Que la lumière soit !

Cette nuit du 21 décembre sera la plus longue de l’année. C’est une période où beaucoup d’entre nous dépriment, où le manque de soleil nous mine le moral. Pourtant le solstice d’hiver marque le retour de la lumière, laquelle va grignoter jour après jour l’obscurité, jusqu’au solstice d’été. Vu sous cet angle, il y a quelque chose de magique à célébrer cette longue nuit, à s’y plonger entièrement, à s’imprégner de ce qu’elle représente traditionnellement sans que nous n’en ayons conscience. J’aime beaucoup cette vidéo de Ketty Orain-Ferella, qui nous explique les origines de Noël et évoque Yule et le solstice d’hiver.

Je vais profiter de cette journée la plus courte de l’année pour fignoler mon ✨Noël Magique ✨ et à demain, il reste quelques fenêtres du calendrier à ouvrir :)

Deux en un !

J’ai manqué le billet d’hier. Je n’ai pas eu le temps, pas eu le coeur, pas eu la tête à ça, à trouver un sujet, une citation, une image. Je m’en suis voulu une demi seconde et puis je m’en suis fichu. Je ferai double dose aujourd’hui. Ou pas. Et ce sera bien comme ça.

J’ai fais un tour dans la galerie marchande à côté de chez moi. J’ai repéré les derniers achats à faire pour mes proches, les dernières décorations à ajouter pour que ce Noël soit réussi. Car j’ai vraiment besoin qu’il le soit. Je m’accroche à la magie de Noël comme à une bouée de sauvetage en pleine mer. Je ressens une certaine urgence à être heureuse, à profiter des moments doux, en famille. Comme si un danger nous guettait, celui de tomber dans la morosité, de nous laisser submerger par la vague, et pas seulement celle dont on nous parle en boucle. Mon optimisme s’ébrèche.

Sans doute que cette brume persistante sur les toits de Strasbourg y est pour quelque chose. Elle s’immisce partout. Est-ce possible qu’elle atteigne aussi nos coeurs ? Sûrement. Sans doute que nous sommes poreux, que nous nous laissons pénétrer à notre insu par cette lourde ambiance. Et sans doute ne pouvons-nous pas y échapper.

Mais pour l’heure des surprises se préparent. Dans notre hotte nous avons entassé pêle-mêle des voyages, des sucreries, de la musique, des rires, des chants et assez d’amour pour terminer l’année en toute quiétude.

Oh Oh Oh !

Tout fout le camp ! Je viens de regarder la finale de Kho Lanta et d’apprendre que personne ne gagnera cette année. Certains des aventuriers ont triché en se procurant de la nourriture en cachette. Je ne sais pas très bien quoi en penser, je ne sais pas de quoi je serais capable si je crevais la dalle. Et même si c’est le principe de l’émission de galérer avec la nourriture, je ne peux pas m’empêcher de leur trouver des excuses à ces Robinson en carton. Ce pauvre Claude n’aura finalement jamais emporté le jeu puisqu’il a assuré que c’était sa dernière participation.

Pour me remettre de cette déception j’ai décidé de regarder mon film chouchou de Noël : The holiday ! Je pense que ce sera au moins la huitième fois et je ne m’en lasse pas. C’est chamallow à souhait et ça me fait comme un chocolat qui fond dans la bouche.

Cette année j’ai décidé de bouffer de la mièvrerie jusqu’à en être malade. Je me suis déjà engouffré les séries « Trois Noëls », « Christmas flow » et « Home for Christmas » sur Netflix. Toutes les 3 ont leur charme mais j’ai une nette préférence pour la dernière, les séries norvégiennes et nordiques étant de loin mes préférées depuis quelques temps. J’ai également une playlist de noël que j’écoute à longueur de journée au grand désespoir de mes enfants. Et j’ai dépensé la moitié du PIB de la Suisse en bougies senteur Cookies et Pain d’Epices. Heureusement que je n’en ai pas trouvé une parfumée au vin chaud ! En bref je vibre Noël et ça me fait du bien !

Lorsque la vie s’égraine …

Je suis impatiente de fêter Noël.

J’avais du mal à décorer mon sapin ces dernières années et voila que j’ai installé un mignon petit Nordmann ce weekend alors que novembre n’est même pas terminé. Croisons les doigts pour qu’il lui reste quelques épines au réveillon. J’aurais vraiment aimé en trouver un en pot et l’offrir ensuite à un habitant du quartier qui en aurait pris soin pour le reste de sa vie sapinesque. Mais j’ai dû agir dans l’urgence, profiter de la présence de mon père pour décorer la maison, seul être humain sur cette terre à avoir la patience nécessaire pour répondre à mes exigences.

À ma décharge j’ai supporté de nombreuses années des sapins moches, décorés par mes enfants. Ne faites pas les offusqué.e.s, on sait très bien vous et moi que la plupart des parents réajustent la position des guirlandes et cachent les décos fabriquées en maternelle à l’arrière du sapin. Sauf que moi je peux pas. Une fois posée je suis obligée de faire avec une composition affreuse et ce jusqu’à la fin des fêtes. J’ai bien tenté quelques objections mais les enfants, comme leur père en son temps, n’étaient pas motivés à changer quoi que ce soit, invoquant l’esprit de famille et autres bêtises bien pratiques et impossible à contourner sans passer pour une mauvaise mère !

Mais ça c’était avant. Dimanche j’ai proposé à tout le monde de participer en espérant que ce « tout le monde » refuse. Allélujah ils se sont tous barrés en prétextant que mon autoritarisme était insupportable, que si c’était pour tout défaire après c’était pas la peine tout en plaignant Papi pour ce qu’il allait subir, le pauvre. J’ai fait semblant d’être choquée deux minutes avant de sortir mes boites et mes caisses de décoration, surexcitée de redécouvrir les jolis trésors rangés l’an passé. Bref j’ai décoré mon, sapin.

Tout ça pour vous dire que cette année j’ai envie de compter les jours avant noël en les égrainant (j’adore ce verbe) ici avec une publication quotidienne. Et je commence avec celle-ci à l’occasion de la Journée Internationale de lutte contre le Sida. Parce que l’association AIDES nous rappelle que « 1 français-e sur 4 serait gêné-e de travailler avec une personne séropositive. Ce chiffre alarmant démontre une sérophobie latente dans le monde du travail, mais pas que. Les préjugés sur le VIH persistent et impactent directement la vie professionnelle, personnelle et le suivi médical des personnes séropositives. »