorti mon fauteuil de la soute à bagages et l’ont mis dans un container sans penser une seconde que quelque part une personne l’attendait. Des débiles. C’est pas moi qui le dit, c’est le monsieur d’Air France.

Alors bon c’est bien sympa de pouvoir réserver, prévenir, être rappelé, tout ça, tout ça mais il faudrait peut-être s’activer sur le terrain. Même le Président des handicapés de France a eu des problèmes. C’est le gentil monsieur d’Air France qui me l’a dit. Mr Barbier si vous me lisez … ;)

Et pour ceux qui s’intéresseraient à mon p’tit cul dont j’ai beaucoup parlé,  je me suis couchée avec un bel hématome … Heureusement plus de peur que de mal mais une jolie cicatrice bleue en souvenir !

Article à lire ici : http://corporate.airfrance.com/fr/presse/actualites/article/item/air-france-toujours-au-plus-pres-des-passagers-handicapes-ou-a-mobilite-reduite/

Et s’il faut hurler …

194529919

Demain, et comme chaque année depuis 1982 en France, a lieu la journée internationale pour le droit des femmes. Pour 2013 l’ONU a choisi d’axer cet évènement sur le problème des violences faites aux femmes :

« Une promesse est une promesse : il est temps de passer à l’action pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes »
Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, déclare dans un message rédigé pour l’occasion que «toutes les femmes et toutes les filles ont le droit inaliénable de vivre à l’abri de la violence».
Evidemment je ne peux que me réjouir de ce choix, les femmes en situation de handicap étant en effet particulièrement exposées aux violences physiques ou morales.
Il faut pour cela comprendre qu’être une femme et être en situation de handicap, c’est comme subir une double peine. D’abord on est une petite chose fragile, puisqu’on est une femme. Ensuite on est une petite chose fragile, puisqu’on est handicapée. Bref à la fin, on est tellement fragile qu’il est très facile de nous casser !
Cette double discrimination est vraie dans toutes les sphères de nos vies, qu’elles soient publiques ou privées.
A l’école, au travail, à la maison, les femmes subissent des inégalités qui persistent encore aujourd’hui. Et elles sont encore plus vraies lorsqu’un handicap s’ajoute. Faire des études, trouver un emploi, devenir mère sont autant de projets légitimes mais trop souvent difficiles à mettre en œuvre.
Disposer de son corps lorsqu’on est lourdement handicapée est par exemple extrêmement compliqué et relève du parcours du combattant. L’information sur la contraception, la rencontre avec un gynécologue ou le fait simplement d’aborder le sujet de l’intime, du corps, de la sexualité peut s’avérer délicat en institution ou avec les parents. L’accès pur et simple à une table d’examen est parfois impossible et le personnel, la plupart du temps non formé, refuse d’apporter son aide. Et quand un professionnel refuse de prendre en charge une femme enceinte qui est en situation de handicap sous prétexte que « dans votre état on ne fait pas d’enfants » je crois qu’il n’est pas nécessaire d’en dire plus.
Alors des voix s’élèvent. Oh juste des murmures pour l’instant.
Sauf une. Celle de Maudy Piot.
Présidente de l’association Femmes pour le Dire Femmes pour Agir (FDFA), elle crie un peu trop fort ce que je ne pense pas tout bas. Féministe convaincue, elle pense s’exprimer au nom de toutes les femmes en situation de handicap. Mais elle se trompe.
Et notamment dans une lettre(1) adressée à François Hollande qui fait écho à celle envoyée par l’association CH(s)OSE(2) en février dernier demandant l’ouverture d’un débat sur l’assistance sexuelle, promis par le Président alors candidat à l’élection de 2012.
Elle a pourtant de belles idées, Madame Piot. Elle réclame, comme nous tous je crois, une société accessible, une sensibilisation accrue des jeunes enfants à la différence, une ouverture de l’espace public pour tous et avec tous. Elle affirme que dans ces conditions, nous, personnes en situation de handicap, pourront alors rencontrer des partenaires en exerçant notre « liberté de choix ». C’est chouette je trouve … enfin chez les Bisounours.
Sauf que moi je ne m’appelle ni Grosbisou, ni Groschéri. Et mes copines non plus. Nos prénoms sont Julie, Sandra, Karine, Marie, Emilie, Fabienne ou Amélie. Nous sommes toutes lourdement handicapées depuis notre naissance ou suite à un accident de la vie. Et toutes, nous n’avons pas eu accès à nous même depuis 15, 20, 30 ans. Ou même jamais. Bien sûr nous sommes lavées, vidées, sondées, mobilisées, levées, couchées, assises, habillées. Mais jamais touchées.
Dans son courrier Madame Piot affirme que la demande est essentiellement masculine. Jusqu’à récemment peut-être. Mais entendez-vous, Maudy, ces murmures dont je parle plus haut ? Ces voix, fluettes, timides, parfois rythmées par un respirateur, qui s’élèvent doucement. Ces filles qu’on a fait taire sous le poids du tabou, des non-dits. Ces femmes aphones, pliées sous cette violence morale qui leur fait croire depuis toujours qu’elles sont des incapables.
Vous dîtes également que « la vie sexuelle et affective des personnes handicapées doit se vivre dans la dignité ». Il faudrait ajouter alors : et dans la frustration !
De quelle dignité parlez-vous ? Celle de ne pas faire appel à un service rémunéré ? Et si le geste est bénévole ça passe mieux ?  Non bien sûr ! Je rejoins ici Marcel Nuss qui résume ici très justement la situation :
« Décrypter, cela signifie qu’une femme (car dans l’esprit des opposants, c’est forcément une femme) qui pratique l’accompagnement sexuel bénévolement, c’est une sainte et si elle se fait rémunérer, c’est une pute ! ».
Pourtant cette histoire ne se déroule ni au paradis, ni sur les trottoirs mais bel et bien dans nos chambres, là où il faut selon vous attendre que le bus soit accessible, que le cinéma soit accessible, que la brasserie du coin soit accessible. Nous ne sommes pas des belles au bois dormant, nous sommes des femmes et nous sommes en vie !
Alors oui, Madame Piot, des femmes en situation de handicap réclament la mise en place d’un service d’assistance sexuelle. Les hommes n’ont pas l’apanage des pulsions sexuelles, des besoins sensuels, des gestes essentiels. Et s’il faut le hurler, nous saurons retrouver nos voix.
En voici déjà quelques unes :
Amélie Laguzet – Tétraplégique depuis 1995
Mélinda Suvée – Porteuse d’une glycogénose de type II appelée aussi « Maladie de Pompe »
Laetitia Rebord – Porteuse d’une amyotrophie spinale
(1) Retrouvez ici la lettre de Maudy Piot : http://www.femmespourledire.asso.fr/
(2) Retrouvez ici la lettre de l’association CH(s)OSE : http://www.chs-ose.org

A ceux là …

Il y a …
Il y a ceux qui ne voient en moi que celle que j’ai été. Ceux là me croient différente.
Il y a ceux qui ne voient en moi que le handicap. Ceux là me croient triste.
Il y a ceux qui ne voient en moi que l’immobilité. Ceux là me croient incapable.

A tous ceux là je crie : ouvrez vos yeux, voyez qui je suis, comme je suis joyeuse à ma manière et combien de montagnes j’ai déjà soulevées !
Ne me croyez pas différente, je suis toujours la même.
Ne me croyez pas triste. Ma vie n’a rien d’un mélodrame. J’aimerais tant que vous puissiez voir combien la joie est présente dans ma maison et dans mon coeur.
Ne me croyez pas incapable seulement parce que je ne vous ressemble plus. Comme dirait Marcel Nuss je suis « autrement capable » et il serait bon que vous le voyez.
A vrai dire le seul moment où personne ne voit rien c’est quand je suis assise en voiture. Sur le siège passager, fenêtre ouverte, je redeviens normale aux yeux des autres. Il n’y a plus de roulettes, plus de mains tordues ou de pieds de travers. Cachée, à l’abri, on n’aperçoit de moi qu’un morceau normal, habituel, familier. Les regards ne se retournent pas, les gestes ne sont pas nerveux. Je peux être sereine et observer à mon tour toutes vos différences.
Quelle ironie quand on pense que cette même carcasse de voiture qui m’a brisée la nuque est aujourd’hui mon pare-handicap, mon bouclier de normalité.
Heureusement pour moi il y a ceux, rares, précieux, qui me voient sans que je ne doive être à l’avant d’une bagnole. Ceux qui ne disent pas :
– « Ha oui la dame en fauteuil ! »
Mais plutôt :
– « Ha oui la belle brune ! »
Quel bonheur d’entendre ça. Quelle joie de ne pas laisser de moi qu’un goût de ferraille. Je ne suis pas mon handicap. Je ne suis pas la rouille de mon fauteuil. Je suis cette belle brune qui un jour ensoleillé tenait sa petite soeur dans ses bras.

Vidée

image008
Noël est passé. La nouvelle année est là. L’euphorie des fêtes laisse place à un immense vide. Au lieu de reprendre les choses où elles étaient, de continuer tous ces jolis projets avec enthousiasme, je me laisse envahir par la mélancolie. Elle s’écoule, sournoise, dans chacun de mes interstices. Alors j’ai froid. Malgré le feu qui crépite. Malgré les couches de douceur. J’ai froid, je grelotte et j’ai mal. Mon ventre, mon dos, mes yeux, ma tête. Tout est douleur. Tout est souffrance. Et je ne me reconnais pas. Je ne veux pas être celle là, je ne suis pas celle là qui se plaint et qui geint pour un rien. Celle qui sombre. Celle qui tombe.

Allo Docteur, bobo ! On traite, on avale, on badigeonne, on soigne. Allez ma p’tite dame, faut pas vous laisser aller ! Mais non vous me connaissez c’est pas mon genre !Mais comme la vie est chienne, parfois. Elle vous donne des espoirs, on croit être en croisière sous un soleil radieux. Tu parles Charles ! On est en fait en plein dans l’oeil du cyclone. On vit ce tout petit moment de répit comme une situation acquise parce qu’on ne sait pas, on ne se doute pas un instant de ce qui va déferler sur nos têtes, sur nos vies.Oh il n’y a pas mort d’homme me direz-vous ! Et bien si justement. Les Parques, ces salopes, ricanent en effilochant la destinée d’un être qui m’est chair. Je me demande parfois si Nona, Decima et Morta n’ont pas tiré au sort une famille en se disant :

– « Ceux là on va les faire chier et on va bien rigoler !!! »

Et paf c’est tombé sur nous !

Mais ces trois conasses sont tombées sur un os. Parce que chez nous on ne sombre pas. On ne tombe pas non plus. On trébuche à peine. Et on se relève pour mieux se battre. On resserre les rangs. On ne dit rien mais on n’en pense pas moins. Chacun à sa place. Comme toujours.

Souviens toi simplement qu’en hiver
Sous la neige glaciale

 

Repose cette graine qui grâce à l’amour du soleil

 

Au printemps deviendra une rose.
 

Brouillée

Noël est là. 
Il me semble pourtant que l’été vient à peine de se terminer. J’entends encore le rires des Vies sur la plage de galets. J’aimerais être fin aout et laisser le soleil chauffer mon intérieur, ma chair et mes os. 
Aujourd’hui il n’y a pas de feu dans le poêle. Chéri Coco et les Vies sont partis profiter des festivités qu’offre cette période si particulière. Marché de noël, vin chaud et balade en calèche. Tout un programme que je fuis comme la peste. Je suis restée at home sous mes nombreuses couches de bas, chaussettes, leggings, pulls, vestes, … Un coup de fatigue bien tombé pour éviter le supplice. 
Emmitouflée.
Sous mes épaisseurs, bien à l’abri, je me laisse aller à ma mélancolie naturelle. Taciturne, j’ouvre une petite porte à mon côté obscure, qu’il se dégourdisse un peu les pattes. Juste un peu. Parce qu’il ne faudrait pas sombrer. Surtout pas.
Et l’écriture, toujours, pour exprimer les maux du ventre et vomir-écrire le trop plein des festins émotionnels.
Embrouillée, brouillée. Emmêlée, mêlée.
Noël est là. 
Il sera sublime. Famille réunie, enfin. Joie des enfants de se retrouver dans une joyeuse promiscuité. 
Noël est là. Et nous aussi.

Quand l’ANPE vivait encore

Un jour j’ai voulu travailler. J’avais royalement foiré mes études universitaires en histoire de l’art parce que pour ne pas faire comme tous mes petits collègues handicapés que je détestais profondément, j’avais préféré m’installer à une heure de bus de la faculté. Tout était bon pour ne pas m’y rendre : le froid, le chaud, le monde, … Et pour m’encourager dans ma fuite on m’avait offert un précieux sésame : une dispense d’assiduité. Evidemment cette dispense voulait dire qu’en cas de soucis REEL je pouvais manquer 1 ou 2 cours. J’ai entendu pour ma part : RESTE CHEZ TOI SALE FAINEANTE ! Ce que j’ai fait sans scrupules !

Mais là n’est pas le propos.

Je vous disais donc qu’un jour j’ai voulu travailler. Je commençais à bidouiller mon ordinateur, à aimer y créer des trucs et des bidules. Donc, pas bête la guêpe, j’ai opté pour une formation en infographie. Je passe des tests, que je réussi avec brio (je vous ai dit, pas bête la guêpe) et je vais avec mon petit papier  qui dit OK ON VOUS PREND MEME SI VOUS ETES UN PEU FAINEANTE voir la Madame de feu l’ANPE.

Déjà à l’accueil je sens un malaise. Je veux prendre un ticket, être un numéro et attendre mon tour comme les autres mais le gros monsieur derrière la vitre bondit tel un félin (bon plutôt comme un lion qui viendrait de s’envoyer trois gazelles) et se plante devant moi. Un peu effrayée je commence à vouloir lui expliquer le pourquoi du comment de ma venue mais il me coupe la parole et gueule en direction du fond du couloir :

« Mireille, t’as une PMR ! »

Qu’est ce qu’il dit le gros lion ventripotent ?

C’est quoi ça PMR ? Une Petite Merdeuse à Roulettes ?

Là Mireille arrive et je comprends que ça ne va pas être simple. Comment dire … Elle m’a tout l’air d’être une vraie connasse chieuse emmerdeuse … bref ça va pas être simple.

Après m’avoir indiqué le chemin jusqu’à son petit bureau de connasse, Mireille me demande d’un air enjôleur ce qu’elle peut faire pour moi. Je lui explique mon projet et lui demande gentiment de me filer 25 000 francs (oui on est en 1998) pour financer la moitié de ma formation et que je suis venue sur les conseils de la Madame de l’AGEFIPH et que il paraît que ça se fait de donner des sous pour ça. Et là, cette connasse de Mireille me dit :

« Ah mais vous savez le multimédia, l’infographie, tout ça, c’est saturé, y’a pas d’avenir là dedans ! »

Merde je regarde le calendrier et je constate qu’on est toujours en 1998. Alors je dis :

« Arrggghhhhh »

Et elle dit :

« Et puis avec ce que l’état vous donne, vous feriez mieux de rester chez vous, parce que là, les transports, tout ça, ça va être compliqué pour vous ! »

Alors je dis :

« Re arrrggghhhhh »

Et je pars. Je pars en pleurant. Avec des arrrrggggghhhhhh plein la gorge et un sursaut de lucidité : PMR ! Ca veut dire Personne à Mobilité Réduite.

Merde !

Quelques fragments de seconde

Tous les jours je me réveille valide. Pendant quelques secondes je crois pouvoir basculer sur le côté, me caler contre mon mari endormi, emboiter mon corps avec le sien, lui caresser le visage et lui murmurer combien je l’aime et qu’il est temps de se lever. Je crois pouvoir m’étirer, m’asseoir au bord de mon lit puis me lever en baillant. Je crois pouvoir aller aux toilettes, faire mon pipi du matin, me laver les mains et me passer un peu d’eau sur le visage. Je crois pouvoir mettre en route la cafetière, dresser la table du petit déjeuner, pour enfin aller réveiller mes filles. Je crois pouvoir passer mes doigts dans leurs cheveux d’ange, embrasser leurs petites joues rondes et tièdes, leur dire combien je les aime et qu’il est l’heure de se lever.

Ces quelques fragments de seconde sont merveilleux.

Ceux qui suivent sont cruels.

Car tous les jours je me réveille handicapée. Je ne me cale pas tout contre mon mari. Je ne le vois même pas. Je suis sur le dos, comme toutes les nuits et c’est le plafond qui compose mon horizon.  Je ne lui caresse pas le visage mais je le pousse doucement sans le sentir en lui demandant de se réveiller. Je ne m’assied pas, ne m’étire pas et ne me lève pas non plus. Je baille. Je ne vais pas aux toilettes faire mon pipi du matin. J’attends l’infirmière qui va arriver pour mon sondage urinaire. Je ne fais le déjeuner de personne et c’est mes filles qui viendront me rejoindre dans mon lit en criant qu’il est l’heure de se lever.

Chaque jour ce sont les mêmes rituels, les mêmes gestes qui rythment mes matins, mes midis et mes soirs. Comme tout le monde me direz-vous. Et bien non. Tout mon quotidien est organisé, minuté par les interventions des auxiliaires de vie, de l’infirmière ou du kinésithérapeute. L’imprévu n’a pas sa place chez moi.

Malgré ces contraintes, ces moments difficiles où je ne suis pas mère autant que je le voudrais, épouse autant que je le pourrais, je suis heureuse et j’estime avoir réussie ma vie de femme du mieux que j’ai pu. Pourtant cette « réussite » a un goût amer tant on me fait comprendre qu’elle n’est pas normale.

Comment se fait-il que dans mon état j’ai pu trouver un homme ? Et qui plus est valide ! Et qui m’a demandé en mariage! Il doit être bizarre pour vouloir partager sa vie avec moi, un peu pervers non ? Ou alors il profite de mon fric ! C’est ça, il profite de moi !

Et mes enfants ? Evidemment ce ne peut-être que par insémination artificielle ! Qui voudrait fourrer une handicapée ? Oups je suis vulgaire … mais bien moins que ceux qui nient ma sexualité en supposant par l’affirmative que je ne suis pas baisable !

S’ils savaient !

La première fois que j’ai su que tout allait bien aller pour ma santé sexuelle, j’étais en centre de rééducation et mon petit ami paraplégique avait ses doigts en moi. Miracle, je les sentais. Oh pas comme avant bien sûr, pas si nettement. Mais suffisamment pour me donner du plaisir. Un plaisir différent mais un plaisir valable.

Et puis le temps est passé. J’ai redécouvert mon corps à travers les yeux d’un autre, à travers deux grossesses aussi, et j’ai vu ce dont il était capable, ou plutôt ce dont J’étais capable !

Mon handicap est aujourd’hui une particularité, un aspect de moi dont je ne peux me défaire, et parfois même un ami. J’aimerais tant qu’il ne soit plus un obstacle dans mon rapport aux autres, au monde. Mais il me semble que le moule de la normalité, de la perfection, est encore bien étroit pour que lui et moi puissions y entrer.

Voilà pourquoi je monte au front, pourquoi depuis quelques temps je ne parle que de moi, de mes difficultés et que j’ose aborder les sujets de la vie affective et de la sexualité des personnes en situation de handicap. Parce que le sexe, c’est la vie. Parce que nos différences, nos déficiences ,ne devraient pas nous amputer de notre humanité. Ni anges, ni monstres, seulement humains.

Avant toi

Avant toi j’ai cru vivre seule. Toujours. Malgré quelques rencontres, quelques aventures aussi, j’avais la certitude que personne ne saurait partager ma vie.

Et pourtant.
Je priais chaque soir pour que ce plus grand que moi auquel je ne croyais pas vraiment  te mette sur ma route. Car vivre était possible, même immobile, mais pas seule.  Pas sans toi.
Jamais je n’ai réclamé de miracle. Juré, craché. Jamais je n’ai supplié qu’on me rende ce qui m’a été pris. Jamais je n’ai quémandé une autre vie.
Je n’ai réclamé que toi. Je n’ai supplié que notre rencontre. Je n’ai quémandé que notre vie.
Et au détour d’un chemin, là où je m’y attendais le moins, peut-être au moment où j’étais prête à abandonner, tu es apparu.
Et je ne t’ai pas reconnu. Pas tout de suite. Pas comme je l’aurais voulu.
Mais ce plus grand que moi auquel je ne croyais pas vraiment avait vu juste. C’était bien toi. Toi et moi. Comment aurait-il pu en être autrement ?
Tu vas détester ces mots, ces phrases. Tu vas détester que je parle de toi. Tu vas détester que je dise tout haut ce que tu sais tout bas.
Alors je vais en rester là.
Ah oui, attend,  juste une dernière chose : J’te kiffe plus que Rajon Rondo !

En images …

Il y a un moment déjà que l’idée de poser pour un(e) photographe me trotte dans la tête. L’envie ou peut-être même le besoin de me confronter à ma propre image et au regard des autres est de plus en plus présent dans mon esprit. Pire, j’ai des idées d’exposition, de femmes, de nudité, de handicap et de tabous à faire valdinguer. Je crois fermement au pouvoir des images, tant pour l’acteur que pour le spectateur.
Et voilà qu’au détour d’une page facebook je découvre Miss Buffet Froid, une photographe montpelliéraine dont le travail me touche, me parle et m’attire comme un aimant. Profitant d’un séjour dans le sud je décide de la rencontrer pour confirmer mon impression même si je savais déjà ce qui allait se passer. Et ça n’a pas loupé ! Nous voilà embarquées dans un projet photographique qui prends aujourd’hui une jolie tournure. 
Certains targueront sans doute cette affaire de voyeurisme, d’autres n’y verront pas d’intérêt. Loin de vouloir faire du sensationnel, il me semble que le moment est venu, pour moi, et pour d’autres aussi, de revendiquer une place dans cette drôle de société. Il me semble que nous tous, handicapé(e)s, avons depuis trop longtemps laissé les autres décider à notre place. Il me semble enfin que la femme handicapée que je suis a le droit d’exprimer, de crier, d’hurler toute sa colère face à ce monde sourd et égoïste.
Bien sûr je pourrais parler, expliquer, argumenter. Je le fais d’ailleurs au sein de l’APF et bientôt à travers mon tout nouveau bébé AREFH. Mais je ne crois pas que cela suffise. Comme je l’ai dis plus haut le pouvoir de l’image me semble bien plus fort que celui des mots dans cette société où paraître permet d’exister. Alors si il faut me déshabiller pour qu’ils me voient je le ferai. Quand ils auront vu, je pourrai parler.
Découvrez notre projet « Elles » sur facebook

Avant l’heure

Septembre commence tout juste et déjà je me sens en automne. Pourtant ces derniers jours, chauds et ensoleillés, devraient me laisser un gout d’été indien. Mais non. En moi les feuilles tombent déjà, les couleurs passent du bleu azur au vert émeraude, du jaune citron au rouge grenat. Et je me réjouis de cette nouvelle saison qui arrive, des corps qui vont se cacher sous la laine, se blottir encore plus et trouver refuge au coin du feu. Alors, avant l’heure, je donne à mon blog mes nuances intérieures. 

Le corps des femmes

J’ai osé. C’est ici ! Ou là :

Un jour j’ai marché grâce à de longues jambes. J’ai été grande et fine, même presque trop. J’ai eu une petite poitrine mais personne ne s’en est jamais plaint et de longs cheveux noirs et bouclés ont couvert mes larges épaules. De mes origines espagnoles j’ai hérité de généreuses hanches et de bonnes cuisses et je me suis entendu dire souvent que j’avais de belles fesses. Je n’étais pas la plus jolie mais j’avais toute la splendeur de mes seize ans, quand le corps oscille entre la fillette et la femme, qu’il n’est plus ni tout à fait lui même, ni tout à fait un autre. Je ne savais d’ailleurs pas moi même qui j’étais, en équilibre instable au bord d’un précipice dans lequel je suis finalement tomber.

La chute fut rapide. Des phares dans la nuit, un froissement de tôles, la nuque écrasée et la moelle épinière en bouillie.

La jeune et jolie adolescente que j’étais est morte dans ce gouffre.

A l’aube de mes dix-sept ans on a rasé mes longues boucles noires pour me visser le crâne à un poids de 2 kilos. On a percé ma gorge pour y introduire la canule qui allait me permettre de vivre. On a troué les côtés de mes petits seins pour y enfiler des drains et vider mes poumons emplis d’une eau mortelle. On a fait descendre par mon nez et jusqu’à mon estomac un long serpent nourricier. On a piqué mes bras de mille aiguilles salvatrices.

La femme tétraplégique que je suis est née dans ce service de réanimation.

Depuis je ne marche plus et mes jambes se sont amaigries. Je suis toujours aussi grande mais seulement allongée car assise dans mon fauteuil je suis constamment la tête en l’air et j’observe le monde comme une enfant de 8 ans. Ma poitrine s’affaisse sur les côtés de mon torse et mes longs cheveux noirs et bouclés cachent lalongue cicatrice qui orne désormais ma nuque. Mes hanches et mes fesses s’étalent sur mon coussin anti escarres et on ne me complimente plus sur elles. Je ne suis toujours pas la plus jolie et je suis loin d’avoir toute la splendeur d’une femme de 34 ans, quand le corps est encore beau malgré le temps qui passe.

J’ai longtemps détesté ce corps immobile, inconnu. Je l’ai regardé avec mépris, je l’ai maltraité par omission, le laissant à l’abandon comme un jardin que l’on n’entretient pas. Je l’ai trouvé encombrant, moche, inutile, dérangeant et j’ai souvent préféré rester seule plutôt que de l’imposer aux autres. Il y avait moi et il y avait lui. Moi et ce bout de chair …

Et puis il est arrivé une chose. Un événement que seul mon corps pouvait gérer et pour lequel il a bien fallut que je lui fasse confiance. Niché au fond de ce ventre flasque un petit être s’est installé.

Sans encombres, naturellement, facilement, par voie basse, comme vous toutes, comme une femme, ni handicapée, ni inutile, ni encombrante ou dérangeante … Deux fois j’ai mis au monde un bébé.

Deux fois. Deux filles.

Alors je me suis un peu réconciliée avec lui. Un tout petit peu. Suffisamment en tous cas pour continuer, avoir envie de m’ouvrir, me revendiquer comme mère et femmeavant toute autre chose. Et oser partager mon histoire avec vous. Et à ceux que cela dérange je citerai une phrase, juste, d’Elisa BLANDAU « Que les voyeurs passent leur chemin, j’étale, certes, mais c’est pour construire ».

Ses ailes de géant l’empêchent de marcher …

Le corps fatigué, l’esprit embrumé, mon ventre se tord, symbole de mon impatience à ne savoir que faire. Ecrire, lire, regarder, écouter, rien ne suffit à ôter cette vilaine sensation d’inutilité. Je roule d’une place à l’autre en tentant de trouver comment occuper mon esprit assoiffé d’une eau hors de portée. Je veux faire, produire, créer.  Je veux vivre ce pourquoi je suis là. Je ne veux plus attendre. J’ai les ailes entravées, ligotées, brisées. Elles pendent à mes côtés, noires de poussière, usées à un point tel qu’elles semblent faites de dentelle.

Il n’en est pourtant rien.
 
Mes ailes étaient solides, blanches, éclatantes et bien ancrées dans mon dos. En plein envol, je les ai froissées dans un fracas assourdissant, écrasées sous un amas de tôles, broyées par mon inconscience. Si les ailes trop grandes du goéland de Baudelaire l’empêchent de marcher, c’est le poids des miennes, inertes,  qui m’empêche d’avancer. Comme lui, si majestueux dans les airs et si gauche sur terre, j’ai l’impression de ne plus être à ma place, animal inutile au milieu des hommes, hors du temps, hors du monde, hors de tout.
 
Et pourtant celle que j’ai été, valide, productive, est toujours bien vivante. C’est elle qui brille au fond de mon regard. C’est elle qui survit dans chacun de mes gestes. C’est elle que je suis. Elle. Moi. La schizophrénie me guette. Qui suis-je ? Elle ou Moi ? Elle et Moi ? Nous ! Je comprends enfin.
 
J’ai décidé que ce billet serait le dernier. Le dernier où mon corps et moi sommes séparés. Le dernier aussi à dégueuler mes doutes, à vomir mes angoisses. Mes ailes ne me serviront peut-être plus à voler, mais elles sont toujours là, fragiles certes, mais toujours là et bien ancrées dans mon dos. Je vais les dépoussiérer, les raccommoder soigneusement et les fixer pour toujours à mon vieux cuir de sale handicapée. Déployées, elles ne me serviront certainement plus à m’élever mais à quoi bon voir le monde d’en haut quand tout est si merveilleux en bas.

Mon joli costume

Hier soir nous étions invités, Chéri Coco et moi, à un anniversaire auquel il fallait venir déguisé. Exercice assez difficile pour moi car le plus beau des costumes ne saurait cacher ce que je suis. Je ne pourrai jamais chanter cet incontournable refrain « Derrière mon loup je fais ce qu’il me plait, devinez, devinez, devinez qui je suuuiiis ! » Mais j’ai joué le jeu et j’ai enfilé la robe et les oreilles de Minnie.
La soirée s’annonçait plutôt sympathique quand un des invités est arrivé et a salué les quelques personnes avec lesquelles je discutais tout en prenant grand soin de m’éviter. Mal à l’aise, surprise, je n’ai rien osé dire mais j’aurais voulu crier « Je suis là, regarde moi, considère moi ! »
 
Cet exemple n’est qu’une goutte dans la mer des agissements douteux. Et toujours la violence de ces comportements déferle à l’intérieur de moi et m’anéantit. Toujours je me sens illégitime au milieu de ces bipèdes, de ces valides si valides, étrangère parmi les miens à cause de mes déficiences. Et toujours je voudrais ne plus être là, rentrer chez moi, à l’abri des regards et de ce monde qui semble ne pas me vouloir, ne pas me voir.

Car s’il ne s’agissait que d’un cas isolé je n’en ferais pas tout une histoire. Je ne suis pas du genre à m’offusquer. Mais c’est loin d’être la première fois.

L’exemple le plus flagrant est cette aide-soignante qui n’a jamais franchit la porte de ma chambre à la maternité, me laissant attendre jusqu’à 13h30 que sa collègue arrive pour m’aider à manger mon plateau-repas froid. J’ai su par la suite que c’était volontaire et non pas pour une histoire de planning surchargé. Elle ne voulait pas s’occuper de « l’handicapée du service ». Merde c’est moi …

Pourtant j’estime faire ma part du travail, donner le meilleur de moi pour me faire « accepter ». Je tente de rentrer dans le moule, de ressembler aux autres. Je suis souriante, ne parle jamais de mes « malheurs », répond aux questions même les plus déplacées pour faciliter le contact. Et pourtant rien n’y fait, je suis toujours à côté, en marge, pas en place. Les oreilles de Minnie n’y changeront rien.

Alors je cherche à comprendre. Et ce que je découvre me rassure et m’horrifie à la fois. Il y a quelques mois je vous en avais déjà parlé avec l’histoire de ma peau. Cette peau d’handicapée qu’on m’a forcé à enfiler, m’enfermant à jamais dans le vêtement d’une autre. Je vous ai dit les coutures épaisses, les ourlets colorés et les bobines de fils dévidées tout au long de mon chemin.

 
Avec le temps cet habit inconnu devient plus confortable. Lui et moi faisons corps. Corps à corps. Peau à peau. On fusionne et c’est enfin bon. Et pourtant c’est bien lui la cause de tous mes malheurs. C’est de ce costume dont vous avez peur. Une peur viscérale. Une peur qui vous pousse à m’ignorer pour mieux la contrôler. A ne pas me saluer. A ne pas me regarder.
 
Ce costume c’est la différence. Cette image que je vous renvois et que vous n’aimez pas. Celle de la faiblesse, de la maladie et de la mort. Tout ce que vous fuyez à vrai dire. Etre fort, en bonne santé, invincible et éternel, voilà votre quête. Pourquoi s’attarder sur cet être si étrange qui n’est ni tout à fait vivant, ni tout à fait mort. Sinon pour vous rassurer, relativiser et vous dire combien votre vie n’est finalement pas si dure comparée à la mienne. Incroyable que la douleur des uns puisse faire le bonheur des autres. Mais tellement humain. Et tellement moi aussi, qui préfère être comme je suis plutôt qu’obèse ou aveugle. Qui se trouve bien lotie comparé à tant d’autres. Qui n’est finalement pas si différente de vous.

 

A l’origine

J’ai écrit ce billet en mars dernier. On pourrait presque dire que je l’ai vomit. Et puis je l’ai laissé de côté car l’avoir là dans un petit coin me suffisait. Mais la vie force parfois les choses et finalement je dois le publier. Il le faut comme une réponse inutile à celle qui ne le lira pas. M’en fiche. 


Et si jamais tu me lisais quand même j’aimerais te dire … Rien … Ton regard ce jours de juin dernier a tout éclairé. Au moins je ne doute plus et je peux te laisser partir.Je me rappelle de mon enfance avec plus ou moins de précision, comme tout le monde j’imagine. La plupart de mes premiers souvenirs sont sans doute le fruit des histoires qu’on m’a mille fois racontées. Mes premiers pas maladroits. Mes premiers mots. L’arrivée de mes frères. Les bêtises, les sourires et tout le reste.

Je suis la première petite-fille de la première fille de ma grand-mère maternelle. Vous me suivez ? Et en tant que premier petit-enfant, première nièce aussi, j’ai été adorée à un point que vous ne pouvez pas imaginer. On m’a choyée, changée, habillée, chouchoutée à l’infini. J’ai été une merveille et même un soleil. Ma famille maternelle est espagnole voyez-vous, mes grands-parents sont arrivés en France en 1962 et se sont installés dans notre belle Franche-Comté. Mais leur coeur est resté de l’autre côté de la Méditerranée, à Ceuta, petite enclave hispanique en territoire marocain. J’ai donc grandit dans une Espagne reconstituée en pays comtois, entre les chapelets de chorizo et la vierge Pilar, bercée par une langue qui chante et qui rit aux éclats à chaque virgule, câlinée par une Mama d’un mètre cinquante à la poitrine généreuse et à l’odeur épicée.
 
On m’a appris à chanter :
 
« Papá, mamá,
Periquito me quiere pegar.
¿Por qué?
Por na,
por una cosita que no vale na:
por un pimiento,
por un tomate,
por una onza
de chocolate. »
 
J’ai bu du « leche » et mangé du « potare », des « tortillas de patatas » et des « albondigas ». Chaque fois qu’elle me couchait ma grand-mère murmurait « Hasta mañana si Dios quiere » et dieu l’a toujours voulu. Tous les matins elle était là avec son tablier bleu noué autours de la taille et prête à m’installer à la table du petit déjeuner dressée avec soin. Et tout était prétexte à chanter, à danser et à rire. Et tout était joyeux. J’ai eu une enfance idyllique. 
 
De son pays, ma grand-mère a ramené toute la fierté des femmes du sud, celles qui ne s’en laissent pas conter, celles qui savent mener une famille sans en donner l’air et qui font croire aux hommes qu’ils dirigent le monde. Je l’ai dominé, encore valide, de mon mètre quatre-vingt et pourtant je me sentais petite, presque minuscule à ses côtés. Enceinte, elle a quitté sa patrie avec trois enfants sous le bras pour rejoindre son mari sous la neige de décembre. Elle a été mon modèle, ma muse, mon exemple à suivre. Elle a même détrôné ma mère dans mon coeur d’adolescente. 
 
Et puis les choses sont arrivées. Une fois. Deux fois. Trois fois. Irréversibles.
 
Je l’ai tant aimé que j’éprouve le besoin impérieux d’en parler, presque contre mon gré. Mon amour inconditionnel, toujours vivant, cohabite avec une incontrôlable aversion qui met mes tripes à mal à chaque fois que mes pensées vont vers elle. Car elle m’a abandonnée comme on abandonne un chien à la veille des vacances, parce que finalement il nous emmerde plutôt qu’autre chose, il aboi trop fort et il n’obéit pas. Elle a fait un choix qu’on ne lui a pas imposé. Après tout comme un clébard mal aimé j’aurais pu attendre la fin du voyage, qu’elle vienne me récupérer à la pension canine. Mais non. Elle m’a attachée au poteau et s’est barrée sans se retourner. Elle a préféré l’obscurité de son clan, de ce qu’elle croit protéger, à la lumière éclatante de la vérité. 
 
Evidemment je m’en veux de déballer ça ici. Je trouve ma démarche pitoyable et je ne sais même pas si je  pourrai poster ce billet. Je ne règle pas mes comptes puisque la facture est déjà payée. Cette grand-mère n’existe plus, ni dans mon coeur, ni dans mon sang. Elle a disparu avec toute cette Espagne, toute cette moitié de moi qui ne peut pas survivre. J’essai pourtant. Je lance des  » Que bonita la niña » à mes deux Vies mais sans conviction.  Le coeur n’y est pas et ça me rend triste. Mes filles vont manquer d’elle, de cette grand-mère que j’ai tant aimé. Mes filles ne sauront pas sa chaleur ni son odeur. Mes filles ne connaîtront pas toute cette partie de moi. 
 
Cette histoire est finalement une histoire de femmes. Une destinée de femmes comme on peut lire dans les romans. Une destinée de femmes comme il en existe tant. J’ose seulement espérer que mes deux survivantes, celles qui méritent vraiment mon admiration, celles que j’aime tant et qui ont été elles aussi abandonnées me pardonneront ces mots. Toutes les trois nous avons fait le bon choix, nous avons eu le  courage de dire « Non » et d’enfin mettre à l’abri nos filles de tous ces abominables secrets. 

Mise au vert

Si vous passez de temps en temps par ici vous devez souvent vous dire « Mince me suis plantée d’adresse ! » ou si vous me connaissez un peu mieux « Purée elle a encore changé de design ! ». 
Oui j’avoue j’adore changer la place des meubles, la couleur des murs, le service à café et les draps de bain. Seulement à force ça revient cher et Chéri Coco tout mignon qu’il est en a ras le bol de mes caprices. Alors je me déchaîne ici. Toujours je crois avoir le bon ton, la bonne couleur et puis … non ! 
Juillet sera donc vert tendre, comme ma belle Franche-Comté qui m’a terriblement manquée durant mon séjour à Uzès. Je suis définitivement opposée à vivre dans le sud, si ce n’est sur une plage en plein vent. 
Photo empruntée ici

Le jour où j’ai voté

Dimanche pour la première fois j’ai voté. Comme une grande.
Comme si il avait fallut tout ce temps pour devenir adulte, citoyenne, légitime.
Dimanche c’était aussi l’anniversaire de mon accident. Il a eu 17 ans.
17 ans de tétraplégie contre 16 ans et des brouettes de validité.
Ma vie en situation de handicap est maintenant plus longue que ma vie en situation de non-handicap.
Et ça me cause. Je ne sais pas expliquer pourquoi.
Et ça déborde de partout. Ça dégueule.
Et pour ceux qui me trouve déplacée je citerai Elisa BLANDAU :  « Que les voyeurs passent leur chemin, j’étale, certes, mais c’est pour construire ».

Un brin de causette

Aujourd’hui j’ai envie d’être un peu plus légère que ces derniers temps. J’ai envie de vous parler un peu de tout et beaucoup de rien. J’ai envie de causer pour ne rien dire comme si vous étiez une bonne copine que je ne vois pas souvent. Alors comme dirait Vie N°1 : prêt, feu, go, à vos marques, partez !!!

Je commence par mon jardin. En novembre dernier j’ai fait planter des centaines (oui oui des centaines) de bulbes,  plantes, arbustes, arbres et autres végétaux dans mon terrain. Et depuis j’attend avec impatience le printemps pour voir enfin à quoi ça va ressembler. Les premiers bulbes sont sortis mais n’ont pas encore déployé leurs pétales. J’arrive juste à deviner la couleur de quelques uns et je trépigne ! Et pour la première fois de ma vie je suis heureuse qu’il pleuve, ça arrose mes plates-bandes.

Dans la catégorie nature j’ai aussi envie de vous parler de mes Hirmente et de mon Nifflon. Vous en connaissez déjà l’inventeur, je vous en ai parlé ici. Et pour en savoir plus sur le concept je vous invite à vous rendre . Voilà maintenant que vous savez tout je peux vous résumer : ce sont des bacs de culture en terre. Mais attention pas n’importe quelle terre, de la vraie, de la pure, de la bonne : de la terre arable! Et dans laquelle tout pousse miraculeusement … ou presque. Voilà à quoi mes Hirmente ressemblaient l’été dernier :

 

Ils n’étaient pas très colorés car je les ai eu en fin de saison et n’ai pas pu y cultiver grand chose. Mais cette année je leur prépare un programme d’enfer : fraises, tomates, capucines, aromates … il me tarde de les voir dégouliner de fleurs et de fruits! Quant au Nifflon je ferai prochainement un billet rien que pour lui et les bébés tomates que j’attend d’y voir grandir.

Après la séquence jardinage j’ai envie de vous raconter à quoi j’occupe mes journées en ce moment. La plupart des gens pensent que je ne fais rien sinon dire des conneries sur Facebook, bouquiner ou squatter ma télé. Je reconnais ces bien-pensants aux réflexions qu’ils me font tous du genre « Viens manger samedi soir ça te sortira » ou « Je passerai boire un petit café ça te changera les idées ». J’adore!
Si le manque d’activités a été vrai et nécessaire à certaines périodes de ma vie j’ai quand même souvent trouvé de quoi stimuler mon esprit et remuer mes méninges. Par exemple je suis heureuse d’avoir créé l’association Amstaff Rescue qui est toujours active et permet encore aujourd’hui de sauver de nombreux amstaffs. Le digiscrap m’a également permis d’exprimer ma créativité et j’ai adoré faire partie d’une équipe de designeuses au sein d’une boutique comme je le raconte ici. Bref je n’ai pas toujours été une grosse larve inutile et surtout pas ces derniers mois depuis que j’ai décidé de changer les choses.

D’abord j’ai utilisé mes petites connaissances pour donner à Courtirey  et ses fabuleux jardins un endroit où s’installer confortablement. Maintenant il faut entretenir, actualiser et développer tout ça … de quoi m’occuper donc … !

Ensuite j’ai rejoint l’Association des Paralysés de France depuis quelques mois. Je vous l’avais dit ici j’ai eu un besoin immense de retrouver mes semblables, mes pairs, ceux à qui je ressemble malgré moi. Cette immersion me fait un bien fou, comme un retour aux sources. Je suis contente de pouvoir parler, discuter et échanger sur des problématiques qui me concernent et pour lesquelles je souhaite me battre : transport, accessibilité, autonomie, vie affective et sexuelle … autant de sujets qui m’interpellent et que je peux mettre en mots puisque je m’occupe du blog de la Délégation Départementale du Doubs que vous pouvez visiter ici. Je suis aussi chargée d’éditer le Zoom, journal envoyé régulièrement aux adhérents dont voici le dernier exemplaire à télécharger . Et beaucoup d’autres projets en cours dont je ne manquerai pas de vous parler en temps voulu.

Me voilà donc avec un emploi du temps de ministre et des journées presque remplies. Et mes deux Vies comblent le reste …

Je ne sais pas faire

Dans une semaine c’est le printemps et mon jardin s’éveille lentement sous les caresses des rayons du soleil. Après un rude hiver les minuscules narcisses, jonquilles, tulipes et autres jacinthes pointent le bout de leurs pétales sans toutefois oser s’ouvrir complètement. C’est que les nuits sont encore fraîches me direz-vous, en tous les cas c’est ce que MaMu m’a dit ce matin. Alors j’attend. Et j’espère ne pas être déçue. J’espère une explosion de couleurs, d’odeurs et de saveurs. J’attend d’être émerveillée. J’attend de ces petites fleurs des moments de joie sans avoir rien à leur demander.
Car c’est mon truc à moi ça. Je veux dire d’attendre. Attendre une attention particulière. Attendre un geste, un mot, du temps. Je crois que j’ai tendance à toujours trop attendre de tout et de tout le monde. Et surtout je rêve de pouvoir attendre des uns, des autres, du monde entier un geste, un mot, du temps sans avoir rien à dire, rien à formuler, rien à demander, rien à quémander, rien à supplier non plus.
Parce que mine de rien je passe ma vie à demander. Boire, manger, ouvrir, fermer, pisser, me lever, me coucher, me laver, me gratter, me coiffer, me, me, me …. s’il te plaît, merci, s’il te plaît, merci, s’il te plaît, merci, s’il te plaît, merci … à chaque geste, à chaque soif, faim, envie de pisser, de dormir, de me lever, de me laver, de me gratter, de, de, de … tout le temps, pour tout … je demande.
Parfois j’aimerais qu’on devine mes envies, qu’on aime mes passions, qu’on partage mes « j’aime ». J’aimerais ne plus demander de gestes, de mots ou de temps. J’aimerais ne plus avoir l’impression de voler la vie de l’autre pour vivre la mienne. Ne plus accabler l’autre de moi. En tous cas pour le temps qu’il passe à mes côtés. Son temps. Celui qu’il donne contre rémunération, celui qu’il offre par amitié, celui qu’il partage par amour, celui qu’il sacrifie aussi parfois. J’aimerais que l’autre m’anime comme une marionnette, qu’il m’incarne et que pour ce temps qu’il m’aura allouer il soit heureux que je sois heureuse. Qu’il soit joyeux de m’accomplir.
Mais cet autre ne devine jamais rien. Il faut dire que le temps est une denrée précieuse et que l’envie guide aujourd’hui chacun de nos actes. Qui veut faire des choses en allant contre son envie? Non pas contre son gré mais contre son envie? Pas grand monde. Et pourtant je n’arrive pas à me contenter d’un « Je n’ai pas envie. » Mon envie à moi ne vaut-elle pas autant que celle de l’autre? Ou alors mon impossibilité à l’assouvir seule m’oblige t-elle à la refouler, à y renoncer?
Après 17 ans de cette situation je me surprend toujours à espérer, à croire au monde et à mon monde en particulier. Là où j’aimerais n’avoir rien à dire, on me répond « tu n’avais qu’à demander ». Là où je rêve de complicité on me parle de manque de liberté. Là où je brandis la légitimité de ma requête on me dit « Je n’ai pas envie ». Alors si je veux que tout se passe bien il y a un moment où je devrai abdiquer, avouer que mes demandes sont vaines, inaudibles peut-être. Et renoncer. Renoncer à ce qui me compose, à ce qui fait que je suis moi. Seulement je crois que je ne sais pas faire.