Mon joli costume

Hier soir nous étions invités, Chéri Coco et moi, à un anniversaire auquel il fallait venir déguisé. Exercice assez difficile pour moi car le plus beau des costumes ne saurait cacher ce que je suis. Je ne pourrai jamais chanter cet incontournable refrain « Derrière mon loup je fais ce qu’il me plait, devinez, devinez, devinez qui je suuuiiis ! » Mais j’ai joué le jeu et j’ai enfilé la robe et les oreilles de Minnie.
La soirée s’annonçait plutôt sympathique quand un des invités est arrivé et a salué les quelques personnes avec lesquelles je discutais tout en prenant grand soin de m’éviter. Mal à l’aise, surprise, je n’ai rien osé dire mais j’aurais voulu crier « Je suis là, regarde moi, considère moi ! »
 
Cet exemple n’est qu’une goutte dans la mer des agissements douteux. Et toujours la violence de ces comportements déferle à l’intérieur de moi et m’anéantit. Toujours je me sens illégitime au milieu de ces bipèdes, de ces valides si valides, étrangère parmi les miens à cause de mes déficiences. Et toujours je voudrais ne plus être là, rentrer chez moi, à l’abri des regards et de ce monde qui semble ne pas me vouloir, ne pas me voir.

Car s’il ne s’agissait que d’un cas isolé je n’en ferais pas tout une histoire. Je ne suis pas du genre à m’offusquer. Mais c’est loin d’être la première fois.

L’exemple le plus flagrant est cette aide-soignante qui n’a jamais franchit la porte de ma chambre à la maternité, me laissant attendre jusqu’à 13h30 que sa collègue arrive pour m’aider à manger mon plateau-repas froid. J’ai su par la suite que c’était volontaire et non pas pour une histoire de planning surchargé. Elle ne voulait pas s’occuper de « l’handicapée du service ». Merde c’est moi …

Pourtant j’estime faire ma part du travail, donner le meilleur de moi pour me faire « accepter ». Je tente de rentrer dans le moule, de ressembler aux autres. Je suis souriante, ne parle jamais de mes « malheurs », répond aux questions même les plus déplacées pour faciliter le contact. Et pourtant rien n’y fait, je suis toujours à côté, en marge, pas en place. Les oreilles de Minnie n’y changeront rien.

Alors je cherche à comprendre. Et ce que je découvre me rassure et m’horrifie à la fois. Il y a quelques mois je vous en avais déjà parlé avec l’histoire de ma peau. Cette peau d’handicapée qu’on m’a forcé à enfiler, m’enfermant à jamais dans le vêtement d’une autre. Je vous ai dit les coutures épaisses, les ourlets colorés et les bobines de fils dévidées tout au long de mon chemin.

 
Avec le temps cet habit inconnu devient plus confortable. Lui et moi faisons corps. Corps à corps. Peau à peau. On fusionne et c’est enfin bon. Et pourtant c’est bien lui la cause de tous mes malheurs. C’est de ce costume dont vous avez peur. Une peur viscérale. Une peur qui vous pousse à m’ignorer pour mieux la contrôler. A ne pas me saluer. A ne pas me regarder.
 
Ce costume c’est la différence. Cette image que je vous renvois et que vous n’aimez pas. Celle de la faiblesse, de la maladie et de la mort. Tout ce que vous fuyez à vrai dire. Etre fort, en bonne santé, invincible et éternel, voilà votre quête. Pourquoi s’attarder sur cet être si étrange qui n’est ni tout à fait vivant, ni tout à fait mort. Sinon pour vous rassurer, relativiser et vous dire combien votre vie n’est finalement pas si dure comparée à la mienne. Incroyable que la douleur des uns puisse faire le bonheur des autres. Mais tellement humain. Et tellement moi aussi, qui préfère être comme je suis plutôt qu’obèse ou aveugle. Qui se trouve bien lotie comparé à tant d’autres. Qui n’est finalement pas si différente de vous.

 

3 commentaires sur “Mon joli costume

Ajouter un commentaire

  1. bisous mon Ange ,
    si nous pouvions être aussi humaine que toi
    je vois que ton esprit , ce petit vagabond , a fait le tour de la terre :)
    et qu ' il réintègre petit à petit sa maison.
    tu connais la parabole du fils perdu? hé bien c ' est exactement ce que tu as écris.
    et je suis heureuse de le voir retourner vers son père qui l ' attend à la maison.
    j'ai compris aujourd'hui ce que t ' apportes ton papa, et pourquoi il est ta référence:)
    tu es sur le bon chemin mon ange, sur le chemin de la liberté.Car dis moi, quelle plus grande liberté que SA place? elle demeure à jamais. Je t ' embrasse tendrement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :