Trop de « putain » et de « fuck » dans ce billet !

Putain j’ai foiré le calendrier de l’Avent. Je savais que les derniers jours seraient compliqués, entre mon départ pour rejoindre ma famille pendant les fêtes et mes lunes qui allaient débarquer. Ça n’a pas loupé, ça a même été pire que prévu et je voulais écrire un billet pour m’en plaindre. Ça aurait causer d’une histoire de cas contact, de Noël en famille compromis, de location de voiture et de lève-personne à annuler, de billets de train à échanger, d’auxiliaires de vie à réorganiser, de période de merde à supporter et de discours anti-vaccin à écouter sans broncher puisque tu n’es qu’un putain de mouton à la botte du gouvernement et de Big Pharma ! Mais finalement j’ai pu partir alors ma complainte de Noël est tombée à l’eau.

Ouais je voulais écrire un article pour me plaindre. Geindre sur mon sort de pauvre petite handicapée qui loue un « mini-bus PMR » trop petit et mal foutu, dans lequel elle doit monter grâce à des rampes en carton dignes d’une épreuve de Kho Lanta et voyager presque allongée. Râler de devoir impérativement réserver le train 48h à l’avance sous peine de ne pas avoir l’accompagnement en gare et ne pas pouvoir accéder à la rame. Garder le sourire devant les mines exaspérées des voyageurs qui doivent enlever leurs fucking valises de MA fucking place pour que je puisse simplement m’installer. Et leur dire merci putain.

Je suis fatiguée je vous jure de cette charge mentale de dingue liée au manque d’accessibilité de cette société égoïste qui n’imagine pas qu’un jour elle sera au mieux vieille, au pire complètement grabataire. Mes émotions envahissent tout et je n’arrive plus à relativiser. J’en viens à souhaiter aux gens de se casser la jambe pour qu’ils comprennent. Mais même là ils entravent que dalle, ils sont tout contents d’avoir priorité aux fucking caisses des supermarché, comme si ça pouvait compenser quoi que ce soit ou que ce serait une sorte de privilège. Je vais vous donner un scoop : je m’en bas les steaks d’être prioritaire ! Je veux juste me barrer le plus vite possible de ce calvaire où se mêlent pitié et condescendance. J’en peux plus de vos regards appuyés, de vos paroles déplacées et de vos gestes maladroits. Putain mais fermez la et regardez ailleurs si je vous mets mal à l’aise. Je suis overdosée.

J’entends les gens hurler à la privation de liberté parce qu’ils ne peuvent plus aller au cinéma ou au restaurant sans pass sanitaire. Ça me fait bien marrer quand t’as passé les trois quarts de ta vie à te demander si tu vas au moins pouvoir aller pisser là où tu te rends. La liberté de se déplacer et d’accéder aux bâtiments, aux services, à l’éducation, à l’emploi, aux loisirs … est refusée à des millions de gens en France sans que personne ne s’en émeuve et ce depuis des dizaines d’années et malgré des lois et des obligations. Mais c’est pas bien grave ce ne sont que des handicapés, des sous-citoyens, des situations tellement peu enviables qu’il suffit de les ignorer. On s’en fout ! Faudrait pas que ça gâche la fête. Démerdez vous les estropiés et les vieux et surtout, restez chez vous ! Et profitez-en pour vous faire vacciner, c’est vous les fragiles ! Et nous les bien-portants, les « en pleine forme Simone », on pourra continuer nos petites vies pépères. Putain mais ça me soûle !

La solidarité n’existe pas. Ou plus. Ou si peu qu’elle en devient exceptionnelle.

Je voulais écrire un billet pour me plaindre mais je ne le ferai pas. Il y aurait trop à dire et au final ça ne sert à rien. Mais putain que ça fait du bien de déverser un peu de boue ! Et c’est pas bien grave, demain je ne me souviendrai pas avoir écrit tout ça. Je serai en train de réfléchir à mes prochains déplacements et de stresser. Pourtant je ne veux pas me couper du monde. Je ne veux pas terminer ma vie seule et aigrie. Je ne veux pas perdre espoir. S’il fallait que je prenne une seule décision pour 2022 ce serait de rester présente au monde, de me sentir vivante encore. Mais c’est un peu ambitieux je crois, j’ai même pas tenu jusqu’au bout mon fucking calendrier de l’Avent. Putain !

Plus loin, plus haut, plus fort !

« C’est pas gagné mais j’y travaille ! ». Je pense avoir prononcé cette phrase un bon millier de fois. Au sujet de mon rôle de mère, d’amie, de fille, d’étudiante, de femme et de tous ces costumes qu’on enfile jour après jour. J’ai crié ce matin lorsque j’ai vu qu’à 8:41 ma petite lionne n’avait pas terminé son petit-déjeuner alors que son bus passe à 8:52. J’ai oublié de prendre des nouvelles de mon amie qui a de gros problèmes de santé. Je n’ai pas appelé mes parents depuis 10 jours alors que je m’étais juré de le faire chaque semaine. J’ai 3 formations en cours que je peine à boucler. Je suis en mode fantôme depuis plusieurs semaines, ignorant volontairement mes relations « amoureuses ». Et pourtant je travaille à ressembler davantage à qui je suis vraiment. Comme Sisyphe, je remonte sans cesse ma pierre, atteignant des hauteurs de plus en plus élevées. Il y a bien un moment où je vais trouver un endroit qui me conviendra, surement pas le sommet mais peut-être un plateau pas très loin, où je pourrai me poser et me satisfaire du chemin parcouru. Une place où je saurai expliquer plutôt que crier, où je prendrai des nouvelles et passerai un coup de fil sans avoir l’impression de déranger ou d’être trop en retard, où j’assumerai de réussir et d’avoir besoin de solitude, entre autre.

« C’est pas gagné mais j’y travaille! « . Et déjà je vois le chemin parcouru. Peut-être ne me reste-t-il pas tant que ça à gravir …

Simple. Basique.

Un petit journal de gratitude pour illustrer cette citation est de mise je crois. Je n’ai de toute façon pas plus d’inspiration que ça. Voici donc mes raisons de dire Merci aujourd’hui :

* La victoire de Vie N°2 avec son équipe de basket. Oui je suis fan de mes enfants et alors ?

* Avoir écouté et aimé le nouvel album d’Orelsan et sa réaction hier soir dans l’émission « Quotidien » lorsque Yann Barthès lui annonce que E.Macron est fan de son dernier titre :

* Le très bon moment passé devant le dernier Jane Campion « The power of the dog » à voir sur Netflix. Un film dérangeant qui interroge sur la masculinité, des images absolument sublimes, une musique qui fonctionne à merveille (forcément vu qu’il y a du Radiohead pas loin …). J’ai adoré.

* La soirée toute en douceur qui se prépare et pour laquelle je vais m’arrêter là.

À demain pour la suite du calendrier :)

Lorsque la vie s’égraine …

Je suis impatiente de fêter Noël.

J’avais du mal à décorer mon sapin ces dernières années et voila que j’ai installé un mignon petit Nordmann ce weekend alors que novembre n’est même pas terminé. Croisons les doigts pour qu’il lui reste quelques épines au réveillon. J’aurais vraiment aimé en trouver un en pot et l’offrir ensuite à un habitant du quartier qui en aurait pris soin pour le reste de sa vie sapinesque. Mais j’ai dû agir dans l’urgence, profiter de la présence de mon père pour décorer la maison, seul être humain sur cette terre à avoir la patience nécessaire pour répondre à mes exigences.

À ma décharge j’ai supporté de nombreuses années des sapins moches, décorés par mes enfants. Ne faites pas les offusqué.e.s, on sait très bien vous et moi que la plupart des parents réajustent la position des guirlandes et cachent les décos fabriquées en maternelle à l’arrière du sapin. Sauf que moi je peux pas. Une fois posée je suis obligée de faire avec une composition affreuse et ce jusqu’à la fin des fêtes. J’ai bien tenté quelques objections mais les enfants, comme leur père en son temps, n’étaient pas motivés à changer quoi que ce soit, invoquant l’esprit de famille et autres bêtises bien pratiques et impossible à contourner sans passer pour une mauvaise mère !

Mais ça c’était avant. Dimanche j’ai proposé à tout le monde de participer en espérant que ce « tout le monde » refuse. Allélujah ils se sont tous barrés en prétextant que mon autoritarisme était insupportable, que si c’était pour tout défaire après c’était pas la peine tout en plaignant Papi pour ce qu’il allait subir, le pauvre. J’ai fait semblant d’être choquée deux minutes avant de sortir mes boites et mes caisses de décoration, surexcitée de redécouvrir les jolis trésors rangés l’an passé. Bref j’ai décoré mon, sapin.

Tout ça pour vous dire que cette année j’ai envie de compter les jours avant noël en les égrainant (j’adore ce verbe) ici avec une publication quotidienne. Et je commence avec celle-ci à l’occasion de la Journée Internationale de lutte contre le Sida. Parce que l’association AIDES nous rappelle que « 1 français-e sur 4 serait gêné-e de travailler avec une personne séropositive. Ce chiffre alarmant démontre une sérophobie latente dans le monde du travail, mais pas que. Les préjugés sur le VIH persistent et impactent directement la vie professionnelle, personnelle et le suivi médical des personnes séropositives. »