Jusqu’à l’infini et au-delà

Aujourd’hui en faisant défiler mon fil d’actualité Facebook je suis tombé sur ces sublimes amoureux. Sans savoir de quoi il s’agissait j’ai ressenti une émotion intense en les regardant. Ils sont magnifiques. Ils sont inspirants. Ils sont rassurants. Et ils provoquent  tant d’autres sensations encore … They make my day !

Christine a 87 ans. Paul a 101 ans. Paul explique qu’ils sont « plus amoureux à chaque jour », dixit la photographe Arianne Clément qui a réalisé cette séance coquine. Je vous invite à découvrir son travail sur les ainés. Bouleversant et tellement essentiel dans un monde où vieillir fait si peur.

28701619_10157709057519815_7228655826012312646_o.jpg

Forcément des émotions pareilles ça me donne envie d’écrire. Si je ne le fais pas je vais être submergée. Désolée que ça tombe sur vous. Vous pouvez toutefois encore fuir avant d’être englués dans cet article qui pue la guimauve. Je vous aurai prévenu.

En réalité nous ne savons rien de ces amoureux sinon ce que la photographe nous confie : leurs prénoms, leur âge et l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre et qui grandit chaque jour. Vous me direz c’est déjà pas mal. Oui mais non. Je veux en savoir plus moi. S’ils s’aiment depuis longtemps. S’ils ont des enfants. Ce qu’ils ont traversé et comment ils ont gardé cette complicité qui transperce l’écran et nous empoigne le coeur. Je veux les regarder se regarder, les voir se toucher, les entendre se parler. Ou même pas. Juste être là, dans un coin de la pièce, retenir ma respiration, fermer les yeux et essayer de ressentir un instant l’intensité de leur amour. Quoi que finalement ce n’est pas plus mal qu’on ne sache pas grand chose. Comme ça je peux imaginer une histoire à l’eau de rose. Si je venais à apprendre qu’ils se sont rencontrés sur Meetic trois semaines plus tôt je serais anéantie. Faut pas jouer avec ma guimauverie.

Je crois que s’ils me touchent autant ces deux là c’est surtout parce qu’ils sont l’incarnation exacte et quasi surnaturelle de ce que j’imaginais pour mon futur il y a quelques années. Quand je pensais à « nous » c’est ainsi que je « nous » voyais. Vieux. Tachés. Ridés. Heureux.

Ça n’arrivera pas.

Je me rends compte avec un peu de recul que ce qui est le plus dur dans une rupture ce n’est pas d’être séparée de la personne ou de ne plus être en couple. Je veux dire que ce n’est pas de ne plus être « in love ». Non ce qui est dur c’est de renoncer à la bulle que nous formions, à cet endroit qui n’appartenait qu’à nous et où je me sentais en sécurité. Où je nous savais, mes filles et moi, hors de danger. Ce n’était pas parfait. C’était même un beau bordel. Pourtant c’était chaud et rassurant. C’était unique et spécial surtout. Ça envoyait du lourd. Et du léger aussi. Nous y avions mis du temps. Et du coeur. Mais pas assez.

Alors j’envie Christine. Je ne devrais pas. C’est moche comme sentiment. Mais quand même je l’envie d’avoir su garder son Paul auprès d’elle. Je me dis qu’elle a peut être de meilleurs arguments que moi. Des gros seins. Une moelle épinière en bon état. Ça doit jouer un peu sur la longueur …

Et merde voilà que je rumine. Voilà que je me dévalorise. Encore. T’es chiante aussi Christine d’être aussi belle dans les bras de ton Paul. Tu nous fais rêver au Prince Charmant alors qu’on avait (presque) réussi à se persuader qu’il n’existe pas en fin de compte. Vite Rupi vient à mon secours. Ouf. Comme souvent depuis quelques temps je trouve refuge dans ses mots en me délectant du « Lait et Miel » de cette incroyable poétesse :

rupi kaur catastrophe

Que j’aime ces textes. « Un musée de catastrophes naturelles ». Ça ne peut pas être plus explicite.  Je pense que Paul a été renversé lui. À chaque nouvelle catastrophe naturelle il a été soufflé, mis KO, puis s’est relevé et a fait front. Front commun. Avec Christine. Je crois qu’elle avait 16 ans quand ils se sont rencontré. Lui en avait 30. On le disait trop âgé pour elle. Ils n’en eurent que faire et partir sans se retourner. Ils traversèrent des épreuves comme seule la vie peut en offrir. Ils fondèrent une famille qui compte aujourd’hui une centaine de membres et sont des « gens » qu’on peut qualifier d’honnêtes. Ils ne se sont jamais menti. Ils ont pourtant failli se séparer cents fois. Et cents fois ils ont traversé la tempête. Parce qu’ils sont d’un temps où on ne jetait pas les choses abimées, on les réparait, avec un bout de ficelle et une punaise. Avec de l’amour surtout.

Je n’envie pas Christine finalement. Je l’admire. Et je me dis qu’il n’est pas trop tard pour renversé quelqu’un avec mes catastrophes naturelles. Et que même nous pourrions finir notre vie vieux, tachés, ridés, heureux. Jusqu’à l’infini et au-delà.

4 commentaires sur “Jusqu’à l’infini et au-delà

Ajouter un commentaire

  1. Quel bel article !
    En même temps je ne suis pas étonné.
    Amélie, merci pour tes récits touchants, inlassablement tournés vers la lumière et le positif..
    Des bisous.
    Tony

    J'aime

  2. Ca fout tout en l air cette belle histoire.
    Il n y pas que les filles qui croient au compte de fées, certains garçons aussi, dont moi.
    Comme toi je me suis fait une raison et j ai cessé d y croire, ce qui rendait mon quotidien plus facile à vivre. Mais maintenant il y a cette histoire et les compteurs sont remis à zéro.
    Ceci dit, c est vraiment merveilleux et charmant cette belle histoire. Je te remercie de l avoir partagé.
    Paix et séréniité

    J'aime

  3. Oui ils sont beaux ces vieux. Ils mourront ensemble, eux. Je ressens la même chose par rapport à la rupture, le plus dur c’est de renoncer à ce qu’on avait projeté, le plus dur c’est de se dire qu’on n’est pas mieux que les autres, nous aussi, on n’a pas réussi… Heureusement, un jour, on recommence ! Et peut-être qu’un jour, ça ne se casse pas la gueule, qui sait ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :