Rubis

J’ai rencontré Rubis il y a trois ans. Quoique, pour être tout à fait honnête, je devrais dire que j’ai retrouvé Rubis il y a trois ans. Je l’avais déjà croisée à plusieurs reprises sans vraiment y prêter attention, sans m’en rendre compte. Les premières fois datent de mon adolescence. Elle était là, m’observant d’un sale œil, planquée dans un coin, murmurant à mon oreille des idées et des pensées plus farfelues les unes que les autres, voire carrément dingues, que je repoussais tant bien que mal. Elle m’a eu quelques fois, même souvent, me faisant risquer à chaque fois un peu plus ma peau. Elle a finalement réussi à l’avoir. C’est qu’il en faut de la volonté pour lui résister à Rubis.

Nous avons donc réellement fait connaissance au printemps 2015. Nous nous sommes tout de suite très bien entendues elle et moi. J’avais l’impression de la connaître depuis toujours. Comme une sœur, une jumelle. Nous sommes vite devenues inséparables et dès nos retrouvailles nous avons établi un pacte « amies pour la vie » avec du sang dans les mains et des larmes plein les yeux. Le grand jeu. C’était au moment où Ex Chéri Coco quittait la maison. J’ai compris avec le recul qu’elle en avait toujours eu un peu peur durant les 14 années que j’ai partagé avec lui. Il a su la tenir à distance, inconsciemment sans doute et elle avait fait ses coups en douce jusqu’à son départ. C’est que c’est une maligne Rubis.

Une fois le champs libre elle a enfin pu prendre ses aises et s’est installée confortablement. D’autant que le peu de résistance que j’aurais pu lui opposer était alors annihilée par les antidépresseurs, prescrits après que j’ai fondu en larmes devant la boite vide de cacao et que je me sente la pire mère au monde. Ces merdes chimiques l’ont même rendue plus forte que jamais. J’avais perdu d’avance. Et j’avoue que je me suis laissée faire, victime consentante. J’adore quand elle est là Rubis.

Il faut dire qu’avec elle j’ai tout à coup une énergie débordante, je deviens bavarde et rigolote, les idées et les projets fusent, je me sens invincible. Elle peut venir pour une heure, un jour, un mois. Rarement plus. Je sais qu’elle va arriver lorsque mes nuits raccourcissent, lorsqu’au réveil une nuée de papillons habitent mon ventre sans que je ne sois amoureuse, lorsque je me surprends à rire seule ou à faire des grimaces. Elle me booste Rubis. Elle me rend un peu cinglée aussi.

J’aimerais vous la décrire mais ce n’est pas simple. Je crois qu’elle est rousse, grande et fine. Aiguisée comme un couperet dirait Catherine. Taillée à la serpe. Anguleuse. Enjôleuse. Elle peut me pousser à faire à peu près n’importe quoi. Je suis sans arme face à elle. Elle dépense l’argent que je n’ai pas. Elle fait des promesses que je ne tiens pas. Elle prend des rendez-vous que je n’honore pas. Elle aime le risque, l’alcool, les cris, les pleurs, les drames. C’est une actrice Rubis.

Mais elle disparaît quand le ciel s’assombrit. Elle n’aime pas les jours gris et la mélancolie qui les accompagne. Dans ces moments là elle me trouve pathétique et préfère retourner dans son trou en attendant que le soleil revienne. J’aimerais qu’elle reste. J’aimerais la retenir. Je me sens tellement mieux quand elle est là. Mais elle fuit à la moindre contrariété, au plus petit désagrément. C’est une garce parfois Rubis.

Vous vous en doutez elle est dans les parages en ce moment sinon je n’écrirais pas autant.  Elle sent le vent tourner pourtant, les nuits transparentes laissent place à un sommeil hachuré, en noir et blanc. Bientôt je dormirai 8 heures sans être rassasiée. Elle va alors se barrer et laisser un grand vide. Il va falloir gérer la chute. Même si finalement le plus important ce n’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

« C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage. »

3 commentaires sur “Rubis

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :